Pierre Weiss, portrait bissextil

Imprimer



Édito Lausanne FM – Vendredi 29.02.08 – 07.50h



Dans quelques jours, Pierre Weiss sera le nouveau président du parti libéral suisse. Le nouveau, et le dernier, puisque libéraux et radicaux, déjà réunis en un seul groupe parlementaire à Berne, vont bientôt fusionner. Le mot « Freisinn », en allemand, ce concept puissant, surgi des Lumières, qui invoque à la fois la liberté des idées et celle du commerce, serait bien mieux traduit par « libéral » en français, que par « radical », qui en appelle, lui, aux racines de nos institutions, évidemment le legs de la Révolution française.

Pierre Weiss est l’un des hommes les plus agréables à fréquenter de la classe politique en Suisse romande, qu’on partage ou non ses options politiques. Pétillant, pétulant, primesautier comme un premier communiant, instinctif, rapide. Il aime, comme nul autre, prendre de vitesse l’univers entier : ses adversaires, mais beaucoup plus encore ses amis. Encore qu’il n’ait pas d’amis. Qui a des amis, en politique ? Vous en avez, vous, des amis ? Un peu d’observation de cette faune-là, et vous découvrirez très vite que, comme dans l’univers de Racine ou Mauriac, le pire ennemi, toujours, est dans la famille.

Cette donnée, Pierre Weiss l’a très vite intégrée. Puisque le politique est un homme seul, autant assumer. Transformer cette pesanteur sisyphéenne en un éternel plaisir solitaire, chaque jour recommencé. Ourdir, tramer, contourner. Projets de loi, interpellations, éditos fort bien tournés, pointes et piques, trucs et ficelles. De l’instinct, un groin hors du commun pour humer la faille de l’adversaire. S’il le pouvait, il prendrait de vitesse une comète. La dimension du plaisir, chez Weiss, est essentielle.

À cela s’ajoute une qualité fort rare dans le monde politique, la culture. Avec Weiss, on ne s’ennuye jamais. Ne vous imaginez pas que son univers de références se limite à Tocqueville et Raymond Aron. Prendre un verre avec lui est un bonheur d’échanges, où l’humour est toujours présent, mais aussi l’opéra, les citations, les bons mots qui fusent comme des flèches de curare. Avec un tel homme à la tête du parti libéral, au demeurant injustement non élu au Conseil national l’automne dernier (il n’a pas tenté de mendier ses voix), c’est l’incarnation de l’hédonisme politique qui arrive, encore un peu plus, sur le devant de la scène.

On en viendrait presque à regretter la fusion promise. On voudrait que la mariée arrive en noir, juste pour la farce, pour avoir monté un ultime coup, tenté de refaire l’Histoire. L’Aventure, salée, toujours réinventée. Allez, c’est promis : un portait comme celui-là ne peut relever que de l’aventure bissextile. Je ne recommencerai pas avant quatre ans.


Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 5 commentaires

Commentaires

  • Très heureux de l'information.
    Je compte sur lui pour "libéraliser" le clan libéral.

  • Et il à une jolie barbe et le sommet du crâne fort bien lustré.

    En général, quand j'écoute cet homme parler lors des séances du parlement à la télévision, je suis obligé d'interrompre mon repas ou de changer de chaîne, car en général après deux phrases, je suis saisis de spasme de l'estomac et de l'oesophage. Va savoir pourquoi.

  • Ses qualités florentines sont reconnues, sa place au soleil assurée. Aura-t-il le cran de spoeriser d'autres arrogants incompétents?

  • Voilà qui parle en faveur de Pierre Weiss, sans le moindre doute. Et je connais Dji depuis longtemps...

  • Monsieur Décaillet,

    Je vous demande très humblement qu'à l'avenir vous ne nous asséniez point des scoops aussi tragiques sans y mettre les formes.

    Vous nous communiquez sans ménagement le nom du nouveau Président du Parti Libéral (ce qui est déjà un scoop en soit, personne ne savait que ce Parti était toujours "vivant") et, plus grave, vous ne nous dites rien du Père de "Flyman" ! Ce héro tutélaire des Libéraux lors de la dernière campagne pour les élections nationale.
    On apprend donc par omission que le géniteur de ce super-héro n'est plus Président... Que le père de l' homme araignée a régné, mais ne règne plus, que Claude Ruey n'est plus Président...

    Je ne sais comment cela va finir ! Pierre weiss aber vielleicht wie es weiter geht !

Les commentaires sont fermés.