Apprendre à perdre, Monsieur Longet !

Imprimer

 

Édito Lausanne FM – Lundi 21.04.08 – 07.50h



Hier, une très nette majorité du peuple genevois (59%) a élu le candidat de la droite, Daniel Zappelli, contre celui de la gauche, François Paychère, au poste de Procureur général, pour six ans. Les deux candidats, je l’affirme, étaient de valeur, mais enfin c’est ce choix-là que le souverain a fait, à l’issue d’une campagne animée, où chacun, largement, a pu exposer ses positions. L’élu bénéficie même d’une légitimité accrue par une participation record dans ce genre d’élection.

Or, hier soir, qu’avons-nous entendu ? Un homme de valeur, René Longet, nouveau président des socialistes genevois, se contorsionner à n’en plus finir, pour expliquer à quel point le corps électoral n’avait pas compris l’extrême subtilité des thèses socialistes en matière de justice, défendues par François Paychère. Bref, c’est comme en Italie, comme dans la France du Traité européen de 2005 : on nous refait le coup du peuple qui vote mal.

Une telle argumentation, de la part des prédécesseurs de René Longet, n’aurait pas étonné. De sa part à lui, celle d’un homme qui, par sa culture, élève d’un cran le niveau de la fonction de président du PS à Genève, c’est décevant. René Longet est un espoir pour la vie politique genevoise : trop longtemps écarté des instances dirigeantes, cet homme de réflexion profonde sur la société et l’environnement a beaucoup à nous apporter. Sa politique, très claire, de retour aux priorités sociales, respire une cohérence qui a tant fait défaut ces dernières années.

Il manque juste encore à René Longet, une chose : apprendre à perdre. À cet égard, le pathétique duel qui l’opposait hier soir, à Forums, à Charles Poncet, a tellement tourné à l’avantage de l’avocat qu’on a presque eu l’impression de revivre l’exécution de Louis XVI. René Longet mérite mieux. Le débat politique aussi.

Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 4 commentaires

Commentaires

  • René Longet, a raison de dénoncer le débat politique qui n'existe plus en Suisse. C'est toujours la même chose, le discours populiste et mensonger de l'UDC arnaque le citoyen et le fait voter contre lui.

    470'000 personnes vivent à Genève, hors, 52000 personnes ont fait gagner Zappelli, j'aimerais bien que les étrangers qui vivent et qui payent des impôts, puissent aussi participer au débat!

    Je peux vous dire que ça n'arrivera jamais, car les étrangers sont moins dupes que les suisses, et que le message de l'UDC contre eux ne passerait plus...

    Continuer à dénoncer les injustices Monsieur Longet, vous êtes le seul qui dit la vérité à Genève.

    Au moins un qui n'est pas corrompu!

    J'espère que la constituante donnera aux étrangers qui font vivre ce canton, le droit de vote, comme c’est le cas dans les communes !

    En tout cas, hier ce n’est pas les genevois qui ont élu Zappelli, enfin pas tous, car si j’avais pu voter, je ne l’aurais pas voté !

  • Cher Pascal Decaillet,

    Merci pour cette fine analyse, que je partage pleinement. Dans le même registre, ne manquez surtout pas le commentaire pertinentissime de ma Confrère Lorella Bertani, dans la "Tribune" de ce jour...

    Bien à vous.

  • Cher Pascal,

    Encore merci pour la subtilité de tes analyses des situations et des personnages qui l'animent.

    Le problème de M. Longet est qu'il ne veut pas voir les erreurs malgré sa clairvoyance des problèmes sociaux. Faisant de la formation un des quatre volets de son programme, il ne voit pas combien elle est malmenée en réalité et non représentative de la volonté populaire exprimée en faveur d'une école de qualité.

    Lui, pourtant si attaché aux institutions et à leur refondation!
    Non, les citoyens ne votent pas mal; il n'y a que des politiques qui n'entendent pas la vox populi.

    Cordialement,

  • Bravo pour votre analyse. Comme toujours, la gauche pense que le peuple n'a pas la capacité de jugement pour voter. Par définition, les citoyens(nnes) sont manipulables et manipulés par la presse et les partis de droite grâce à des moyens financiers immenses.......Il est à noter que lorsque la gauche a la majorité, elle ne se plaint pas des électeurs(trices).
    Nous avons en Suisse une telle culture de la démocratie, que je suis persuadé que la très grande majorité des votants donne son suffrage en toute connaissance de cause.
    Quant à Lorenzo Serna, s'il veut voter, qu'il demande sa naturalisation!!!
    La citoyenneté ne donne pas que le droit de vote, elle implique aussi des devoirs, et là lorsqu'il s'agit de devoir, les étrangers voulant voter sont souvent aux abonnées absents........

Les commentaires sont fermés.