Brumaire ? – Non! Seulement le MCG…

Imprimer


 

Sur le vif - Samedi 06.12.08 - 19.25h

 

Non, Monsieur le Président du Grand Conseil, les trois hommes que vous avez exclus de votre séance hier soir ne sont pas des enfants, comme vous venez de le déclarer avec un paternalisme papillon à Forums (ce soir, 18.05h), ce sont des élus du peuple. Turbulents peut-être, pas très bien élevés, plutôt saucisse foraine que tisane de salon, hâbleurs, bretteurs, grassouillets dans la pesée des syllabes, tout cela j’en conviens. Mais ce sont des élus.

 

Le contrat qui les amène dans l’enceinte que vous présidez leur vient, comme le vôtre, comme celui de Monsieur Brunier, directement du suffrage universel. Les empêcher de siéger est sans doute possible (je ne doute pas que le règlement ait prévu la chose), mais ne doit être décrété que dans des circonstances d’une extrême gravité. Très franchement, étiez-vous, hier soir, dans ce cas de figure ? Le colonel Tejero avait-il fait son entrée dans le sanctuaire ? Quelques improbables grognards brumairiens commençaient-ils à poindre dans les Pas perdus ? Lucien Bonaparte s’apprêtait-il à vous neutraliser ?

 

Quid, au juste ? L’un des députés MCG s’en prend de façon un peu virile, certes inélégante, à un confrère de gauche, ou à l’épouse de ce dernier. Le ton monte, le verbe devient braise. Et alors ? N’est-ce pas dans l’essence des parlements que de laisser une certaine latitude aux échanges un peu vifs ? Le passionné d’Histoire que vous êtes a-t-il lu les comptes-rendus des débats sous la Troisième République ? Sous Panama, l’Affaire Dreyfus, Stavisky ? Traiter Monsieur Beer de bonnet d’âne ? La belle affaire ! Toute la presse genevoise, la veille encore, filait et dévidait l’animale métaphore, presque naturelle en cette période de l’Avent.

 

Monsieur Leyvraz, le chef de file historique de votre parti, Christoph Blocher (que vous admirez), n’est-il pas précisément l’homme qui a su réhabiliter, quitte à se faire haïr, une certaine verdeur dans la prise de parole publique, un discours affectif et imagé, blessant par ci, lacérant par là, transperçant de flèches parfois. L’avez-vous déjà entendu, en zurichois, à L’Albisguetli ? MM Stauffer, Golay et Rappaz, en comparaison, c’est encore Madame de Sévigné, ou la Carte du Tendre, l’amour courtois, les génuflexions rosacées devant l’être aimé.

 

Et puis quoi ? Un parlement doit-il n’être que pesées de laboratoires, rapports de minorité, motions d’ordre, juristeries consensuelles ? Où est-il écrit qu’il faille y parler dans le seul dessein d’y faire bailler aux corneilles ? Le monde de M. Stauffer et celui de M. Brunier sont, bel et bien, aux antipodes. Pourquoi cet antagonisme ne se traduirait-il pas par quelques éclats de voix, des attaques, des piques, des éclairs et des coups de tonnerre ? Imaginer qu’un texte lu dans l’enceinte ait pu être écrit par un autre, cela, franchement, relève-t-il du renvoi de séance ? A cette question, je réponds non.

 

Vous avez eu, hier soir, Monsieur Leyvrat, la main trop lourde dans la sanction. Puissiez-vous au moins, par cohérence, appliquer le règlement avec la même rigueur lorsque les écarts viendront des partis des notables. Gauche caviar ou droite cassoulet, gauche Brunier ou centre dodu, plus assis que nos forains et nos mauvais garçons, davantage dans le système, champions toutes catégories dans l’art de se tenir par la barbichette sans esquisser le moindre rictus. Ah, les braves gens !

 

Pascal Décaillet

 

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 16 commentaires

Commentaires

  • Excellente réflexion et très belle plume.
    Je dis Bravo Monsieur Décaillet

  • j'approuve bruyamment: c'est Brunier qui a commencé! attaques perso contre un élu mcg, suivies de violation du secret des débats de commission!

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour M. Décaillet,

    je comprends, en tant que journaliste, les députés MCG vous amusent et remplissent vos colonnes... cependant en tant que citoyen genevois les vaines et vides palabres sans le moindre résultat... les prise de parole interminables et télévisulelles sans lendemain commencent à me fatiguer.

    M. Leyvraz a eu raison de mettre fin au circque commencé sous la présidence socialiste de Mme Bolay incapapble de maitriser les débordements d'un mouvement qui ne brasse que du vent.

    M. Stauffer peut remuer terre et ciel, les genevois payeront leur éléctricité 15 % plus cher l'année prochaine... et précisant qu'il a signé pour.

    Alors bon, il y a un moment où les genevois doivent comprendre que le MCG, en dehors de quelques talents, est destiné à ventiler... du vent...

    Bien à vous,

    Stéphane

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour M. Décaillet,

    une dernière chose, c'est le bureau du Grand Conseil qui a exclu les députés MCG et non M. Leyvraz... qui s'est contenté de lever la séance.

    Donc, à la majorité des groupes représentés, la sanction est tombée.

    Bien à vous et bonne soirée,

    Stéphane

  • Si le Parlement devait devenir l'un des salons prisés de la ville où l'on évoque la crise en s'en gaussant car elle ne vous atteint point ou encore l'un de ces cercles où l'on refait le monde plus vert et plus juste, bien à l'abri que quelque fonction publique grassement rémunérée, alors nous ne serions plus à Genève.

    Le MCG est un mouvement qui défend la base que l'ensemble de ceux qui s'appuient sur elle pour être élus ont oubliée, parfois piétinée et souvent égratignée.

    Comme vous le dites, certes avec une légère condescendance d'homme lettré, ces députés fréquentent plus volontiers les vestiaires de rugby que les cours de Nadine de Rothschild, mais ils ont surtout un très grand avantage sur ceux qui les ont provoqué hier soir. Ils tiennent parole et remplissent le mandat que le Peuple leur a confié.

    Ils ont une tenacité et un sens de l'honneur dont le commis branché ne peut se targuer.

    Que le président interrompe la séance soit, qu'il calme les esprits, soit mais surtout et avant tout qu'il respecte le règlement ce qu'il n'a manifestement pas fait. Il devait précéder son ukase d'expulsion d'une mise en garde. Ce geste, vu le nombre de dagues sorties des fourreaux s'imposait.

    Mais pour cela il faut avoir du panache et de la hauteur, comme l'eut en son temps un certain Halpérin qui ne se serait pas laissé abuser par cette joute orale, parfois si nécessaire à la théatralité républicaine.

    Ceux qui veulent des échanges lénifiants se trompent de jour et de lieu, pour cela il faut se rendre juste à côté, dans une grande bâtisse ornée de deux tours et où un austère prédicateur les accueillera. L'art politique n'est pas celui de plaire, aimait dire Mitterand, mais de faire. Et dans ce registre, depuis 2005 la députation MCG fait un sacré ménage.

    Mais le plus bizantin n'est-il pas le principal intéressé celui qui, effectivement, fait porter à nos enfants un bonnet d'âne qui lui revient de plein droit?

    Cet échange, suprême tactique, n'a-t-il pas été provoqué pour venir à la rescousse d'un ministre à la dérive et qui, au prétexte de vouloir remettre de l'ordre dans les Associations, ne fait qu'étendre la pieuvre de son administration déjà pléthorique?

    Les hommes les plus habiles ne sont certainement pas les plus courageux et dans ce contexte, il a certainement su abuser ses partenaires gouvernementaux, à peine déniaisés, et faire passer, comme chat sur braise, une nouvelle mainmise étatique et perverse sur l'espace le plus essentiel à la démocratie participative, celui des Associations.

    Il n'y a que les naïfs qui n'ont pas vu passer ce train-là.

    Patrick-E. Dimier

  • Le MCG est destiné a ventilé du vent...qui gèle vraisemblablement le bas du dos de certains, visiblement tout ausi dépourvus de quelque chose fort utile à la reproduction notamment.

    Il est vrai que ce n'est certainement pas l'UDC qui a révélé au public les bavures des SIG, qui a soutenu le quartier des Pâquis pour ses problèmes d'insécurité et de trafic de drogue entre autres..
    Le MCG bosse lui, week end compris, et représente-défend les intérêts du peuple qui l'a élu pendant que l'UDC est tellement mieux allongé sur un canapé en attendant que "cela se passe".

    On ne craint ni n'envie jamais les médiocres, les moyens et les "justes comme il faut", mais bien les plus brillants et couillus de toute évidence.

  • Incroyable MCG! Je n'ai jamais vu un parti déchainer autant de passion dans notre cité depuis bien longtemps. Bien trop longtemps devrais-je dire.

    J'ai pour une fois regardé les débats parlementaires de jeudi et vendredi.

    Déjà le jeudi avec le traitement des textes parlementaires sur le sujet de l'importation des déchets à l'usine des Cheneviers, la tension des autres partis était palpable face au MCG et surtout au député Stauffer qui, très justement, à fait remarquer à ceux qui regardaient Léman Bleu, que le MCG a été le premier à déposer un texte parlementaire pour interdire l'importation des déchets. En montrant ensuite le nombre de texte déposé par les autres groupes qui ont suivis le MCG dans sa croisade pour la santé des Genevois, tout en remerciant les autres partis d'avoir pris conscience du sujet et d'avoir suivis le MCG. Sanction immédiate pour le MCG, tout les textes passent sauf celui du MCG, pourtant leaders dans ce combat. Qu'importe, ce dernier avait déjà obtenu concrètement la victoire contre le Conseil d'Etat qui avait dû faire marche arrière et interdire toutes importations de déchets, ce suite à la conférence de presse du MCG à Naples!

    Le point suivant qui a été débattu, le budget des SIG, le député Deneys, socialiste je crois, s'en prend au député Stauffer et à vous Monsieur Décaillet, traitant le député Stauffer de menteur et vous de complaisance face au MCG. Lorsque le député Stauffer a répliqué il a montré le communiqué de presse de son parti (que j'ai consulté depuis) et force est de constater que non seulement le député Stauffer dit la vérité, mais que les document produit ne laisse pas la place à l'interprétation (voir son blog)! Ce qui évidement pour les citoyens comme moi qui prennent la peine de contrôler laisse un goût très amère quand à la pertinence des arguments des socialistes et autres partis au sein du Grand Conseil.

    Vendredi ce fût le soumet. Les autres partis encore sous le choc ne sachant plus comment faire pour stopper les succès de leurs ennemis; LE MCG, ont attendu la première occasion ou les échanges ont été un peu plus vif, pas de quoi tuer un âne à coup de figues, pour prétexter des insultes et les expulser du parlement! Ce qui est d'une gravité extrême, car ce faisant les partis ont empêché des députés d'exercer leurs fonctions d'élus du peuple, en appliquant de manière fallacieuse le règlement du Grand Conseil!

    En conclusion, le MCG annonce sans le vouloir que sa progression va être importante dans 10 mois tant les autres partis son pris de panique et ne savent plus comment contrer ce mouvement né il y a juste 3 ans!

    Rien n'y fera, et plus les attaques seront virulente contre le MCG plus ce dernier progressera et franchement pourquoi pas un Stauffer à l'exécutif cantonal. Cela devrait faire le plus grand bien à ce canton, qui force est de constater est tombé dans une niaiserie patentée ou la tonte des citoyens et les bévues sont devenus la cartes de visites de nos ministres!

    Un grand merci à Monsieur Décaillet qui dans son impartialité et son éthique journalistique ne fait pas partie des moutons de panurges qui voudraient voire le MCG et son président pendu en place publique !

    Didier D.

  • Une si belle plume au service de l'inélégance et de la grossierté... Quel gâchis.

  • Si je comprends bien mon préopinant direct, après avoir été tondus, les Genevois devraient accepter d'être plumés?

    Ce n'est pas mon avis ni celui, que je crois majoritaire, de nos concitoyens.

  • En dehors de leur sempiternel « tous pourris » je n’ai toujours pas compris quel était le message du MCG.

    Comment venir à la défense d’un groupe d’hommes qui pour des raisons qui échappent à l’entendement n’a de cesse de démontrer, qu’en dehors de leur petite gang, les femmes et les hommes qui s’engagent en politique sont tous unis par le désir de… nuire à la société qui les a élu ?

    Dans le genre simpliste et peu constructif, difficile de faire mieux, il n’y a que les frustrés et autres paranos en tous genre pour être touchés par tant de… vide !

    Si au moins la forme compensait la pauvreté du fond…

    Mais là, c’est encore pire !

    Alors franchement il reste quoi ?

  • Afin de se faire un avis, quelqu'un à un liens vers la retranscription des propos mis en cause de ces élus ?

  • Bravo Pascal Décaillet. Vous êtes un vrai démocrate. Si la démocratie ce n'est plus le pouvoir du suffrage universel, mais la philosophie des initiés et la doxa du politiquement correct, alors on n'est plus en démocratie.

    Le poujadisme et le mauvais goût sont consubstanciels de la démocratie. Une démocratie ne peut pas les bannir.

    Le bon goût et le respect des codes esthétiques, sociaux et idéologiques de l'élite, ça s'appelle l'aristocratie.

    Alors si on veut un retour à l'aristocratie sous la forme de la classe politique, ou des valeurs républicaines, pourquoi pas ? Le monde a vécu dans des systèmes élitaires pendant des millénaires. Et ça fonctionnait. Mais si on veut cela, il faut le dire ouvertement. Et il ne faut plus se prévaloir hypocritement de la démocratie.

  • Merci Pascal Décaillet! Je souscris entièrement aux propos de Patrick Dimier.
    Rappelons à la population aussi que le MCG fut le seul parti à soutenir l'IN 134 en s'opposant au Contre-projet du Bonnet d'àne de service, qui pour des raisons bassements politiciennes n'a pas nommé un (e) cadre hors de sa petite caste comme personne même dans les plus sombres heures de l'histoire n'aurait fait...

    En revanche, pour subventionner quelques structures associatives qui font doublons avec les prestations de l'Etat tout en employant des bénévoles pour le travail nécessaire, il ne s'en gêne pas; des élèves de l'école publique se voient privés de cours d'appui au sein de leur établissement (alors que le coût du dip est faramineux!)...

  • je ne doute pas que le reglement ait prevu la chose ... point de sétail très important ;) merci pour cre billet ! contiune !

  • En se faisant exclure, le MCG aura réussi son coup : Faire oublier que son argumentation contre le projet de loi discuté, soit la gouvernance de la FAS’e, était totalement incohérent et indéfendable.

    Tous les Députés membre de la commission de l’enseignement savaient que ce refus n’était rien d’autre qu’une récupération politique. Mais nous n’imaginions pas que cela leur donnerait une tribune pareille !

    Depuis les débats en commission… Enfin, la fin des débats, le MCG ne prenant la parole que pour donner une position absurde sans explication, tous les éléments étaient réunis pour que ce parti fasse déraper la séance de vendredi soir. Mais la large majorité était sûre de sa position. Le MCG, en sentant que la sienne était sans échappatoire, a fait la dernière chose qui lui restait pour sauver la face : tenter de se faire passer pour une victime.

    Assurément que, sur le coup, le Bureau du Grand Conseil a eu raison d’exclure des perturbateurs qui ne cherchaient qu’à se mettre grossièrement en valeur. Mais, vu que les médias ne reprennent souvent que la forme et non le fond, on peut se demander si s'était réellement la bonne décision.

    Par contre, au lieu de nous apitoyer sur les quelques minutes que trois Députés auront pu passer à prendre l’air frais, analysons les différents argumentaires du débat sur le PL10383 ! Et nous remarquerons que, vendredi soir, ce n’était pas seulement les bancs du MCG qui étaient vides… Mais surtout leurs propos !

  • Cher ami des bandes molletières,
    Je me demande quand même si la Troisième République doit devenir la référence de nos débats démocratiques...
    En tout cas, vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine.

Les commentaires sont fermés.