Simone Weil, cendre et lumière

Imprimer

Il y a les livres qui vous informent, ceux qui vous forment, ceux qui vous façonnent, et ceux, tellement plus rares, dont la braise, au-dedans de vous, demeure. Pour ma part, de nombreux poètes, à commencer par Rimbaud. En une dame, une petite dame toute frêle emportée à 34 ans par la tuberculose, Simone Weil.

 

Chaleur, lumière, vigilance au profond de l’obscur, état de veille, verticale tension de l’esprit, je crois qu’on peut dire tétanisation. Et ce livre, donc, parmi les autres mais au-delà des autres, « La Pesanteur et la Grâce ». A lire, à dévorer, à caresser des yeux et de l’esprit, à embrasser de joie. A s’y agripper, parfois, aussi, de désespérance, tant le doute s’y mêle à la foi, le présent à l’absence, le vide à la plénitude. Un livre sur Dieu ou sur l’absence de Dieu, je n’ai jamais su.

 

Bachelière à 15 ans, agrégée de philosophie à 22, ouvrière volontaire en usine, née juive pour mourir chrétienne, sauvage rétive à l’institution ecclésiale, Simone Weil aurait eu cent ans aujourd’hui. A ceux qui ne l’ont pas lue, je dis : « Lisez la Pesanteur et la Grâce », j’ai presque envie d’ajouter : « S’il vous plaît ».

 

Philosophe ? Oui, bien sûr. Mais allégée du poids de la démonstration. Poète ? Par l’éclat de certaines formules, le choc des contraires. Philosophe et poète, au fond, à l’image des présocratiques. « De même, écrit-elle justement dans la Pesanteur et la Grâce, il faut aimer beaucoup la vie pour aimer encore davantage la mort ».

 

Simone Weil, vous êtes là. Vous nous accompagnez.

 

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Nul doute, vous savez donner envie de lire!

  • Oui à découvrir ou à relire. C'est un livre qui a marqué mes 20 ans.

  • "Ce livre à embrasser de JOIE".
    "A lire ..s 'il vous plait".
    Merci infiniment pour cette invitation.J'ai cet ouvrage de Simone Weil.Je l 'ai lu ,relu..Une source pure ,intarissable qui me nourrit ...me soutient ,me fortifie ..m 'aide à poursuivre un chemin parfois bien difficile ..
    Oui!! Simone Weil nous accompagne mais elle nous manque tout à la fois.Elle nous a quittés trop vite,trop tôt..N 'est -ce pas un abandon???Elle aurait écrit encore et encore..
    Elle écrit à ses parents, peu de temps avant sa mort::
    "Partout ou il y a de la Beauté,dites -vous bien que je suis là."

Les commentaires sont fermés.