Péage urbain: qu'a voté Pierre Maudet?

Imprimer



Édito Lausanne FM – Jeudi 28.02.08 – 07.50h


S’il fallait résumer les trois grands axes politiques de la Ville de Genève, on pourrait dire : taxer, taxer, et taxer. Mais aussi punir. Punir les automobilistes d’être ce qu’ils sont, brandir des chiffres de pollution de l’air qui nous annoncent la fin des temps. Se prendre pour Londres. Et nous promettre, ultime lapin surgi d’un chapeau melon, ce magnifique concept qui s’appelle péage urbain.

Que Genève déborde de voitures, nul n’en disconvient. En construisant enfin une traversée de la Rade (qui, une fois ou l’autre, verra le jour), une immense partie du trafic pendulaire qui, aujourd’hui, engorge le pont du Mont-Blanc, en sera détournée. En mettant l’accent sur des transports publics efficaces, en réinventant (comme cela se fait déjà, progressivement) des lignes de tram stupidement arrachées dans les années soixante, on incitera les gens à ne plus prendre leur voiture. Il y en a encore beaucoup trop, c’est vrai, à se déplacer d’un point à l’autre de la ville en automobile.

Mais cette idée de péage ! Dès qu’on peine à trouver une solution incitative, inventer une taxe. Une de plus. Typique de cette majorité de gauche. Typique de Patrice Mugny. Le faire de façon unilatérale, sans la moindre concertation avec le canton, alors que tout le problème de la mobilité, à Genève, doit être pensé à grande échelle, en considérant les grands axes de pénétration, la France voisine. Vraiment, les citoyens de Genève ont le droit de savoir qui a voté quoi, au sein du gouvernement de la Ville, sur cette question. En clair : l’élu de droite, Pierre Maudet, s’est-il rallié à ses quatre collèges de gauche ?

Pire : Patrice Mugny annonçait sans sourciller, hier soir, que la consultation du Conseil municipal, sur ce projet, ne lui apparaissait pas comme prioritaire. « Seulement en cas d’investissements lourds ». En clair, on évangélise le bon peuple, à la machette, à la grande cause Verte, sans consulter ses représentants. Il appartient au peuple de Genève, souverain, de répondre, le jour venu, comme il se doit, à ce coup de majesté du Prince. Et de ses acolytes.

Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 15 commentaires

Commentaires

  • On parle de vie ou de mort, on parle ici de la pollution qui tue 3000 à 4000 personnes par année en suisse! Et vous parlez économie et argent. Quelle déception Monsieur Decaillet, j'espère avoir mal compris votre article....

    Peut-on vraiment mettre un coût à la pollution qui tue? Ou devons-nous préserver nos enfants de ce fléau?

  • Et dire que M. le Maire-aquatter va inaugurer le prochain Salon de l'Automobile ! Il voudrait chasser ce salon à Zurich que, grace à cette décision, il aurait réussi sans problème son coup !

  • La question portée en titre de votre notice est peu pertinente car la voix de Pierre Maudet est insignifiante dans ce contexte. Par contre la tentative de coup de force incarnée par Mugny et, sans aucun doute, ses trois autres confrères est effectivement caractéristique de la manière de la gauche genevoise de se moquer de la démocratie... ou de ne l'utiliser que lorsqu'elle sert leurs desseins. Khmer vert, socialistes en mal d'écologie, dangereux tous les deux.

  • Oui, les citoyens de Genève ont le droit de savoir quelles sont les positions de l'élu de droite, Pierre Maudet. Pour ma part, les luttes pro ou anti bagnoles m'indiffèrent totalement mais il est curieux de connaître sa marge de manoeuvre au sein de son collège, à part ses opérations coup de poing.

    On se souviendra - l'espace d'un instant - son prédécesseur qui se prenait pour le patron de Genève en faillite. La page vide est tournée (malgré les millions de perdus et une retraite de nanti sur le dos de contribuables, ce sans mérite). Heureusement pour notre cité, c'est au pimpan Maudet que revient le défi de restaurer l'image de la droite.

    La population souhaite savoir ce qu'il vote, en quoi son action politique diffère de ses deux prédécesseurs (à la sécurité et à la voirie), comment il va gérer un deuxième département. Plus précisément, comment intègre-t-il dans ses décisions la notion d' "empreinte écologique" propre à plusieurs grandes villes, quelle est sa véritable opinion sur l'hygiène publique, évitera-t-il le drame italien (bien décrit dans l'essai romancé intitulé Gomorra?

    Bonne journée!

  • Mais bien sûr, la traversée de la Rade comme solution à tous les maux. Cette solution de la fuite en avant est parfaitement suicidaire. Imaginez vous les conséquences sur notre paysage qu'aura la construction d'une gigantesque autoroute au-dessus de notre Léman?

    Nous parlons d'un problème de santé publique et d'un nécessaire retour à un équilibre sur la route et pour le bien de la planète et vous n'avez qu'un mot à la bouche : liberté.

    Aujourd'hui cette politique de développement des TPG est indispensable et je la salue (même s'il y a encore à faire), mais avec la carotte, il faut aussi savoir manier le bâton. Dans mon entourage éloigné, je connais au moins 10 personnes qui font des trajets style Plainpalais-Pâquis en voiture tous les jours!

    Si rien ne vient les inciter à changer leur comportement, nous aurons beau construire tous les trams du monde, il y aura encore des gens pour faire ces trajets, et avec la tendance actuelle, c'est plutôt dans des énormes SUV.

    Pour moi, le péage urbain est une INCITATION à utiliser plus les TPG. Les gens ne veulent pas de TPG gratuits? Alors on leur donnera la voiture payante! C'est tout simplement logique.

    Si l'on vous écoute, on va résoudre le problème par des autoroutes en Ville, or celles-ci existent déjà et ne sont pas suffisantes.

    Je remercie Mugny qui s'occupe vraiment de la santé et de la qualité de vie des plus faibles et pas seulement du confort des plus fortunés qui peuvent se permettre de payer l'essence au prix actuel dans des bagnoles énormes.

    Merci au conseil administratif, et merci à Mr Maudet pour son sens de la collégialité (bien que je soupçonne que dans le fond, il soit parfaitement d'accord sur l'objectif qui est de limiter la voiture en ville).

  • Le pèage urbain créeras encore plus de pollution, contrairement au but fixé.
    La solution de la traversée de la rade par un tunnel est la meilleure.
    Genève n'est de loin pas comparable à Londres, ou vivent 20 millions d'habitants, une ville capitale de l'Angleterre, alors que Genève, n'a même pas 500 mille habitants.
    Mugny ferait bien de se rappeler les meurtres qu'il y a eu, il y a quelques années auparavant dans un canton suisse alémaniques, les citoyens genevois, malgré les tentatives de Bob l'eponge ( Robert Cramer ), ont encore leurs FASS 90 à la maison.
    J'espère que la peur du FASS 90 du citoyen-soldat fasse réflechir plus d'un politicien, parce que sinon, le résultat sera une nouvelle tueurie...à bon entendeur...salut.

  • @ Leader Minimo: incitation par l'interdiction... cherchez l'intrus...

  • Voilà un épisode qui illustre parfaitement la nécessité de mettre sur pied une Constituante. Car s'il y a un véritable objectif pour celle-ci, c'est bien de congédier une fois pour toutes les ayatollahs de la Ville et de sucrer leurs services. En attendant, le théâtre de guignol le plus cher du monde continue à amuser nos voisins, français et confédérés.

  • Ce matin j'ai réveillé ma vieille Porsche qu était en hibernation depuis novembre. Toujours la même appréhension, va t'elle démarrer après une si longue immobilisation? Un tour de clé de contact et...Quel bonheur de voir ce bon vieux flat s'ébrouer et ronronner !
    25 ans de vie commune et toujours la même émotion.

  • LA situation de Genève peut se résumer ainsi:
    Des efants gâtés qui n'ont qu'une seule idée en tête casser le jouet magnifique qu'ils ont reçus de ceux qui les ont précédé.

    Le plus effarant est de lire le commentaire de leader minimo comme l'appelle un autre internaute, ou encore tous ceux qui sont assez naïf pour croire que les interdits résolvent les problèmes.

    Cette culture de l'inculture est désolante.

    Quant aux édiles qui administrent clochemerle (Genève à l'extérieur), ils ne représentent que la minorité quui les a mise en place.

    Vivement une Constituante qui remette les pendules électorales en place: Personne n'accède au pouvoir si la participation est inférieure à 50%, possibilité de destituer les élus qui ne font pas leur boulot, etc.

    Je vous invite à lire le projet de Messieurs Ferrier et Dimier publié chez Slatkin qui présente un vrai projet de nouvelle Constitution.

    C'est dans ce sens que la Constituante devra travailler.

    J'espère que M. Décaillt sera candidat et qu'il sera élu!

  • Je ne suis pas genevoise, mais je m'interroge quand même : avec quoi allez-vous payer la traversée de la rade, puisque les milieux que vous défendez n'arrêtent pas de vouloir baisser les impôts ?

  • le citoyen suisse ferai bien de se taire,c'est exactement la même mélodie que pour la fumée. mais cette foix se sera plus difficile de convaincre la population.
    j'espere avoir bien compris M .Décaillet

  • >"brandir des chiffres de pollution de l’air qui nous annoncent la fin des >temps"

    Ce genre de petite phrase apparemment inoffensive est parfaitement symbolique du négationnisme écologique qui traîne dans certaines parties de la population.

    Non, la pollution de l'air et l'encombrement de nos rues ce n'est pas la "fin des temps", c'est juste des enfants qui ne peuvent pas sortir parce qu'il y a trop de pollution, c'est juste des asthmatiques qui font crise sur crise, ce sont 3000 personnes qui meurent prématurément en Suisse et des aînés qui souffrent. Mais ce n'est pas la fin des temps, pas plus que les OGM, l'amiante, les hormones de croissance, l'agent orange ou Tchernobyl.

    La question des émissions de CO2 est globalement bien plus grave encore. Mais la "fin des temps", peut être pas pour nous. Peut-être pour la partie de l'humanité la plus pauvre, peut-être même pour certaines îles du Pacifique ou pour le Bangladesh, peut-être pour nos glaciers alpins. Mais ce n'est pas non plus la fin des temps. Est-ce pour autant que ce n'est pas catastrophique? Est-ce pour autant qu'il faut se refuser à interdire ou à taxer les comportements inadéquats?

    Je crois qu'il s'agit juste d'une question de santé publique, de choix de société. Entre la bagnole et la vie, je choisirai toujours la vie. Entre l'économie et la santé, je choisira toujours la santé.

    Croire qu'une traversée de la Rade va résoudre tous les problèmes de circulation au centre est une bien naïve illusion. On va juste déplacer une partie des voitures qui circulent sur le pont du Mt Banc.

    Mr Décaillet, vous faites peut-être partie de ces gens qui défendront toujours l'intérêt et le confort de quelques individus contre l'intérêt et la qualité de vie du plus grand nombre et de la qualité de l'environnement.

    Je crois pouvoir dire que je me situe précisément à votre opposé.

  • @gamine,
    avec un péage comme de bien entendu puisque cette traversée sera financée par le privé!

    Au risque de vous décevoir cette traversée est bel et bien le meilleur moyen de boucler la boucle voulue par Grobet (normal qu'il s'oppose au dernier tronçon, sinon il n'existe plus!).

    Au risque de répéter ce qui a été dit avant moi, l'initiative du MCG de faire une ceinture Verte destinée au trafic frontalier (auquel il faut bien sûr ajouter les vaudois) est une très bonne idée qui doit être mise en place de suite.

    Ce n'est pas aux genevois qu'il appartient de se priver pour permettre à tous ces pendulaires d'utiliser leur "char" comme on dit chez moi au Québec.
    Blake Leroux
    journaliste freelance
    auprès des Org. Int.

  • Pourquoi Singapour n'est-il jamais mentioné? Le systéme est en service depuis 1975 déjà. Et il faut enfin arrêter avec cette légende qu'un péage tue l'automobile. C'est quoi déjà qu'on trouve sur les autoroutes pas loin de Genève. Oui, bien évidement, les français ne roulent plus en voiture ...

Les commentaires sont fermés.