Vincent Pellegrini, l’un des meilleurs des nôtres

Imprimer


Depuis plusieurs années, je considère mon confrère Vincent Pellegrini, rédacteur en chef adjoint du Nouvelliste, comme un journaliste d’une rare qualité en Suisse romande. Pourquoi ? – Parce qu’il est un homme seul. Il a des convictions, très fortes, n’a nulle peur de les afficher. Il se fiche comme d’une guigne de tout ce qui fleure la mode, jusqu’à la plus frêle paramécie de modernisme, ou l’idéologie du progrès, qu’il voit et entend bêlante comme agneaux byzantins. Il est un peu fou, comme nous le sommes tous, comme l’était Léon Bloy, l’Imprécateur, comme le sont tous les minoritaires, de gauche comme de droite, croyants ou athées, qui grattent le papier contre l’esprit du temps. Sa plume est simple et précise, toujours soucieuse d’informer.

Eh oui :  Vincent Pellegrini, avant que d’être catholique pratiquant (ce qui relève bientôt du Code pénal), passionné d’Histoire religieuse, avant d’être l’un des rares éditorialistes de droite de ce coin de terre, osant s’assumer comme tel, et dans toute la palette culturelle de ce choix politique, avant tout cela, Vincent est un journaliste. Son blog, très étoffé (http://religions.blog.lenouvelliste.ch/), l’un des rares lieux où on ose encore nous parler du culte marial, nous livre avant tout des faits, des informations, amenées, expliquées, mises en contexte. Puis aussi des commentaires, toujours nourris de compétence. On partage ou non ses analyses, mais il y a du solide, du répondant.

Homme de droite, Valaisan, catholique de tendance plutôt conservatrice : on en fusille éditorialement pour moins que ça, dans la moderne pâleur de nos aubes ! Notre superbe cumulard, que je soupçonne un peu de désirer les flèches comme Saint Sébastien en son martyre, a donc eu droit, tout récemment, à une philippique d’une rarissime finesse, dans le « Peuple valaisan », l’hebdomadaire socialiste de ce canton, dont je vous laisse apprécier le merveilleux esprit d’ouverture et de tolérance :

« C’est le rédac’ en chef adjoint du Nouvelliste (un petit chanoine agressif et teigneux qui a dû recevoir, petit, le calendrier liturgique avant son abécédaire) qui nous gratifie ce vendredi (veille de Toussaint) d’un merveilleux “Non-dits” sur le dernier bouquin post-mortem de Soeur Emmanuelle, récemment canonisée saint patronne des onanistes. Passe encore qu’il lui pique la moitié du texte de son article (si à Halloween on peut même plus détrousser les cadavres encore fumants, on va le faire quand?) mais qu’on mette son charabia d’illuminé en page “Suisse”, moi ça me laisse perplexe… (…) Peut-être que Vincent c’est un gros feignant qui n’arrive pas à lâcher son missel pour s’intéresser à son boulot de journaliste? ».

 
Je ne connais pas le ci-devant Boris Michel, signataire de ces lignes, et ne brûle pas d’impatience de déboucher un blanc surmaturé en sa compagnie. Mais je m’interroge : les responsables du « Peuple valaisan », hebdomadaire socialiste, le parti des gentils, des tolérants et des donneurs de leçons, ont-ils relu ce texte avant parution ?  Si oui, quel signal ont-ils voulu donner ? Affaiblir la « nouvelle orientation de droite » du Nouvelliste, courageusement défendue par le rédacteur en chef, Jean-François Fournier ? Si c’est le cas, c’est étonnant : les socialistes, hommes de gauche, devraient se féliciter d’avoir face à eux un vrai journal conservateur. A moins – je n’ose imaginer cette hypothèse – qu’ils ne croient déjà advenu, en forme de parousie, un monde dégagé de l’Histoire et de ses luttes, où la noirceur de la nature humaine aurait enfin cédé la place à la blanche enfance des anges.

 

Bref, Vincent, et aussi Jean-François, je n’ai qu’un mot à vous dire : n’ayez pas peur. Et battez-vous.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 32 commentaires

Commentaires

  • Je comprends votre billet, Pascal Décaillet. Mais le retour sur la problématique "la calotte contre les Républicains" n'est pas un apport au débat politique suisse. Il n'y a pas besoin d'être un grand analyste pour voir que le centre droit est extrêmement affaibli en Suisse, romande en tous cas. Ce débat est trop valaisiano-valaisan ou catholique de gauche - catholique de droite.
    Les gens de chez vous doivent sortir de la logique des bagarres strictement cantonales pour apporter leurs visions politiques au reste de la Romandie, pour que Couchepin ne reste pas un exemple isolé. Le peuple de votre canton est un des derniers en Suisse francophone qui possède une culture politique axée sur les valeurs traditionnelles européennes, alors que le canton du Jura ou Genève s'alignent complètement et sans le moindre esprit critique sur la culture politique franco-française.

    Vaud et peut-être Fribourg avec le PDC sont en crise à la suite de l'effondrement du centre droit en termes de ligne politique et de qualité du personnel, la culture politique de ces cantons étant aussi nulle qu'affligeante.

    Nous ne pouvons par ailleurs que saluer la reprise en mains du Nouvelliste pour éviter qu'il ressemble à la soupe edipressienne populiste de gauche.

  • Que d'encens, mon cher Pascal! Ne faudrait-il pas rajouter que si vous êtes thuriféraire des rédacteurs en chef du Nouvelliste, c'est qu'aussi, parfois, ils vous emploient, non? On peut vénérer le culte marial sans être tout à fait vierge... Cordialement

  • Personnellement, j'ai pris cet article du Peuple valaisan au deuxième degré. M. Boris Michel se voulait, semble-t-il, un rien irrévérencieux et provocateur. S'il faut éviter d'avoir peur, comme vous le conseillez, il vaudrait la peine de savoir rire... Bien à vous.

  • L'affaire "Fournier-Pellegrini" n'est pas du tout une bataille gauche-droite comme vous le dites (C'est d'ailleurs la ligne de défense de Pellegrini et Fournier).
    Le problème vient du hold-up politique et médiatique d'une partie de la droite (ultra-catho-conservatico-econarde). Jean-Marie Fournier, actionnaire du Nouvelliste ne se trompait pas il y a de cela une année et demi,(après qu'il n'ait pas été réélu au conseil d'administration de Rhone-média) quand il disait : "Edipresse veut la guerre, elle l'aura".
    Cette guerre, la droite conservatrice la mène depuis une année en phagocytant la rédaction en chef du Nouvelliste, en usant de magouilles diverses contre Christophe Darbellay jugé trop modéré...

    Ce que les Fournier, les Giroud, les frères Putallaz n'ont pas compris, c'est que le Valais d'aujourd'hui n'est pas le Valais d'il y a 30 ans où Hermann Pellegrini (l'oncle de... Certaines mauvaises langues en Valais parlent de népotisme), Berthod et Luisier pouvaient se permettre d'inviter Le Pen en Valais et de publier en une du Nouvelliste les "bons" bulletin de vote.
    Le Valais a changé, s'est ouvert et les gens de droite (j'en fait partie) comme de gauche ne veulent plus de cette clique ultraconservatrice qui représente le Valais du passé.

  • Le problème est que depuis l'arrivée au pouvoir au Nouvelliste de J.-F. Fournier et V.Pellegrini, la qualité du journal a irrémédiablement baissé. Le rédacteur en chef avait pourtant déclaré lors de son arrivée : "la réflexion est “trop souvent négligée dans les médias. Le Nouvelliste se propose au travers d’un “pacte pour l’information”, de relever le défi." ( source :http://www.bafweb.com/2007/09/08/un-bon-point-pour-le-nouvelliste/)

    Or, que constate-t-on depuis 1 an ?

    - Des affaires à la déontologie douteuse comme cette soit-disante affaire de Valaisans frappés et insultés par des étrangers à la sortie d'un bar. Un article du Nouvelliste (publié également sur le site internet de l'UDC-Valais et sur celui d'un mouvement d'extrême droite francophone. Quel hasard!) relatait ces "faits". la semaine suivante l'Illustré révélait qu'en fait de gentils valaisans, les "victimes" avaient provoqué en faisant des saluts nazis et en insultants. Bizzarement aucun correctif dans le Nouvelliste.

    - des journalistes chargés de couvrir l'ouverture de stations-service et de magasins ( c'est vrai que niveau réflexion, c'est le summum)

    - des prises de position flagrantes. On se rappelle tous de ce fameux article de Pellegrini sur Maurice Tornay avant les élections internes au PDC, digne de la Pravda sous Staline.

    - des rédacteurs-invités (dont vous faites partie M. Décaillet) dont la moitié sont proches de l'UDC ou de la droite de la droite. Est-ce représentatif du Valais ?

    Pellegrini est peut être l'un des meilleurs des vôtres, mais franchement ça ne se voit pas!

    Cordialement

  • J'ai personnellement horreur du surmaturé.
    Et puisque visiblement vous n'avez pas lu l'article dont vous parlez, je vous invite modestement à venir apprécier la rarissime finesse de ma prose demain (le peuple paraissant le vendredi). Je parle justement de vous.

    Cordialement aussi

  • "tintin", auriez-vous oublié l'article élogieux, écrit par le numéro deux de la rédaction, consacré à M. Darbellay, le qualifiant d'"homme d'Etat"? Oublieriez-vous les nombreux rédacteurs-invités proche de la gauche de la gauche (Mme Weber, fille de qui vous savez, et bien d'autres)?

    Mémoire sélective, parti pris ou mauvaise foi? Vous êtes le seul à pouvoir répondre... Reste que depuis l'arrivée de M. J.-F. Fournier une vraie diversité d'opinions est présente dans le Nouvelliste. Enfin! Et M. V.Pellegrini, avec son travail de qualité, n'y est pas pour rien.

    Au fait! Vous êtes-vous demandé pourquoi le Nouvelliste attire de plus en plus de lecteurs (au contraire d'autres journaux, plus lémanique et nettement plus politisés...)?

  • Franchement, je connaissais déjà ce personnage (Vincent Pellegrini) ayant déja parcouru son blog ou l'on ne trouve que des propos haineux et dénigrants (pour ne pas dire caricaturaux et fallacieux) contre les musulmans.
    Il y a une chose de sûre, ce M.Pellegrini n'est ni Seymour Hersh ni Maureen Dowd plutôt une sorte de Daniel Pipes des montagnes... Sur les sujets de l'islam, il se montre particulièrement ignorant et mal renseigné, visiblement bourré d'apriori.
    Mes amitiés à vous M. Décaillet et à votre plume que j'apprécie beaucoup.

  • Savez-vous quel est le seul candidat au Conseil d'Etat valaisan qui a eu droit le 8 mai à ce titre barrant en gros sa page portrait dans Le Nouvelliste: "La stature de l'homme d'Etat". Eh bien, vous serez surpris: c'est Christophe Darbellay!

  • Monsieur Ythetaz,

    soyez sérieux! Le Nouvelliste a une position monopolistique en Valais. C'est le seul journal qui publie les avis mortuaires, donc digne d'intérêt pour tous les valaisans. Le tirage n'a rien à voir avec la ligne éditoriale. Quant aux "nombreux invités-rédacteurs proche de la gauche de la gauche", je veux des noms. A moins que vous ne considériez Simon Epiney comme un affreux gauchiste ?

    Sur le sujet du pluralisme, je me rappelle M. Thetaz que, sous la période Bonnard, vous passiez votre temps à clamer sur des blogs d'extrême droite le fait que vous soyiez "interdit" de commentaires dans le courrier des lecteurs du Nouvelliste. Je suis persuadé qu'avec la nouvelle équipe rédactionnelle, vous ne l'êtes plus. Félicitations. Le pluralisme du Nouvelliste s'étend bien volontiers sur sa droite...

  • L'autre jour, le Nouvelliste a publié en tête de une la photo de Jean-Ziegler pour renvoyer à son interview à l'intérieur du journal. Curieux pour un journal de droite...

  • A Mansour et Thetaz:

    Vous êtes drôles. Oser affirmer que le Nouvelliste était pro-Darbellay lors de la campagne au conseil d'Etat confine à la sottise ou à la mauvaise foi crasse.

    "Reste que depuis l'arrivée de M. J.-F. Fournier une vraie diversité d'opinions est présente dans le Nouvelliste."

    On croit rêver. Ce n'est en tout cas pas ce que pense les principaux concernés, à savoir les journalistes du NF eux-mêmes...

  • Oui, Vincent Pellegrini est super fou, c'est un vrai rebel, il a une très haute capacité d'esprit critique et de pensée par lui-même, pensez-vous il est catholique dans un canton catholique. Impressionnant comme provocation dites-donc ! On sent bien sa capacité à s'opposer aux dogmes qui lui ont été tranquillement inculqués à coup d'éducation religieuse et de messes dans son enfance, c'est évident....

    Ca c'est de la super rebélion, il serait né dans un pays islamiste, il serait islamiste, et s'il était né dans une famille juive il serait juif.... avec des gens comme ça les choses vont vraiment bouger, pensez vous, un rebel de ce calibre....

    Et comme tous les bons catholiques bien pratiquants et bien croyants de droite, ce monsieur a la grande intelligence de ne pas être cohérent avec ce qu'il croit, comme par exemple Evangiles selon Luc 6.29, 6.30, 6.32 6.34, ou encore 6.35.... super cohérent avec les idées de droite tout cela....

    Bref un opportuniste formaté à coup de dogmes lors de son enfance et trop peu malin pour arriver à s'en défaire voilà ce qu'est M. Pellegrini, rien d'autre.

  • C'est curieux. On me dit que le Nouvelliste est un journal de droite. Or, en lisant les billets d'invités de Pierre Schiffelle, Vera Weber, Michèle Pralong ou Claire-Lise Genoud, pour ne parler que de ces exemples, je n'ai pas du tout cette impression, au contraire...

  • à P.Descaillets
    les sophismes qu'il ne faut pas lire...Vincent Pellegrini est le champion toutes catégories de la censure et de la pensée unique. Légionnaire du Christ et des sectes ultra-intégristes, il fait chaque jour un peu plus honte aux Valaisans un tant soit peu ouverts d'esprit.

  • Axa, votre langage est très dur. Mais c'est connu, ce sont les champions de la tolérance qui sont les plus intolérants. C'est cela la définition de la pensée unique. pour ce courant de pensée même Benoît XVI est le chef d'une secte ultra-intégriste. On retrouve d'ailleurs le même schéma de pensée au début de l'Empire romain, quand on jetait les chrétiens aux lions...

  • Vous donnez beaucoup trop d'importance à ce Vincent Pellegrini. Son monde disparaîtra avec lui. Au fait, il a quel âge? Il doit être proche de la retraite, non?

  • "Homme de droite, Valaisan, catholique de tendance plutôt conservatrice"

    Bref, l'archétype du politiquement correct, sauce valaisanne...

    Bien à vous

  • Pourquoi le Valais persiste-t-il à être si différent du reste de la Suisse? Je pencherais pour l'explication climatique, comme Montesquieu.

  • Une fois de plus, il est troublant comme on peut se sentir dérangé par des personnes alliant leurs compétences professionnelles avec les valeurs qui les animent. Cela peut encore passer si le fondement de leurs réflexions a été puisé et confronté à l'aune du socialisme, du communisme voire même du libéralisme. Mais lorsque l'on a la capacité et la sagesse (la grâce) de s'enrichir de son patrimoine catholique, alors-là, nous touchons à quelque chose de très abjecte. La faute échoit aux catholiques en premier, ils doivent se faire respecter tout en respectant les autres courants.
    Des personnes comme MM. Pellegrini et Décaillet sont exemplaires et démontrent qu'il est possible de vivre et de s'exprimer dans le monde sans tomber systématiquement dans un rapport schizophrénique, en conservant une pseudo morale personnelle et présentant une face plus lisse tout en se débarrassant de ses convictions au besoin.
    Non vraiment, Messieurs vous êtes exemplaires et le Valais, en vous, nous donne ce qu'il a de meilleur.
    Le Valais est un pays à part dans la Confédération et cela est extrêmement positif pour cette dernière et démontre que notre pays respecte (protège) les composantes régionales.

  • Vous me décevez beaucoup par vos propos, M. Décaillet!
    Apprécier M Pellegrini en tant qu'homme ou en tant que journaliste clairement politisé est une chose. Mais encenser à ce point M. Pellegrini, sans oublier Fournier, me paraît tout à fait ridicule dans le contexte actuel. Parler de liberté, c'est bien. Mais lorsque l'on voit la façon dont la rédaction en chef du NF traite les autres journalistes...
    Quand le Valais aura-t-il droit à un journal d'information et non d'opinion ? Quand le Nouvelliste finira-t-il par traiter l'information de manière correcte et équitable ? Quand le NF sortira-t-il de son fanatisme conservateur, qui ne représente qu'une toute petite partie de l'électorat valaisan... ?
    M. Pellegrini est peut-être un journaliste de qualité, comme vous l'affirmez. Mais des journalistes d'une rare qualité ont eux quitté le Nouvelliste à cause de cette ambiance malsaine et de ce sectarisme. Et quand on voit qu'un homme comme J.-Y. Gabbud peut devenir rédacteur en chef adjoint du Nouvelliste, on comprend que ce qui importe pour Fournier, ce n'est pas la qualité du journaliste mais ses idées politiques (si possible le plus à droite possible...).

    Méditez un peu ces éléments, tout de même...

  • A tintin, jean gauchat et tous les autres qui pensent que le NF n'en na que pour le PDC de droite et qui ont toujours les mêmes théories...

    Page 20 du NF du jour, en haut à droite. (attaque en règle du PDC et de sa façon de faire)

    Osez venir dire qu'il n'y a pas de pluralité dans le NF et que c'est toujours des gens de droite qui s'expriment est simplement de la mauvaise foi.

    Et ne venez pas dire que c'est la première fois que M.Attinger s'exprime dans ce quotidien?

    P.S. A part ça, je vois pas en quoi ca le préoccupe à ce point M. Attinger? En tant que socialiste, membre d'AdG, il devrait plutôt être content si le PDC a effectivement fait des mauvais choix... Chose qui n'est pas encore sur à mon avis.

    Mais en tant que radical, ce n'est pas notre problème...

  • La position de M.Pellegrini est ma foi fort simple. Si on lui tresse des couronnes comme le fait M. Décaillet, il en sort fort content. Si les gens l'attaquent, il en sort renforcé. C'est insoluble. Il vaut mieux lire autre chose. D'autant plus qu'un simple balayage d'un texte pellegrinien nous amène à une conclusion prévisible. Comme d'autres invités et chroniqueurs de son journal. Ils se confortent dans leurs opinions, confortent ceux qui pensent déjà comme eux, agacent la partie adverse et enfin ennuient tous les autres à qui ce petit jeu du "débat" tirent de célestes bâillements, tant la vraie vie est ailleurs.
    Carpe Diem!

  • Vu son statut de quasi-monopole (n'en déplaise à Edipresse qui n'a pu que partiellement grignoter les Hautes Terres), le Nouvelliste pourrait suivre n'importe quelle ligne, celle-ci serait toujours trop à droite pour les gauchistes, trop darbellaysque pour les tornayens, trop udécéienne pour les bien-pensants, trop écolo pour les pro 4x4. La diversité est pourtant au rendez-vous, des invités de tous bords, même des Valaisans de l'Estranger! Il y a des idées nouvelles, de l'originalité, du bon boulot. Pourvu que ça dure, et que la rédaction en chef tienne bon! Sinon on n'aurait plus le plaisir de lui taper dessus.

  • Toute réflexion faite, l'article de M. Décaillet illustre une fraternité bien valaisanne où chacun tape sur l'épaule du voisin, dans l'espoir sans doute d'un retour. Pascal, Vincent, Jean-François, Jean-Yves... tout le monde vibre au même diapason de l'exception valaisanne. Nul n'est vraiment dupe de ce bricolage politico-spirituel, mais ma foi, on n'a rien trouver de mieux. La récurrence des thèmes est lassante: des vaches, des téléskis, la loi sur le tourisme, les bons résultats de la BCVs, Christian Constantin, non à la drogue, non au droit de recours, etc... Le Nouvelliste dans sa mouture actuelle passe à côté du quotidien de beaucoup de Valaisans qui s'exilent d'une manière ou d'une autre pour échapper à la chappe de plomb des vallées, et dont le dernier souci est de savoir que Pascal Décaillet estime que Vincent Pellegrini est le meileur des nôtres. D'ailleurs, c'est qui "les nôtres" ?

  • D'ailleurs j'insiste: c'est qui "les nôtres" sous la plume de M. Décaillet ? Combien sont-ils? Où sont-ils ? Que font-ils? parle-t-on des Valaisans ? Des journalistes? Des anciens séminaristes ? C'est toute l'ambiguïté de cette formule "les nôtres". Cela rappelle cette chanson à boire dont le refrain est "Il est des nôtres". Cela veut dire que beaucoup d'autres ne sont pas "des nôtres" ou des "nôtres" moins bons ou moins "nôtres". Alors Vincent Pellegrini, journaliste émérite du Nouvellsite, cousin de Xavier, neveu d'Hermann, est l'émanation de la perfection dans son métier, notamment pour ses commentaires, ses non-dits et ses éditoriaux. Il est ainsi l'égal de Pascal Décaillet. Mais peut-être pas, car Pascal Décaillet est en fait le meileur des nôtres, c'est comme cela qu'il faut comprendre son titre. C'est en fait de lui dont il parle. Il existe le meilleur des nôtres, mais lui même est hors concours. Il est le meilleur du meileur des nôtres. A ce jeu-là on en finit plus.

  • Désolé de revenir sur la formulation de M. Décaillet "L'un des meileurs des nôtres", qui n'est pas très heureuse, où alors elle fait volontairement référence au langage oral vernaculaire. La formulation signifie qu'il y aurait plusieurs des "meilleurs des nôtres" Qui sont les autres, à part M-Décaillet, qui a démontré depuis longtemps qu'il pouvait bien appartenir à cette catégorie? Les meileurs des nôtres seraient ceux qui ont le courage de leurs opinions, qui revendiquent l'idéologie, qui combattent au front l'ennemi qu'on appelle volontiers le "politiquement correct". M. Pellegrini, comme beaucoup d'autres, s'est particulièrement illustré dans l'utilisation de ce repoussoir idéologique qu'est le "politiquement correct", dont la définition devient de plus en floue au fil des années. Cela fait penser à ces formules creuses qui font le bonheur des journalistes: "briseurs de tabous", "lanceurs de débats", "empêcheurs de tourner en rond". Il existe là toute une confrérie de penseurs de droite (centre-droit, faut-il dire) qui ont bien leurs places dans les médias, notamment au Nouvelliste. Le vent à semble-t-il tourner en faveur des "meilleurs des nôtres". Mais il faut constater que pour conserver l'épaisseur de leur discours, ils doivent garder la posture des incompris, alors qu'on les comprend très bien.

  • De toute façon on ne peut que regretter le Nouvelliste d'André Luisier.

    Ca c'était un journal! De premier ordre. Et le Valais pouvait en être fier. Ensuite ça a été la décadence la plus lamentable. Et maintenant le Fournier... désolé, il est ambigu. Le problème n'est pas résolu.

    Vincent Peeligini je ne le connais pas bien. Mais à lire les propos intolérants à son égard, je me dis qu'il doit être dans le vrai.

  • Tant d'éloges pour une personne qui fait de piètres articles ?
    Il y a comme un souci là !

  • Que pensez-vous, cher Pascal Décaillet, du tout récent coming out de Vincent Pellegrini sur le site du Nouvelliste, à propose de la circoncision chez les Juifs ?
    N'y a-t-il pas une "fatalité valaisanne", que de voir périodiquement se manifester dans ce canton des "humeurs" xénophobes mettant en danger la paix religieuse de notre pays ?

    D'une manière faussement consensuelle et quelque peu cynique, Pellegrini se déclare judéo-chrétien, alors que sa volonté de voir criminalisée la circoncision en Suisse ne peut que creuser un peu plus encore le fossé entre judaisme et christianisme, au mépris des avancées du dialogue interreligieux.

    Ne serait-il pas opportun voire urgent, cher Pascal Décaillet, pour vous d'organiser sur le plateau de Genève à Chaud un débat entre, d'une part le très acharné Sami Aldeeb, Vincent Pellegrini + une représentation des Verts, et d'autre part p.ex. le rabbin François Garaï et Hafid Ouardiri, qui s'est montré également choqué par la volonté des Ecologistes suisses d'examiner sans tabou l'opportunité d'une pénalisation de la circoncision en Suisse ?

    Afin, peut-être, de nous éviter une nouvelle initiative "suisse-i-daire" ...

    Santo Cappon

  • C'est Sami Aldeeb qui est derrière ce matraquage contre la circoncision! Sa technique est d'une simplicité infantile : il suffit de publier tous les jours des articles enrobés de "méthodologie universitaire" -universitaire qu'il est, ses écrits ne peuvent qu'être sérieux et émanant d'une personne forcément honnête, qui ne peut être animée par un quelconque sentiment mesquin!- et les gens tombent dans le piège " haine de l'autre" de cette triste personne! Son jeu est le même depuis qu'il est en Suisse! Il bombarde sans cesse tous les suisses, ainsi que la terre entière(tapez Aldeeb sur Google et vous serez fixé) de ses écrits, d'une rigueur infaillible, comme par hasard uniquement sur l'Islam - si cela n'est pas une obsession maladive, alors c'est quoi au juste?- et tout ce qu'on récolte, c'est une haine de plus en plus forte pour la communauté musulmane de Suisse, qui veut vivre en paix dans ce pays et qu'en soupçonne de cacher son unique objectif : islamiser et dominer le monde! Il n' y a qu'à lire les commentaires sur tous ses blogs! S'il s'était attaqué avec la même hargne à la communauté juive, il aurait été trainé en justice, mais comme il s'agit de l'Islam et de la communauté musulmane, il a parfaitement le droit, lui et tous les autres, car cela s'appelle " de la critique objective et constructive" que le droit à la liberté d'expression accorde sans retenue aucune, surtout contre cette religion en particulier! Les musulmans n'ont plus qu'à bien se tenir, car s'ils se lèvent pour défendre leur religion, ils seront vite fait bien fait taxés d'islamistes, obscurantistes, violents, ignorants, haineux, "shari-ists", victimistes et j'en passe! Ils ont juste le droit de la boucler et dire "oui amen tout ce que vous voulez, tout ce qui ce dit sur l'Islam est vrai, c'est une religion horrible, malfaisante, abominable et blablabla!

  • Je ne comprends pas ces gens qui reprochent à Pellegrini son conservatisme. Il me semble que si une chose peut lui être reprochée c''est au contraire un excessif modérantisme.

    Le Nouvelliste est un peu moins mauvais depuis qu'il a été reporis par des gens qui ont stoppé sa dérive vers le centre gauche conformiste mainstream. Mais ce n'est pas encore ça. Il y a encore beaucoup de progrès à faire pour attindre la qualité du temps de Luisier. Le regretté Luisier. Très regretté. De son temps le Nouvelliste était un journal d'envergure européenne car seul quotidien de droite pure et dure du continent. C'était le bon temps.

    Mais patience, le Valais revient à son conservatisme naturel. Regardez l'élection triomphale de l'Oskar. Si ce n'est pas une preuve. C'est le retour à l'esprit Luisier. C'est le peuple qui montre son attachement au conservatisme fondamental, ce conservatisme qu'avait trahi le PDC.

Les commentaires sont fermés.