Méditerranée

Imprimer



Édito Lausanne FM – Mardi 04.03.08 – 07.50h



C’est encore bien timide – juste une déclaration d’Angela Merkel et Nicolas Sarkozy – mais l’Europe semble enfin recommencer à s’intéresser à la Méditerranée. L’Europe, ou plutôt la France et l’Allemagne. C’est-à-dire l’Europe.

Formellement, la chancelière allemande et le président français vont plaider auprès des 27 pour créer une « Union pour la Méditerranée ». Le mot vous dit sans doute quelque chose : il figurait, noir sur blanc, sur le programme électoral du candidat Sarkozy, ce printemps. Au début, l’Allemagne avait freiné l’idée, estimant qu’elle risquait de diviser l’Europe. Là, elle entre en matière.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette idée est à saluer. Après avoir immensément, et peut-être démesurément, porté toute l’attention de sa croissance vers sa partie orientale, l’Europe (Suisse comprise, car là, l’appartenance institutionnelle n’est pas la question), doit réinventer son appétence pour le Sud. Longtemps coloniale, cette attraction était, comme par nature, la chasse gardée de la France. Que l’Allemagne, tellement plus continentale dans son Histoire et sa position stratégique, donne un signal favorable dans ce sens, est une excellente nouvelle, un signe de plus de l’ouverture et de la vision diplomatique de sa chancelière.

Faut-il rappeler que Marseille, à vol d’oiseau, est moins éloignée d’Alger que de Paris ? Faut-il rappeler que, dans les trois pays du Maghreb occidental, on parle encore le français ? Que des journaux, dans notre langue, s’y éditent. Que 132 ans de présence française en Algérie y ont laissé des traces inaltérables ? Faut-il rappeler que nous devons une partie de notre culture à l’Afrique du Nord ? Or, depuis des années, l’attention à ces pays a bien baissé en Europe, même en France. Et la Suisse n’échappe pas à la règle. Point n’est besoin de remonter au grand Braudel, à ses livres de lumière sur le lien méditerranéen, pour avoir envie de saluer, très fort, l’idée d’un nouveau rapprochement entre ces pays et l’Europe.

Si vous avez encore le moindre doute à ce sujet, je pourrais vous recommander tant de livres, de Germaine Tillion, cette éblouissante ethnologue de 101 ans, à Jules Roy, en passant bien sûr par Camus. L’Algérie, le Maghreb, ça n’est pas l’étranger. C’est nous, c’est une part inaltérable de ce que nous sommes. La part de chaleur. La part de lumière.

Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 5 commentaires

Commentaires

  • "L’Algérie, le Maghreb, ça n’est pas l’étranger. C’est nous, c’est une part inaltérable de ce que nous sommes. La part de chaleur. La part de lumière."

    Et les Maghérbins sont chez nous, chez eux. C'est ça ?

    Alors : "Non merci, sans façon !"

  • La plus grande nostalgie des Européens c'est, depuis la chute de Rome, de refaire l'empire. Cette idée sommeille dans la conscience de tout Européen un peu cultivé. Ce qui nous séduit et nous agace chez les Américains c'est qu'ils font, eux, ce que nous devrions faire, l'empire. A la foi nous les envions et ils nous exaspèrent. Le réel problème aujourd'hui c'est que la capitale ne serait plus Rome parce que les différences religieuses créent des oppositions trop fortes pour permettre de revendiquer l'ancienne légitimité. Mare nostrum !

  • Là vous me surprenez; vous avez là le discours qui tient la langue de tout bobo-gauchiste français-sous-chien à propos de leur "chance pour..."
    Et vous ajoutez: "Faut-il rappeler que nous devons une partie de notre culture à l’Afrique du Nord ?
    Je ne vois pas de quelle partie vous parlez, non, vraiment...
    L'Europe est en face d'un gigantesque défi, celle de sa population musulmane immigrée, population dont le nombre devient totalement incontrôlable. Vouloir apaiser sa population "méditerranéenne" par de beaux discours, de la part de ces deux pays est parfaitement compréhensif. C'est un acte de politique intérieure, c'est tout.
    Cela fait des mois que l'on entend parler de cette union. Mais en fait, dépassé les belles phrases et les envolées lyriques de Sarko, cette union, c'est quoi?
    Là dessus, pas un mot. Venant de cette fine équipe, certainement une nouvelle machine à entuber le peuple.
    Comme pour le traîté "simplifié"...
    Non, décidément, d'habitude si incisif, pertinent, ce matin vous êtes lourd de déception. Un article très copié-collé du Figaro...

  • L'Union pour la Méditerranée est un moyen pour éviter que les pays du Magrheb viennent frapper à la porte de l'Union Européenne. C'est aussi une solution pour caser la Turquie quelque part. Mais l'Union Européenne a-t-elle les moyens de construire cette Union des pauvres de la Méditerranée? Elle est déjà incapable de fonctionner elle-même! Alors allez expliquer à un polonais ou un finlandais, qu'il a partage un heritage culturel commun avec des nord africains!

  • Merci à l'auteur d'Une journée chez Epicure ! Oui, la Ville éternelle ne cesse de hanter notre conscience europenne.

    A lire certains auteurs de l' Antiquité, une Rama Yade n'était pas nécessairement vue comme une étrangère en ces temps.

Les commentaires sont fermés.