Treize étoiles, mais sans révolution

Imprimer

Sur le vif - Dimanche 01.03.09 - 19.25h

 

En Valais, la montagne est si belle, alors de grâce, expliquez-moi : pourquoi faut-il, tous les quatre ans, qu’elle accouche d’une souris ? C’est sans doute l’ambiance de Carnaval, le goût des Valaisans pour la fermentation verbale, cette Flandre en instance de verticalité : tous les quatre ans, on s’aiguise, on s’échauffe, on se surexcite en préliminaires. Et puis, le dimanche, on vote. Et le lundi, on se rhabille.

Donc, le PDC, qui tient le canton depuis 160 ans, ah cette époque bénie où radicaux et conservateurs se précipitaient mutuellement dans le Trient, a certes placé ses trois candidats en tête (Jean-Michel Cina 40.016 voix, Maurice Tornay 32.528, Jacques Melly 32.084), mais, dans le Valais romand, ce parti a réalisé son plus mauvais résultat historique. C’est la dure réalité, les faits têtus, que Raphy Coutaz, le président du PDC du Valais romand, avait quelque peine à encaisser, à 18h, sur les ondes de la Radio Suisse Romande.

La cause de cette contre-performance est évidemment à chercher dans la déception crée le 6 juin 2008, à Conthey, lors de la désignation de Maurice Tornay, d’Orsières, contre l’étoile nationale Christophe Darbellay. Et celle, le même jour, de Jacques Melly contre Marie-Françoise Perruchoud-Massy, ancienne cheffe de groupe au Grand Conseil, plus progressiste.

Pour le reste, on notera la quatrième place du ministre de l’Instruction publique sortant, le radical Claude Roch (29.265 voix), et le bon résultat de la socialiste de Brigue Esther Waeber-Kalbermatten (26.438), qui devrait devenir la première femme conseillère d’Etat de l’Histoire du Valais. L’événement de cette élection.

En Valais, il est d’usage, parfois, de renoncer au second tour au profit d’une élection tacite des cinq candidats arrivés en tête du premier. Cela, cette fois, ne devrait pas être le cas. D’abord, à cause d’Eric Felley, journaliste devenu candidat, et trublion singulièrement talentueux de cette compétition électorale, qui a bien envie de prolonger d’une quinzaine l’état de lévitation qui est sien. Ensuite et surtout, parce que le score très faible de Maurice Tornay et Jacques Melly pourrait amener certains PDC, d’ici mardi (dépôt des listes) à avoir envie de lancer des jokers dans le deuxième tour. En relançant dans la course les recalés du congrès de juin 2008 ? C’est possible, mais peu probable : une fois de plus, on va sans doute, de préférence, laisser ronronner la machine à Tinguely, et envoyer à Sion les candidats officiels.

En Valais, la Révolution, c’est comme celle des astres, quand on les observe au télescope : on vient d’en manquer une, alors on s’installe déjà pour la prochaine. Bien assis. Un peu dépité. Mais tellement heureux de cette nuit treize fois étoilée, bleue comme les mers du sud. Allez, la Révolution, ce sera pour la prochaine fois !

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Je tenais juste à vous dire que j'ai beaucoup apprécié votre billet dans la TdG de ce jour, consacré aux élections du CE genevois. C'est tellement vrai !

  • Esther Waeber-Kalbermatten est bien devenue la première femme de ce gouvernement de concordance valaisan. De grands remaniements ont été accomplis dans la distribution des services de l'Etat, voilà pourquoi nous nous permettons de vous signaler cette lettre ouverte à notre première femme du gouvernement: http://tapagoille.blogspot.com/2009/03/esther-la-barre.html
    En toute amités
    Alain

Les commentaires sont fermés.