Les radicaux genevois auraient-ils peur ?

Imprimer

Ou: le chant du merle et le silence de l'été

 

Samedi 16.08.08 – 11.00h

Très étrange communiqué de presse des radicaux genevois, publié à l’instant. Où il est question des accords bilatéraux (l’échéance historique de l’an prochain), de l’UDC, de l’ASIN (Action pour une Suisse indépendante et neutre). Tout cela par un beau samedi matin d’été, où rossignols et merles moqueurs se disputent encore les délices de nos ouïes.

Sous le titre : « Bilatérales : l’UDC et l’ASIN trahissent leurs bases », les héritiers de James Fazy soulignent les atermoiements au sein du premier parti de Suisse au sujet du référendum, rappellent que certaines sections cantonales s’opposeront à la reconduction des accords, regrettent que l’ASIN ne consulte pas sa base. Toutes choses fort intéressantes, n’en doutons pas. Mais sur lesquelles l’appréciation de la section cantonale d’un parti concurrent n’apparaît que d’une pertinence bien relative. Les radicaux genevois n’ont-ils pas eux-mêmes, maintes fois, pris des positions différentes de leur parti national ? À croire que le véritable enjeu du communiqué ne serait pas exactement là.

Mais alors, il serait où ?

Réponse : juste un peu plus bas. Où les radicaux genevois se croient obligés, en temps de paix, en plein mois d’août, alors que nul feu ne menace la demeure, et que nul ne leur en formule la demande, de re-préciser leur éternel triptyque de conditions en vue d’une éventuelle alliance avec l’UDC, pour l’élection du Conseil d’Etat, en 2009 :

-  Accepter les bilatérales.
-  Accepter  le partenariat social.
- Se détourner des campagnes nauséabondes.

Excellent triptyque, je l’ai déjà souligné. Mais pourquoi cette piqûre de rappel, juste maintenant ? Pourquoi mettre la pression sur l’UDC genevoise pour qu’elle clarifie sa position avant l’échéance du délai référendaire ?

Les radicaux genevois seraient-ils nerveux ? L’émergence possible d’une candidature Nidegger à l’automne 2009 commencerait-elle à les chatouiller ? La position, claire et franche, du député libéral Ivan Slatkine, cet été, en faveur d’un élargissement de l’Entente à l’UDC, les a-t-elle fait réfléchir ? La percée de l’UDC cantonale aux élections fédérales du 21 octobre 2007 les amène-t-elle à refaire leurs calculs ? La crainte de candidatures « peu crédibles » chez leurs alliés de l’Entente (PDC et libéraux) leur donne-t-elle des frissons ?

Ce ne sont là que les questions d’été d’un profane, auquel vous voudrez bien pardonner son inexpérience de la chose politique. Un samedi matin d’août. Au milieu des rossignols et des merles moqueurs.

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • « Bilatérales : l’UDC et l’ASIN trahissent leurs bases »

    Dites, ils savent ce qu'ils se veulent ?
    Si l'UDC et l'ASIN avait lancé l'initiative, ils auraient voulu la "mort" de la Suisse dans le concert des nations.
    Comme ils ne la lancent pas, ils trahissent la base...

    De toute manière, le pékin, leur signera encore et toujours des chèques en blanc, aux politiciens, pour qu'ils s'occupent de faire la guerre ... entre eux ...

    Adhérer à l'UE, augmenterait simplement cette armée de fonctionnaires et en même temps...augmenterait (enfin) nos impôts...ces riches, passeront (enfin) à la caisse...

  • Joli descriptif des dernières affabulations d'un parti qui n'a plus rien avec celui qui a fondé la Constitution d'il a 160 ans... Que de cibles ratées, que de flèches perdues!

  • Les radicaux sont comme tout le centre gauche genevois qui comprend, rappelons-le tout de meme, le PDC-le PS- les Verts et... le PRD.

    Ils savent tres bien que sur le fond l'UDC et le MCG ont raison, les bilaterales ont ouvert la boite de pandorre et mis l'emploi a tous les vents avec pour corollaire une incompressibilite chronique du chomage.

    Les chiffres parlent d'eux-memes avec une main d'oeuvre qui se situe a pres de 70'000 travailleurs domicilies a l'etranger et traversant notre frontiere tous les matins.

    Comme tout ce ventre mou n'est pas capable de prendre des mesures, il redoute le catalogue d'actions de l'UDC et surtout du MCG qui est a la fois realiste et pertinent.

    Mais voila, ces partis (PDC/PS/Verts/PRD) sont aussi tous en lice sur le plan federal, ils doivent donc composer avec des directions qui se fichent completement des preoccupations genevoises!

    Resultat, ils se tiennent au pouvoir par la grace d'une Entente cordiale qui permet aux 4 de se partager le gateau du pouvoir local, le PDC et le PRD ayant, en cadeau bonux, le joker liberal.

    Il est evident que la montee en puissance de l'UDC locale avec des personnalites fortes mais surtout tres eduquees, comme Soli Pardo et Yves Nydegger est de nature a pouvoir placer ce parti au Conseil d'Etat, ce qui fait tres peur au centre.

    Comme le MCG n'a pas encore de telles personnalites hormis le depute Stauffer qui inquiete toute la nomenklatura en place car chaque fois qu'il deterre un cadavre, les autres ont peur qu'il mette la main sur la cave de Dutroux.
    Leur liste a la Constituante semble toutefois indiquer que leurs theses trouvent de l'echo aupres de personnalites d'un tout autre calibre et le vent etant favorable aux femmes.......

    La resultante de tout cela est que ce centre opportuniste se divise en deux camps.

    Plus a gauche, les PS et les Verts, surfent encore sur la vague de sympathie que leur accorde toute une partie de l'electorat, meme si ceux qui sont sur les planches (de surf) ne sont plus credibles et qu'il n'ont plus le nez pour aller chercher les bons "spots".

    Le PDC se fait deplumer, ce qui est normal car a force de tirer dans le dos de siens nombreux sont ceux qui prennent peur et s'engagent ailleurs.

    Les radicaux genevois ne vont pas reussir leur alliance avec le PLG aussi facilement qu'au plan federal. Les tranchees creusees au XIXe par Fazy contre toute la bourgeoisie financiere se sont remplies d'eau amere qui laisse toujours aux seconds un vilain gout dans la bouche.

    Si vous y ajouter que le PLG n'est plus LE parti de la bonne societe calviniste mais celui des marchands du Temple au sein duquel pes Pharisiens menent le bal, ce parti ne vaut rien hormis sa caisse remplie de lingots.

    Voila pourquoi les radicaux sont deboussoles!

    Lorsqu'on est reduit a subir le vent, on forcement un destin de feuille.... morte.

    Merci pour cette "piqure de rappel" au moment ou une election majeure se profile, celle qui donnera a Geneve l'occasion de redevenir un phare au lieu d'etre la barque qui peine a rentrer au port.

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour M. Décaillet,

    l'UDC Suisse, à travers la voix de M. Blocher, a très clairement expliqué ce que la majorité des citoyens soutenant l'UDC pensent... comment peut - on faire un package avec deux votations distinctes.

    L'UDC n'est pas un parti en dehors des réalités, les bilatérales sont une bonne manière d'aborder l'Europe d'aujourd'hui et garder une part de notre indépendance... y ajouter l'adhésion de deux pays problématiques... comment prendre une position claire sur deux sujets totalement différents ?

    Bien au contraire, l'UDC sortira une fois de plus gagnante dès l'élargissement voté.

    De fait, voyez ce qu'il se passe en Italie et ailleurs... les Radicaux devraient comprendre qu'en soutenant à tout va cette Europe là, ils vont eux mêmes renforcer l'UDC.

    Ouvrons grandes nos frontières...

    Alors je les en remercie, le temps donnera raison à l'UDC.

    Bien à vous,

    Stéphane

  • Cher Stéphane,

    Que le temps donne raison à l'UDC, tout le monde s'en fout, mais alors-là...royalement !

    Ce qui compte dans cette affaire, c'est ne pas brader, ne pas donner de chèques en blanc à tous ces traîtres de politiciens, qui sont capables de nous vendre, pas seulement nous, leurs électeurs, mais même père et mère ! ! !

    Bien à vous,

Les commentaires sont fermés.