Pascal Couchepin et les trois "conjurés"

Imprimer



Sur le vif – Vendredi 01.08.08 – 17.25h

Dans son discours du Premier Août, le Président de la Confédération a décrit les Trois Suisses, tout à l’heure, comme trois « conjurés ». Oeuvrant pour une grande ambition : la liberté.

« Conjurés » : il y a bien sûr l’étymologie, implacable, qui ramène ce mot à un serment commun. À cela, rien à dire. Et le verbe présidentiel, inattaquable.

Mais en politique, un coup de dés ne suffit pas toujours à abolir le hasard. Un jeu de mots, non plus. Trois « conjurés » pour une bonne cause. Voilà qui peut certes nous renvoyer au miroir du Grütli. Mais voilà, aussi, qui me rappelle quelque chose d’un peu plus récent.

Pas vous ?

Utiliser ces deux mots-là, « trois conjurés », et nul autre, dans un sens aussi positif, salvateur même, à quelques mois du 12 décembre 2007…

L’allusion était-elle volontaire ? Ou n’est-elle que le fruit de ce glissement freudien dont notre homme, justement à son corps défendant, semble raffoler tout en feignant de l’ignorer: le lapsus ?

À tous, je souhaite une excellente Fête nationale !


Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • Monsieur Couchepin a sûrement fait un lapsus car il est incapable de faire des jeux de mots. Son allocution à la TSR était lamentable. Franchement, il peut critiquer qui il veut mais lui-même n'est pas à la hauteur. De plus, les journalististe étaient d'une complaisance affligeante.

  • Si la qualité du discours de Monsieur Couchepin était lamentable, c'est normal!... Au Conseil Fédéral il y a sept "conjurés***" et il en est le Président!

    *** Attention: ceci n'est pas un jeu de mots, mais un lapsus dû à mon orthographe déficiente.

  • Moins mystérieusement et sans sortir le Dr Sigmund de sa naphtaline, conjuré est un quasi-calque de "Eidgenosse" ; le nègre qui a rédigé le discours de Couchepin a dû s'inspirer d'un texte en allemand.

  • Père Siffleur, je vous...corrige...cons-jurés (élus)...
    Bien à vous,

  • Merci Victor D. !
    Cette fois tout le monde aura compris!

Les commentaires sont fermés.