La Môme, les Anges

Imprimer



Édito Lausanne FM – Lundi 25.02.08 – 07.50h



Il paraît qu’elle a pleuré, cette nuit, à Los Angeles. Il paraît qu’elle a invoqué les anges. Edith Piaf, peut-être, aurait invoqué Thérèse, la sainte de son enfance, lorsqu’elle avait perdu la vue. Mario Cotillard, vers 4 heures du matin, heure suisse, a décroché l’Oscar. Première actrice française depuis 48 ans. Depuis Simone Signoret, en 1960. Et cette consécration de la Môme est totalement méritée. Marion Cotillard, dans ce film, n’incarne pas Edith Piaf. Elle ne joue pas Edith Piaf. Elle ne mime pas Edith Piaf. Elle est Edith Piaf.

Au point qu’en regardant le film, on ne se dit pas : « C’est Cotillard », mais « C’est Piaf ». Oui, c’est elle, c’est la Môme ! Oui, dans ce cas-là, le jeu de l’actrice dépasse l’incarnation : elle ne reprend pas la seule chair du personnage, elle s’empare de son âme, de son souffle. Et d’ailleurs, il n’y a plus de jeu, plus d’actrice, il y a identification, dans le sens le plus puissant du terme. Marion Cotillard, dans ce rôle-là, est époustouflante. C’est le rôle de sa vie, ce qui va, pour le meilleur et pour le pire, lui coller à la peau pendant des années.

Rien de plus dur, pour un acteur, que d’incarner un personnage réel. Piaf est morte en 63, j’avais cinq ans, c’était hier. Surtout, cette chanteuse d’exception laisse derrière elle du son, de la lumière, des tonnes de pellicule où on la voit parler et chanter. Là, normalement, l’actrice se dit qu’elle va jouer décalé, puisque, de toute manière, elle ne rivalisera pas. Et Marion Cotillard, prenant le risque suprême, jetant tout dans la balance, a choisi l’identification. Elle a elle a réussi son pari, au-delà de toute espérance. Parce que c’est Piaf, mais aussi parce que c’est Cotillard. « Parce que c’était lui, parce que c’était moi », disait Montaigne. C’est du miracle, c’est une fois par génération.

Alors, cette nuit, dans la Cité des Anges, elle a versé quelques larmes. A-t-elle pensé à Thérèse ? A-t-elle pensé à Marcel ? A-t-elle pensé à ces avions sans retour qui cassent les vies, et remettent en jeu les destins ? Puisse le monde entier voir « La Môme ». Voir cette femme se prenant pour une autre femme. Ou nous faisant croire qu’elle se prend pour elle. Ou ne le sachant même pas elle-même. Bravo, la Môme. Bravo, Edith. Bravo, Marion.

Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 1 commentaire

Commentaires

  • Pour une fois, 100% d'accord avec vous, Décaillet. Marion Cotillard est une GRANDE actrice. Bonne soirée.

Les commentaires sont fermés.