Sarkozy: grand oral réussi

Imprimer



Edito Lausanne FM – Vendredi 25.04.08 – 07.50h


Je ne sais comment Nicolas Sarkozy écrit, mais à l’oral, il est définitivement excellent. Le Président, hier soir, face à plusieurs journalistes, dont un Yves Calvi chargé d’une hargne digne d’un plat de champignons mal digéré, a largement réussi son passage télévisé. Non seulement parce que le Président est doué face aux caméras, cela ne suffit plus depuis longtemps. Mais avant tout parce que, sur le fond, il a tenu un discours courageux.

La hargne de Calvi, juste un mot. Qu’il faille, dans l’interview politique en direct, rester sans concessions, c’est évident. Que Calvi n’aime pas Sarkozy, c’est son droit absolu. Que cette inimitié (ou peut-être la mise en scène de cette posture, pour plaire à ses pairs, à son microcosme) éclate à ce point, dans un média où chaque frisson de sentiment se trahit dans la lumière, ça n’était peut-être pas nécessaire. Au moins Calvi, lui, a-t-il puissamment existé, là où PPDA, désormais l’ombre de lui-même, semblant comme étranger aux enjeux de l’émission, se contentait de passer les plats.

Retour au Président. À coup sûr, sa première année déçoit. Les tambours et trompettes du printemps 2007 sont bien loin ; reste la dure, la tenace réalité de cette vieille société française, si difficile à réformer. Le miracle de l’Etat-Providence allume et envoûte encore tant de consciences. Le poids des corporatismes demeure écrasant. Dans ces domaines, par exemple l’enseignement, Nicolas Sarkozy a fait des choix : il réfute la logique de quantité, se refuse à engraisser à l’envi le mammouth. Et il le dit. Et à chacun de ses mots, dans ce domaine ultrasensible où tant se sont cassé les dents et où veille le syndicat le plus conservateur du monde, il se fait des dizaines de milliers d’ennemis. Mais il tient quand même son cap. C’est présidentiel.

Idem sur le rapport au travail, les abus dans le chômage, l’idée de mérite ou encore les clandestins. Il a raison ou tort, on le suit ou non, mais il tient son cap, et son argumentation, solide, reflète la cohérence de sa pensée politique. Là aussi, c’est présidentiel. De droite ou de gauche, les Français aiment être gouvernés. Ils aiment qu’il y ait un pilote dans l’avion, quitte, de temps à autre, à l’éjecter du cockpit. À cet égard, hier, le Président a réussi sa prestation.

Cette contre-attaque était urgente et indispensable. Par quelques petits gestes qui ont déplu, Nicolas Sarkozy s’est, un peu trop souvent, dans cette première année qu’on qualifiera d’apprentissage, montré au-dessous de la fonction présidentielle. Mais l’homme, très intelligent, apprend vite, tire les leçons, et nul, aujourd’hui, ne peut préjuger de son succès ni de son échec. Ainsi va la politique, cruelle et imprévisible. Comme la vie, non ?


Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 8 commentaires

Commentaires

  • BONJOUR
    Nous avons été ulcérés d'entendre mr Sarkosy dire que les travailleurs sans papiers demandaient la nationalité française.Pire, votre journaliste, mr Calvi ne l'a pas démenti.Ceci vise une fois de plus à dénigrer les étrangers .Soit mr calvi ne connait pas la différence entre une carte de séjour et la nationalité française, dans ce cas, il n'est pas à sa place, soit il participe à une manoeuvre d' intoxication et de populisme.Merci de remettre les choses en ordre pour laver notre honneur.

  • Hmmmm...! Pour commencer PPDA n'a pas été l'ombre de lui-même, les plats cela fait 20 ans qu'il les passe en direct à toute personne ayant un tant soit peu de pouvoir ou d'influence.
    Et pour ce qui est de la prestation de Sarko, en réaction à votre lecture, que je trouve bien indulgente voici une appréciation plus critique pour ceux que cela intéressera:

    http://www.bakchich.info/article3532.html

  • Bof, bla-bla, bling-bling, des mots, en contradictions total des actes du personnage. De la politique people, sans fond si ce n'est l'abîme qui sépare ceux-ci de la réalité.

  • sincères félicitations M. CALVI vous êtes un"PRO" ce n'est pas toujours vrai en ce qui concerne vos confrères.Continuez, restez vous-même.

  • J'ai trouvé Calvi assez pugnace effectivement, mais comme le souligne un autre commentaire, pas au point de reprendre l'Omniprésident qui a tenu un discours de plusieurs minutes complètement à côté de la plaque. Aucun sans papier ne demande la nationalité français, qu'ils ne pourraient de toute manière pas obtenir, ils demandent juste un titre de séjour. Expliquer au bon peuple qu'on ne peut pas donner le passeport à tout le monde, alors que PERSONNE ne le demande, c'est assez gonflé! Même Le Pen n'avait pas osé.
    Autre énorme bourde de l'ancien ministre de l'Intérieur, non relevée par le journaliste, qui était visiblement resté estomaqué devant tant d'inculture ou de mauvaise foi, il a affirmé que de ne pas aller en Irak ne nous avait pas empêché de subir des attentats islamistes dans les rues de Paris... Or les derniers attentats islamistes remontent à dix ans avant la guerre d'Irak.
    Décidément, depuis sa grosse bévue d'il y a un an, où il avait du avouer qu'il ne connaissait pas la différence entre shiites et sunnites, pourtant essentielle à l'analyse des courants islamistes et terroristes, il affiche toujours un souverain mépris pour ces questions. Pour un président de la République comme pour un Ministre de l'Intérieur, c'est pourtant le B.A. BA du métier. Ni une erreur, ni une faute, mais un crime contre la sureté de l'Etat.
    A part ça, il conserve effectivement de grands talents de communicateur. Dommage qu'il n'y ait que du vent derrière.

  • Etonnante analyse !
    Ce qui caractérise la politique de Sarko, c'est justement de ne pas en avoir...
    La seule perspective ! LUI
    C'est absolument dramatique

  • Yves Calvi est un trés bon journaliste. Il a un charisme indéniable et "C'est dans l'air" a une excellent côte. Passons.

    Dire que le passage de son interview avec Nicolas Sarkozy, sur la situation des sans papiers, m'a déçu, est une litote. Que PDA ou Pujadas n'ait pas repris Calvi ou Sarkozy sur la confusion nationalité française, sans papiers, m'a littéralement fait bondir de ma canapé !

    OUI j'ai été choqué de voir que le chef de l'Etat, ancien ministre de l'intérieur ne sait pas faire la différence entre une demande de naturalisation et une demande de régularisation. Ce n'est pas la même chose ! Comment Calvi a t-il pu laisser passer cette erreur à presque 3 reprises !
    L message subliminal qui est passé à travers le monologue de Sarkozy est celui ci : les sans papiers veulent être des français !

    Qui va entendre ce message en France ? les nationalistes et extrémistes en France. Et nous les "étrangers" qui connaissons bien nos situations administratives délicates.

    A quand un démenti ? Ou est ce que ce "détail" télévisuel importe peu dans un pays où l'étranger est toujours considéré comme une menace !

  • Je suis resté sidéré quand Yves Calvi est resté sans voix quand ,à propos des retaites,le Président lui a fait approuver le fait qu'il n'y avait pas de fait nouveau depuis 2003 et qu'il n'y avait pas de raison de ne pas passer à 41 annuités.Si, au contaire il y a au moins 4 faits nouveaux:la négociation sur la pénibilité n'a pas abouti de la faute au patronnat,le taux d'emploi des seniors n'a pas évolué,le fonds de réserve des retraites n'a pas été correctement alimenté cette année(1,5 milliards aulieu de 6)pour arriver à la somme prévue en 2020,enfin le gouvernement n'a pas tenu ses engagements en matiére de maintien du pouvoir d'achat des retaites liquidées.Il y avait de quoi le contrer....

Les commentaires sont fermés.