L'affaire sous l'affaire

Imprimer



Ou : la politique, cornes contre cornes

Édito LFM – Mardi 13.05.08 – 07.50h

Il faut vraiment débarquer de la Lune, ou de Patagonie, pour ne pas déceler, en filigrane de l’affaire Bagnoud, une seconde affaire, politique celle-là, dont les échéances sont extraordinairement proches : la première d’entre elles intervient demain déjà. Avec, en éclatante apparition du palimpseste, une fois décollée la fine couche de l’affaire Bagnoud, un personnage principal : Christophe Darbellay. À la vérité, il n’y a pas d’affaire Bagnoud, tout juste bonne pour le vaudeville et le juge d’instruction. Mais il y a, à l’évidence, une affaire Darbellay.

Président du PDC suisse, candidat au Conseil d’Etat de son canton (mars 2009), Christophe Darbellay doit affronter demain Nicolas Voide, pour la désignation du candidat du district de Martigny au poste de conseiller d’Etat. Autre étape, le 6 juin : le vainqueur du match Darbellay-Voide sera opposé à un poids lourd : Maurice Tornay, d’Orsières.

Or, le Nouvelliste, dans son édition de samedi, a rendu, à son corps bien défendant, un fier service à Darbellay. À quatre jours de la décision du PDC de Martigny, le quotidien valaisan a décoché les orgues de Staline contre lui, en donnant, sur une page complète, la parole à son très vieil ennemi, le féodal anniviard Simon Epiney. Présenté, en tête de page, comme une « figure tutélaire » du PDC valaisan. Quand on sait que le Nouvelliste roule pour Maurice Tornay, la ficelle apparaît plus épaisse, encore, qu’un câble de téléphérique. Téléveysonnaz, par exemple ?

Trop énorme, la ficelle, pour échapper à la sagacité du public, même si on sait que le gros des troupes conservatrices, y compris certains UDC reconvertis au PDC, investira Saxon, demain, pour voter contre Darbellay. Mais il y a mieux : on apprend ce matin que Nicolas Voide, rival de Darbellay demain soir, homme politique de valeur, qui n’était autre que l’avocat de Xavier Bagnoud (si !) dans cette affaire de douche et de poudre, renonce à l’être ! Nicolas Voide aura donc commis, en quelques jours, une double erreur : être l’avocat de Bagnoud ; ne plus l’être. Du coup, l’homme apparaît comme instable, et Darbellay regagne du terrain. Vous me suivez, ou vous êtes à nouveau sous la douche ?

Vous avouerez que jamais désignation d’un candidat par un simple district n’aura, à ce point, dépassé les frontières du Valais. Dans toute cette affaire, la maîtrise de la communication par Christophe Darbellay a été d’une rare orfèvrerie : il reste au-dessus de la mêlée, suppute avec une assassine douceur, samedi soir, que « Simon s’ennuie dans sa retraite », apparaît le lendemain avec sa fiancée à la finale des Reines d’Aproz, rend hommage à Voide, se comporte comme un homme que les missiles n’atteignent pas.

Bref, plus on l’attaque, plus il adore. C’est la politique cornes contre cornes. Avec tout le poids du corps. Des sabots qui remuent des tonnes de poussière. Et que le meilleur gagne !


Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 28 commentaires

Commentaires

  • Vous en train de dénoncer encore un "complot" ourdi par le même Christophe Darbellay, le tombeur de qui vous savez ?

    Encore ce calculateur de Christophe Darbellay ?
    Encore pour de la politique politicienne ?
    Encore en vue d'un poste ?

    Mais que veut-il ? Il ne lui suffit pas d'être président de parti, conseiller national, il lui faut aussi une place au Conseil d'état, il veut concentrer tous les pouvoirs ?
    Il est avide de pouvoir !

  • On dirait vraiment qu'en Valais et en ce moment, la politique est sur de mauvais rails. A quand une ligne claire ?
    :o)

  • Ah, Victor! Décidement un rien vous amuse. En l'occurence, et si complot il y a, il était cette fois dirigé CONTRE M. Darbellay et non intrumentalisé PAR lui.

    Je comprends mieux pourquoi vous défendez M. CB avec une telle ferveur!

  • Monsieur Décaillet,

    Si vous saviez comme j'ai plaisir de lire vos commentaires! Pertinents, décortiqués, chaque fait est mis en lumière, c'est un régal.Merci.

    Ce matin, j'ai écouté l'émission " Médialogue" sur la RSR...Il en est ressorti qu'un politique qui veut être élu doit passer le plus possible dans les médias.Toujours selon les propos entendus,un politique dont on ne parle pas n'a que très peu de chance d'être élu!Pensez-vous sincèrement que cette théorie est valable?
    C'est peut-être vrai, mais je vous avoue qu'une fois de plus, j'ai été douchée à l'eau froide.
    Cordiales salutations.

  • @ azrael

    "À la vérité, il n’y a pas d’affaire Bagnoud, tout juste bonne pour le vaudeville et le juge d’instruction. Mais il y a, à l’évidence, une affaire Darbellay."

    "Vous en train de dénoncer encore un "complot" ourdi par le même Christophe Darbellay, le tombeur de qui vous savez ?

    Encore ce calculateur de Christophe Darbellay ?
    Encore pour de la politique politicienne ?
    Encore en vue d'un poste ?

    Mais que veut-il ? Il ne lui suffit pas d'être président de parti, conseiller national, il lui faut aussi une place au Conseil d'état, il veut concentrer tous les pouvoirs ?
    Il est avide de pouvoir !"

    je ne fais que poser des questions...ou est la fervente défense de C.B. ?

  • "...ou est la fervente défense de C.B. ?"

    Cher Victor, seriez vous du naturel du poisson? 3 minutes de capacité de mémoire?

  • @ Azrael.
    "Cher Victor, seriez vous du naturel du poisson?"
    Comment vous le savez ? qui vous a donné ma date de naissance ? "complot" ?

    "3 minutes de capacité de mémoire?"
    Pour ma défense, tout est écrit...

    Franchement et sérieusement, c'est
    ""complot" ourdi par le même Christophe Darbellay, le tombeur de qui vous savez ?",

    qui vous fait croire que je défends "mon Roi" ( définition selon certains ! )...j'ai nommé Christoph Blocher...?

  • Darbellay nous a bien montré son vrai visage. Par intérêt carriériste, il s'est mué en Brutus il y a cinq mois. Poursuivant sur son rail, excellant dans l'art machiavélique, il a trouvé là un joujou dans cette affaire!

    Dieu merci, un politique est sous les verrous car il n'est pas au-dessus des lois. Mais reste le cas Darbellay qui n'a toujours connu que les coulisses du pouvoir pour y aiguise ses armes. Aucune ligne ne s'est jamais dégagée : il illustre ainsi magnifiquement la boutade d'Edgar Faure "En politique, ce ne sont pas les girouettes qui tournent, mais bien le vent qui change."

    Ses machinations dévoilées au grand jour, il lui manque tout de même le courage d'avoir exprimé une stratégie de communication. PDC ou pas.

    Dommage que seul ce profil réussisse dans notre "pays"!

  • Darbellay (qui a fait la Patrouille des glaciers) et Bagnoud on un point commun, ils adorent la poudre !!

  • On parle toujours de Darbellay comme d'une girouette. Permettez-moi de faire remarquer un point essentiel : les caciques du PDC Valais n'ont JAMAIS voulu faire de place à Christophe Darbellay!

    Son apparition sur les listes PDC n'a été possible QUE grâce au coup de force de l'élection au Conseil des Etats 1999, où Darbellay a prouvé sa force électorale (sous les couleurs du Parti chrétien-social) face à.... (suspense).... Simon Epiney! Eh oui! Le même qui dégomme Darbellay sous les apparences du vieux sage...

    En effet, en se retirant du second tour de l'élection, Darbellay a pu obtenir, en contrepartie, sa place sur la liste officielle du PDC pour l'élection au Conseil National de 2003...

    Il est nécessaire de comprendre ces mécanismes, car ils illustrent le fait que tout n'est pas qu'affaire de girouette et de vent...

    Une petite réflexion pour terminer : qui va croire à cet légende alpine selon laquelle "l'aile conservatrice du PDC" ferait scission en cas d'élection de Darbellay, car trop à gauche? Cet fameuse aile conservatrice qui, soit dit en passant, serait membre de l'UDC dans tous les autres cantons suisses, n'a AUCUN intérêt à sortir du PDC! Vous imaginez? Ne plus être majoritaires pour enfiler à droite et à gauche nos petits copains......

  • "En se retirant du second tour...." Déjà la magouille !! Décidemment, il ne changera jamais !

  • Le PDC représenté par M. Darbellay n'est pas représentatif de l'aile conservatrice. Alors légende alpine? Entremontant il faut revoir ton jugement!! Si l'ampleur de la scission n'est pas connue, la seule certitude est que la venue de Darbellay après tous les autres va affaiblir le PDCVr dans son ensemble. Ca c'est un fait que personne ne peut nier. Il est venu diviser le parti (qui n'en avait déjà pas besoin) au lieu de rester au poste ou le citoyen valaisan l'avait élu comme un roi. De qui se moque-t-il? Comment expliquer ce revirement? Et après on essaie de dire que ce n'est pas une girouette? Sur un point, il ne varie pas en fonction des vents, c'est lorsque ses intérêts priment. Là il est champion.

    Sinon, je vois que M. Décaillet, comme l'ensemble des journaliste est plus prompt à tirer des ficelles dans tous les sens qu'à parler des idées des candidats.

    Ah, mais oui, qui en a eu des idées jusqu'à aujourd'hui? Tornay hier, mais sinon??! Pauvre débat ou seule la forme et non le fond compte. Espérons que ce ne soit pas le cas le 6 juin prochain. Dans l'intérêt de tous les Valaisans, tout parti confondu...

  • Mais alors, cher compatriote valaisan, ouvrons la liste!

    Une liste ouverte, avec Darbellay et Tornay pour le Bas du canton, et que le meilleur gagne!
    Non? Parce que si Darbellay est présent sur la liste ouverte et qu'il récolte moins de voix que Tornay, alors CQFD! Je m'incline devant l'argument de la représentativité et le PDC n'aura perdu aucune voix de ses fameux conservateurs, car ils se seront mobilisés à fond pour abattre Darbellay!

    Mais enfin, l'"ouverture" est un joli slogan qu'il est toujours utile de sortir après les élections...

  • OK, alors une liste ouverte, mais selon ton pronostic. En prenant une hypothèse possible et non farfelue : Tornay finit 2e derrière Darbellay mais devant Melly et Perruchoud.

    Conclusion : Tornay est élu devant le peuple mais impossible de sièger au CE, car il faut obligatoirement un du centre. Il doit donc laisser la place à Melly. Que dis-tu de cette hypothèse? Est-elle logique? Serait-ce intéressant de se retrouver dans la position de Tornay? Et dans celle de Melly, élu uniquement par des règlements et non par le peuple? Quelle légitimité?

    N'est-il pas du devoir d'un parti (ici PDC) de se présenter uni devant le peuple? Or qu'en serait-il en cas de liste ouverte : la division la plus totale. Celui qui tire le plus fort contre l'autre, Darbellay contre Tornay. Le PDC sortirait-il gagnant d'une telle lute, à part de mettre encore un peu plus en avant les deux ailes du parti? Le but d'un parti est quand même de présenter ses meilleurs candidats, non? Sinon à quoi sert le parti si tous les citoyens peuvent choisir totalement librement? Alors liste fermée le 6 juin et que le meilleur gagne.

    Venant d'un district non concerné du bas-Valais, je me permets d'être étonné qu'un Entremontant ne soutienne pas le candidat du coin (valable, il me semble) et représentant un petit district contre un candidat de la plaine qui vient d'être nommé (très bien par l'Entremont du reste) pour représenter le bas-Valais au niveau Suisse. Et qui représentera après le bas-valais (y.c. l'Entremont!) à Berne. Un citoyen de Grimisuat? Merci qui?

    J'attends votre avis.

  • L'archange Christophe D. (pas d'amalgame) est l'élu du Peuple. Son message compassionnel accroche et son aura est incontestable.
    La foule est suspendue à ses lèvres. C'est une image passéiste.
    Aujourd'hui, l'archange Christophe a un style Tendance: un mélange de Brad Pitt et de Kouchner.
    Vous le voyez sur tous les écrans voire sur tous les fronts. Son charme fait fureur. Son sourire est irrésistible. Il distribue des autographes, déboule en 4x4 sur les terres escarpées e son pays.
    Politicien ou acteur. Ces deux métiers n'en font qu'un et la limite entre la fiction et la réalité est ténue. Mais la quête du pouvoir est sans pitié. Voyez:
    Sous l'oeil des caméras, l'archange Christophe tente de convaincre les spectateurs de sa foi en la démocratie de son Pays. Il n'est pas avare de compliments sur l'état de grâces d'une nation bénie.
    Son éloquence de tribun fait l'admiration de ses fans. Le ton est juste, sans fausse note.
    La critique a apprécié sa prestation.
    Alors que demande le Peuple!

  • Pour répondre à Mme Ribordy : Les personnes ayant un style tendance signant des autographes, ayant du charme, un sourire irrésistible, un mélange de Brad Pitt et de Kouchner et ayant des fan!! Est-ce vraiment cela que l'on recherche au conseil d'état Valaisan?
    Je pense plutôt que ce genre de personne a sa place dans les revues people, gala et compagnie... et nullement à la tête de notre beau canton.

  • Votre hypothèse n'est pas du tout farfelue. Comment remédier au problème? En instaurant des règles dans le jeu. Ce n'est pas bien compliqué : le premier candidat du Bas et le premier candidat du Centre, au premier tour, sont les candidats pour le second tour. Point.

    C'est bien la règle dans le cadre du Congrès, non? Les délégués peuvent très bien choisir (pour suivre votre hypothèse) Darbellay et Melly, alors même que Tornay disposerait de plus de soutiens que Melly, afin de respecter la représentation des régions...

    Sinon, c'est la politique du carnotzet : quelques grands pontes se réunissent, tapent du Fendant, et à la fin décident qui est sur la liste...et sera élu (fatalement). Les élus quasiment adoubés à la suite de ce genre de manoeuvres politiques sont-ils vraiment plus légitimes que ceux issus d'une votation populaire? Je crois que poser la question, c'est y répondre.

    Quant aux raisons qui font que, en tant qu'Entremontant, je ne soutienne pas Maurice Tornay, je peux te répondre que c'est peut-être bien JUSTEMENT parce que je suis Entremontant que je ne le soutiens pas, si tu vois ce que je veux dire ;-)

    PS: le NF se comporte aujourd'hui envers Darbellay avec les mêmes méthodes qu'à l'époque, pour barrer la route de Guy Genoud... On prend les paris que l'histoire se répétera?

  • Je rejoins totalement schtroump grincheux.

    Pour être conseiller d'Etat il faut bosser les dossiers, travailler 15h par jour, être assidu, prendre des décisions difficiles, avoir des opinions claires, savoir les défendre, etc...

    Les sourires, autographes, 4x4... ca ne va pas faire de C.Darbellay un bon conseiller d'Etat.

    Madame vous êtes exactement l'électeur (trice) type de M. Darbellay. Il est gentil, beau, dans tous les médias, il plait... Mais connaissez vous ses idées? Ses prises de position sur les sujets importants du canton? Sa façon de vouloir gouverner?

    Sur la forme, il est imbattable et tout le monde est d'accord. Sur le fond, il a encore bien des choses à prouver. Peut-être qu'il sait être bon dans le domaine ou ca paie pour les élections... Dommage pour tous ceux qui veulent un Valais qui "tourne" et non pas un Valais "people"...

  • @ Stroumpf grincheux et Noelle Ribordy : je partage votre mauvaise humeur. On n'est pas là pour faire la carrière de quelques peigne-culs!

    Il était en son temps le plus jeune haut fonctionnaire fédéral grâce à Couchepin. Mais il n'a rien à apporter!!!!

    Pas de charme particulier! Non, c'est un rail grâce à ses petits copains. Pas de bilan, si ce n'est que quelques coups à la Brutus!

    Pas besoin de ce genre de politiques!

  • "PS: le NF se comporte aujourd'hui envers Darbellay avec les mêmes méthodes qu'à l'époque, pour barrer la route de Guy Genoud... On prend les paris que l'histoire se répétera?"

    Qui a été nommé dans le NF comme un "homme d'Etat"? Qui lors de l'annonce de son élection a eu droit à la première page en tout grand dans le NF? Alors que Mme Volpi, MM Voide et Tornay n'ont eu droit qu'un petit carré (ou même pas) sur la même première page? Qui passe en photo lors de chaque manifestation valaisanne (festival, combat de reine, PDG, etc...)? Le même qui médit sur le fait que c'est Tornay qui met les articles dans le NF!!! Pauvres les arguments si c'est réduire à attaquer son adversaire de la sorte.

    Attention de ne pas se laisser embobiner par la presse et les médias qui soutiennent (Le Temps, Le Matin, etc...) ouvertement M. Darbellay.

    Sinon, désolé j'ai pas fais le lien entre le fait de ne pas soutenir Tornay et d'être JUSTEMENT Entremontant.

    100% d'accord avec loutor, schtroumpf grincheux et Micheline. On veut des gens qui fasse avancer le canton et qui bosse et non pas qui fasse la une des journaux pour des raisons sans importance(mariage, PDG, course ski, chasse, vélo, etc...)

  • Les mots peuvent tuer.

    Les mots peuvent sublimer.

    Les mots peuvent amuser.

    Les mots peuvent être mal interprétés....

    Je parle de charisme, d'intelligence et d'élégance....du coeur.

  • Un peu léger comme réponse aux arguments avancés par les uns et par les autres. A ce rythme là, vous ne pouvez voter que pour CD...

  • Votre réaction est prévisible.

    "Le droit d'ingérence" créé par KOUCHNER, une avancée formidable pour les Droits de l'Homme.

    "La défense de la démocratie pour une Suisse respectueuse et généreuse assurée par Christophe DARBELLAY.

    Des arguments un peu légers, dites-vous!

  • Ce n'est pas les droits de l'Homme qui feront avancer le Valais, même si c'est "une avancée formidable".

    Ce qu'il faut pour le Valais c'est une conseiller d'Etat capable de prendre des décisions tous les jours, de faire des nominations justes et impartiales des collaborateurs et chefs de service (pas des petits copains comme trop souvent), de contrôler en permanence les services de son département, des projets (autoroute, Rhône, caisse pension etc...) à faire avancer, des intérêts à défendre face à d'autres collectivités (par ex. Lonza), etc...

    Ca c'est un fait, ou bien ce n'est pas juste? Après il n'est pas sûr que M.Darbellay soit meilleur qu'un autre à ce niveau-là. Sans enlever les qualités qu'il possède, il n'a rien prouvé de spécial jusqu'à aujourd'hui à ce niveau. Ou bien?

    Il est nettement meilleur dans les coups politiques, dans son rapport avec les médias et dans la stratégie politique, mais conseiller national ou président de parti, ça ne ressemble à rien à conseiller d'Etat.

    Dans votre réponse vous parlez de Kouchner et la comparaison avec M. Darbellay n'engage que vous!!

  • Pourquoi, en tant qu'Entremontant, j'émets des réserves envers le système PDC actuel?

    Voici quelques points:
    - Le PDC, ancien parti de délégués, est devenu un parti de membres. Aujourd'hui, on réalise le même "trafic" de membres que le trafic de délégués qui était si décrié. En effet, pour augmenter le nombre de membres, on a trié sur le volet les potentiels soutiens.

    - Ensuite, pour couper l'herbe sous les pieds de candidats potentiels et pas encore déclarés, on a fait anticiper le Congrès du Parti, agendé par le Comité du PDCvr au mois de novembre, en juin.

    - Ainsi, les gens (ne possédant pas de carte du PDC) qui n'ont pas réagi immédiatement n'auront pas le droit de vote au Congrès du mois de Juin (alors que certains candidats déclarés au préalable ont déjà fait le plein de soutiens).

    Ces paroles, tirée du NF du 9 mai 2008 : "Adversaire : la mauvaise foi, les intrigues de couloir" m'interpellent vivement......

  • Entremontant..., vous devriez savoir, puisque vous semblez si bien renseigné, que si le congrès du PDCVR a lieu au mois de juin, c'est uniquement pour que les présidents de commune qui seraient intéressés à entrer au conseil d'Etat n'aient pas à mener deux campagnes en même temps: la campagne communale et la campagne pour l'inverstiture du parti. Cela permet, par ailleurs, un temps plus long avant l'élection par le peuple, en mars 2009, pour chercher des fonds (parce qu'une campagne est coûteuse) et pour refaire, après la campagne interne, l'unité du parti.

    "Les pontes du PDCVr ont fait ce choix de la liste fermée par stratégie politique. Parce qu'une liste ouverte aurait affaibli le Haut-Valais et favorisé une candidature UDC dans cette partie du canton. Parce que la règle interne traditionnelle au parti obligeant d'avoir un candidat dans le Bas et un dans le Centre ne permet pas une vraie philosophie de liste ouverte. Et parce que, surtout, le PDCVr n'est prêt ni à laisser à d'autres le choix de ses deux candidates ou candidats, ni à se payer une crise interne entre deux tours d'une élection au système majoritaire." (NF du 12 mars 2008)

    De plus, veuillez m'expliquer pourquoi les personnes n'ayant pas la carte du PDCVR au début de l'année 2008 auraient-elles le droit de se prononcer au congrès de ce même PDCVR pour désigner les candidats de ce parti? Ce seront donc des PDC convaincus qui choisirons leurs candidats, le 6 juin 2008, et non des pseudo-PDC, comme on a pu le voir lors de la primaire de Martigny.

  • Votre avis est intéressant, ythetaz. Il m’interpelle toutefois…
    Il ne m’est possible actuellement de m’intéresser à la chose politique que par le biais d’Internet et peut-être me manque-t-il certaines informations émanant de la presse écrite, des réunions officielles ou des comités de soutien.

    J’ai cru comprendre que la demande d’avancer le congrès en juin émanait de la section d’Entremont qui la justifiait par « c’est uniquement pour que les présidents de commune qui seraient intéressés à entrer au conseil d'Etat n'aient pas à mener deux campagnes en même temps ». Cette demande aurait été dans un premier temps refusée par le comité du PDCvr, puis acceptée par le Conseil des 99. Cela me pousse à penser que l’Entremont pourrait avoir le cas de figure entre ses monts… ou bien que la clairvoyance de ses sages serait profitable à de nombreux présidents dans le canton. Ai-je bien compris ?

    Concernant la liste ouverte « Parce que la règle interne traditionnelle au parti obligeant d'avoir un candidat dans le Bas et un dans le Centre ne permet pas une vraie philosophie de liste ouverte… » Ce que vous avez lu dans le NF du 12 mars 2008, me semble contrarier ce qui était une des justifications de la transformation d’un parti de délégués en parti de membres... transformation qui aurait amené une plus grande représentativité de toutes les forces du parti, une ouverture…

    Pour terminer, vous contestez la légitimité des porteurs de cartes PDC 2008 à voter au congrès du 6 juin… Je vous renvoie au site du candidat Tornay http://www.mauricetornay.ch/discours/10.04.08_PDC_Orsieres.pdf
    Il commence son discours du 10 avril 08 par « …Et vous m’avez déjà accordé votre confiance, le succès de la demande d’adhésion au PDC-VR lancé par mon comité de soutien le démontre. »

    Ces nouveaux adhérents évoqués, sont-ils à vos yeux légitimés pour voter ? Et que pensez-vous des nombreux fidèles du PDC, qui ont été court-circuités par l’avancement de la date du congrès et n’ont compris que trop tard que l’échéance de 3 mois était aussi avancée ?

    Je suis toujours en grand questionnement…

  • Plusieurs choses, en réponse au message d'Entremontant...

    1. Pour l'avancement de la date, je me suis peut-être pas complètement expliqué. Il fallait aussi tenir compte des différentes campagnes communales. Et une campagne interne au parti, au moment même où ont lieu des élections communales (y compris celles des présidents), aurait porté trop d'ombre aux enjeux locaux. Immaginez seulement quelle aurait été la place, dans la presse et dans les conversations des citoyen(ne)s, des élections communales dans le disctrict de Martigny alors que dans le même temps se serait jouée la primaire entre MM. Voide et Darbellay. Si la date a été avancée, c'est aussi pour permettre plus de visibilité aux enjeux communaux.

    2. Je ne conteste pas "la légitimité des porteurs de cartes PDC 2008", comme vous le prétendez. Le parti a démocratiquement défini un certain nombre de règles internes parmi lesquelles celle qui donne le droit de vote après avoir été, durant un certain temps, membre du parti. Ceci a l'avantage de permettre aux PDC convaincus de choisir librement leurs candidats, sans que des pseudo-PDC (comme on l'a vu à Martigny) choisissent pour eux. Et rien n'empêche que les candidats puissent encourager leurs sympatisants à prendre la carte du parti. C'est ce qui a été fait par M. Tornay, bien sûr, mais aussi par MM. Voide, Darbellay et Melly, ainsi que par Mme Perruchoud-Massy. Pourquoi vouloir cibler le candidat Tornay, alors même que tous les autres ont procédé de la même façon? De plus, si ce sont des sympatisants de candidats, ils doivent bien être des sympatisants du parti, non? Alors non, je ne conteste pas la légitimité des "porteurs de cartes PDC 2008".

    3. "Et que pensez-vous des nombreux fidèles du PDC, qui ont été court-circuités par l’avancement de la date du congrès et n’ont compris que trop tard que l’échéance de 3 mois était aussi avancée ?"
    "Les fidèles du PDC", croyez-moi, ont la carte depuis 1997. Ce ne sont donc pas eux qui ont été court-circuités, mais bien les pseudo-PDC qui veulent influencer le choix d'un parti aux idées duquel ils n'adhèrent pas forcément. Je ne peux donc que saluer cette décision, puisque seuls les PDC convaincus s'exprimeront à Conthey, le 6 juin.

    4. Quant à la transformation du PDC en parti de membres (et non plus de délégués), elle permet peut-être une plus large ouverture, c'est-à-dire une plus large expression de la démocratie. En ce sens, le congrès du 6 juin sera souverain, tant pour la stratégie (liste ouverte ou liste fermée) que pour la désignation des candidats. Mais c'est un fait que le nombre de candidats du centre et du bas doit être égal (ce sont les statuts du parti que les membres ont accepté). C'est également un fait que, si les deux candidats du centre (par exemple) sortent en tête au premier tour, le parti n'a que deux possibiliés:
    a) présenter au deuxième tour les deux meilleurs. Mais comme la règle interne (voulue démocratiquement) veut qu'il y ait autant de candidat du centre que du bas, le parti devra à nouveau en présenter quatre, sans oublier M. Cina, du Haut-Valais. Et là, l'alliance des minoritaires ajouté à la division du parti (chacun des candidats, pour être élu, appellera les siens à tracer son concurrent) sera fatal au PDC qui perdra probablement un siège.
    b) présenter un candidat du centre et un du bas, le meilleur de chacune des régions. Dans ce cas, le PDC (Parti DÉMOCRATE Chrétien) foulerait aux pieds la volonté populaire et fera fi de la démocratie, puisqu'il ne présenterait pas, au deuxième tour, le candidat ayant fait le deuxième score.
    On se trouvera donc en pleine tragédie grecque (ce qui risque de plaire à M. Décaillet...!?!):
    Le choix du PDC ne conduit qu'à la perte:
    S'il cherche la victoire, il perdra son honneur.
    Mais s'il veut préserver sa dignité intacte,
    il verra la victoire embrasser l'adversaire.

    J'espère que ma réponse vous permettra de remédier à votre "grand questionnement". La clarté de mon verbe n'est peut-être pas limpide. Veuillez bien excuser mon style et ses faiblesses.

Les commentaires sont fermés.