Le vrai creuset, c’est la connaissance

Imprimer



Édito Lausanne FM – Mercredi 26.03.08 – 07.50h



« Intégrer sans exclure » : c’est, mot pour mot, pour toute une famille de pensée (dont bien des membres, aujourd’hui, dans nos différents cantons, exercent sans grand partage le pouvoir), la finalité de l’Ecole. Ce slogan, aux apparences paisibles et sympathiques, on le retrouve, brandi comme un faisceau de lumière, dans la querelle autour d’HarmoS, le projet d’harmonisation scolaire en Suisse.

Intégrer sans exclure, ce furent, par exemple, à Genève, les années Chavanne. La vision, pendant un quart de siècle (1961-1985), d’un grand conseiller d’Etat, constructeur d’écoles, qui a su relever les défis du baby boom, l’arrivée massive de flux migratoires. L’intégration, tâche politique majeure de l’enseignement public (dans la France de Jules Ferry, on aurait dit « le creuset ») fut, sous cette ère, un objectif atteint, et cette percée sociale doit être saluée. Reste à savoir si cet accomplissement du « vivre ensemble » s’est accompagné d’une réussite de la culture et de la pensée. La réponse est non.

L’intégration, c’est bien, c’est même une condition républicaine majeure. Mais la qualité de l’enseignement? N’en est-elle pas une autre ? La qualité, par exemple, de la lecture et de l’écriture, au primaire ? La précision, la hauteur de regard sur la structure de la phrase, cet exercice de liberté qui s’appelle (s’appelle-t-elle encore ?) l’analyse grammaticale ou logique ? Et qui permet, une fois qu’on la maîtrise dans une langue, de passer si facilement à une autre. Et puis, l’accès à quelques grands textes, n’est-ce pas cela qui, vraiment, peut fédérer une classe ? Lit-on encore Rimbaud ? Lit-on encore Hölderlin ?

Il y a, aussi, tout ce qui touche à l’environnement politique et social. L’assurance qu’un élève de quinze ans, à la sortie de la scolarité obligatoire, aura les connaissances historiques, géographiques, civiques minimales pour se créer des repères dans la vie citoyenne. Cela, aujourd’hui, malheureusement, fait largement défaut. On peut sortir du cycle obligatoire, donc être lâché dans la nature, sans savoir, par exemple, ce qu’a été la Révolution française, fondement de nos libertés et de nos institutions. Ou la Réforme. Ou la naissance de l’Islam. C’est cette déficience, structurelle, comme inéluctable, qui devient de plus en plus inquiétante. C’est elle qui est génératrice de la pire, la plus criante des inégalités : celle des repères et du savoir. Il ne s’agit pas de briller dans des cocktails. Mais d’exister comme citoyen, comme citoyenne, ce qui est autrement plus fondamental.

Intégrer, oui. Qui, hormis quelques ultra-libéraux ou ultra-libertaires (jonction des extrêmes oblige), viendrait prôner l’Ecole de la désintégration ? Mais que signifie vraiment, hormis son côté Jésus et « peace and love », ce « sans exclure » ? Sans exclure de quoi ? La tâche majeure « d’inclusion » de l’Ecole, avant même que d’être sociale (elle doit certes l’être), n’est-elle pas épistémique ? Le meilleur ciment fédérateur, n’est-ce pas l’exigence ? Le meilleur respect qu’on puisse avoir pour un disciple, n’est-ce pas de « l’élever » ? Le rehausser. Le tirer quelque part.

Et si le vrai creuser, c’était de remettre, au centre absolu des objectifs, la connaissance ? Réinstiller dans les classes cette notion tellement fondamentale : l’idée d’acquérir, puis de partager une culture commune. Ou même la culture tout court. Oui, Messieurs les soixante-huitards : la Culture.

Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.