Le nez du sphinx

Imprimer



Édito Lausanne FM – Mercredi 27.02.08 – 07.50h



Pascal Couchepin tombant sur Marcel Ospel, dans l’édition de « Bilan » qui sort aujourd’hui, voilà qui va réchauffer les chaumières, aiguiser la rage vindicative des petits sur les grands, faire grimper un peu le mercure sur le thermomètre de popularité du président de la Confédération. On ne me dira pas que ça n’est pas un peu le but, non ?

Pascal Couchepin a sans doute raison de penser beaucoup de mal de ce dirigeant de l’UBS qui a perdu des milliards dans des engagements aventureux sur les marchés à risque de l’immobilier américain. Mais franchement, démolir Ospel aujourd’hui, cela relève-t-il d’un exceptionnel courage ? Venir dire, après tout le monde, que les revenus de ce banquier sont pharaoniques, ce qui est aussi vrai que le nez sur la figure du sphinx, vous trouvez qu’il y a là une transgression d’une audace extrême ?

L’affaire Ospel rappelle celle du « Duce ». Il y a, dans ces fusées verbales éclairantes (échapperaient-elles parfois au tireur ?), comme un alignement sur l’opinion largement majoritaire dans le pays, qui étonne de la part d’un homme ayant maintes fois, dans d’autres circonstances, su prouver sa force de solitude contre les courants dominants. Cette stratégie est une erreur : le Couchepin que les Suisses aiment et respectent, c’est celui, justement, qui brave et ignore le vent des modes, pas celui qui s’aligne. Il n’est jamais meilleur que lorsqu’il jette aux orties toute prétention à la popularité. La solitude contre tous les vents, venus de tous les points cardinaux, c’est un art qui s’affûte dès l’enfance, quand on est natif d’une ville qui s’appelle… Martigny.

Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.