Droite genevoise : la machine à perdre

Imprimer

Sur le vif - Jeudi 26.06.08 - 15.50h

 

Le PDC genevois respire : il va pouvoir rester pur. Nul miasme, nulle souillure. Non seulement il rejette tout contact électoral avec l’UDC, mais menace de sortir de l’Entente si radicaux ou libéraux acceptent, peu ou prou, ne serait-ce qu’un apéritif avec le Diable. Décision prise hier soir, à une majorité brejnévienne, en assemblée générale. Les sacristies peuvent souffler : l’honneur est sauf. Et la machine à perdre, une fois de plus, va pouvoir se mettre en marche.

 

Qu’un parti ait des valeurs, c’est tout à son honneur. Que celles du PDC genevois soient bien lointaines de l’UDC, nous en convenons aussi. Et peut-être, au fond, sont-elles inconciliables. Mais fallait-il, à ce point, fermer la porte avant même de discuter, là où les radicaux, beaucoup plus habiles, ont posé, avec fermeté et sans concessions, des conditions ?

 

Ces trois conditions, les voici : accepter le processus des bilatérales avec l’Union européenne, notamment la libre circulation ; accepter le principe du dialogue social ; renoncer à certaines affiches infâmes, et à un style politique de western. Ca n’est pas rien, ce triptyque de garanties ! Il n’y a que très peu de chances que l’UDC les accepte. Mais au moins, le « droite classique » laissait ouvert un espace de dialogue, au lieu de se vêtir de la toge immaculée des intouchables.

 

D’autant moins habile, cette décision du PDC, que tant de choses, en huit mois, se sont passées : les 29% de l’UDC aux élections fédérales ; le coup du 12 décembre ; les fissures au propre sein du parti vainqueur. Tout cela, justement, constitue, pour la droite suisse, d’opportunes occasions de recomposition. Il existe, certes, à l’UDC, des extrêmes nationalistes et isolationnistes. Mais la grande majorité de l’électorat de ce parti se rattache, en fait, et n’en déplaise aux exaltés qui veulent voir partout les ultimes journées de la République de Weimar, au bon vieux fond simplement conservateur qui constitue l’un des socles essentiels de la Suisse.

 

L’enjeu, à Genève, quel est-il ? La couleur de la majorité qui suivra les élections cantonales de l’automne 2009 ! Au Grand Conseil, mais surtout au Conseil d’Etat, où on pourrait imaginer une correction, par le peuple, de l’anomalie de cette législature. Avec cette décision du parti des Purs et des Justes, c’est très mal parti. Et la machine à perdre, comme chez Tinguely, n’a pas fini de tourner sur elle-même.

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Depuis le 13.12.2007, ils (PDC) n'arrêtent pas de s'en prendre des vestes.
    Pour l'élection du PG à Genève, sans l'UDC, Daniel Zappelli, n'aurait simplement pas pu être élu.

    Vous me direz que le PG D.Z., est un radical, oui...

    Le PDC, prouve une fois de plus, si besoin, pour ceux qui ne l'ont toujours pas compris, que c'est un parti de gauche, pas du centre...

  • Il n'y a pas de droite ni de gauche! La force d'inertie est telle qu'on a affaire qu'à un clan de gestion et d'administration, au sens étriqué du terme!

Les commentaires sont fermés.