Souliers de satin

Imprimer

Chronique parue dans la Tribune de Genève du 09.03.09

 

Plus s’écoulent les années, plus le courage exceptionnel de Laurent Flütsch attise mon esprit et aiguise mes sens. Blesser, dimanche après dimanche, les catholiques de Suisse. Donner de « Sa Sénilité » (hier, 11.08h) à leur chef spirituel, en se recroquevillant derrière l’immunité de la satire. Brandir l’ostensoir de la Raison triomphante face à l’obscure folie du religieux. Avoir avec soi les rieurs, la mode, le monde et les mondains, la modernité qui pétille et qui fait « pschitt ».

C’est cela, le petit monde de Monsieur Flütsch. Feu libre, au nom de la liberté d’expression, sur une communauté tout entière, ses valeurs, ses références. Et la doxa dominante qui se rit et qui se gausse, et toute cette obédience qui n’en peut plus d’applaudir. C’est l’humour au service du pouvoir et des majoritaires, qui se croit de catacombes mais danse et se dodeline sur les marches du trône.

Fou du roi ? Fou engraissé par le roi, qui sautille en souliers de satin sur le ventre repu du souverain. Contre-pouvoir en pantoufles, tellement officialisé qu’il en devient, par inversion, le pouvoir lui-même, riche de ses seules routines, illuminé de ses propres certitudes. Dimanche après dimanche. Ca n’est plus une émission. C’est l’Angélus. Et le pays profond qui s’agenouille. Pour rire de la bonne parole. Jetée aux quatre vents. Amen.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Chroniques Tribune 20 commentaires

Commentaires

  • La soupe vous rend lyrique, cher Saint Pascal! Il faut aimer tout ce qui nous gratte, nous démange, nous dérange. Ce qui attise notre colère et notre indignation. Et vous le dites fort bien.

  • Monsieur Décaillet,

    Le "monde" et le Pape que vous défendez sont ceux que plus de 1500 Catholiques de toute la Suisse ont fustigés ce dimanche à Lucerne.
    ... Et, lorsque vous parlez de Fou du Roi engraissé par le Roi lui-même, que penser de votre propre engraissement! Où alors, dites-le nous tout de go: Vous travaillez pour rien!... Ou pour la Liberté*** uniquement! Ainsi que vous le laissez entendre dans le titre même de votre blog.

    La Liberté ne serait-elle applicable que si elle sert vos desseins ?

    De plus, vous traitez implicitement les auditeurs de la "Soupe est pleine" de débiles! Vous imaginez qu'ils ne sont pas capables de discernement sans votre aide et que le Pays profond -aussi profond que votre incommensurable suffisance- s'agenouille devant Flütsch au lieu de le faire uniquement devant "Sa Sainteté" Monseigneur Pascal Décaillet qui, malgré tout, ne peut être un chef spirituel, il est comme Madame Calmy-Rey, il n'a aucun sens de l'humour!

    Je vous accorde que mon commentaire n'est pas très "Amen"! Alors, ainsi-soit-il!

    ****** Il s'agit ici du concept de Liberté et non pas du journal de même nom!

  • Ne s'agit-il pas plus du "flusch" du St Laurent qui va finir, comme les eaux de la fonte hivernale, dans l'océan de l'ignorance?

    Je ne suis pas catholique, pas plus papiste mais j'ai le respect de ceux qui croient autrement. Tant et aussi longtemps qu'ils respectent la dignité humaine et que leur croyance ne les conduit pas à tuer ou mutiler au nom de d'un certain dieu.

    Si les protestants ont eu à pâtir des dogmes catholiques, ils sont les premiers à reconnaître que leurs frères de chrétienté on reconnu leurs errements passés tant vis à vis des chrétiens d'Orient que des Juifs et des protestants.

    Par cette reconnaissance courageuse, le grand, l'immense, Jean-Paul II a ouvert le voie de la réconciliation entre croyants sincères et non violents.

    Il est vrai, on ne saurait le nier, que l'arrivée de Benedict XVI n'a pas été une bonne nouvelle pour ceux qui veulent une église catholique plus modeste, moins arrogante et surtout qui ne prétende pas détenir seule la vérité.

    Le choix, opaque, des catholiques est le leur, il répond à leurs règles et nous autres qui ne sommes pas de cette croyance là devons d'une part accepter ce choix et, d'autre part, ne pas hésiter à leur dire ce qui nous préoccupe dans ce choix. Mais avec une seule condition, celle du respect de l'autre, notamment sans dévaloriser bêtement son guide.

    Cette notion est centrale car à force de tout tourner en dérision notre société perd non seulement ses repères cuturels mais aussi le sens de l'àpropos ce qui ne peut que conduire à l'incompréhension et donc la violence.

    C'est un point sur lequel le journaliste mentionné par Pascal a plus bu la tasse que manger la soupe.

    Cordialement,
    Patrick Dimier
    Constituant

  • Monsieur Patrick Dimier,

    Vous dites: "Le choix, opaque, des catholiques est le leur, ..."

    Opaque... Oui, d'accord! Le leur... Non, pas d'accord!
    L'Église de Rome est un des derniers bastions du despotisme "éclairé par l'Esprit Saint" (sic). Le choix dont vous parlez n'est, en aucun cas, celui des fidèles à qui on ne demande qu'une chose: avoir la foi, celle du charbonnier.
    Pour beaucoup, aujourd'hui, ils ont plutôt les foies: ils perdent tout repère.

    Parmi eux, ceux qui ont manifesté à Lucerne dimanche et qui ont remarqué que "leur" Église s'éloignait de plus en plus des réalités de notre monde et que cette même Église se recroquevillait de plus en plus sur elle-même en assurant à tous qu'elle est la seule à connaître la Vérité!... Ce qu'a fait ostensiblement un des nouveaux "plus excommunié" d'Écône à la TSR, il y a peu!

    Déjà à ce titre, l'Église mérite que l'on s'en gausse!... Comme chacun devrait, il est vrai, se gausser également de toute autre religion qui prétend être l'unique.
    Il est vrai que les politiques (MCG compris) ne sont sujets au même syndrome! Nommons celui-ci "syndrome de Rome"! Comme il y a celui de "Stockholm" ou cet autre de "Kawasaki"!

  • Pendant six mois - une année, tous les dimanches, la Soupe a été une longue suite de gags débiles sur l'UDC (Oué pi alors l'UDC c'est rien que des fachos, ouarf, ouarf, ouarf) déclinés sur tous les tons et tous les modes. Si d'aventure la machine de guerre électorale de la RSR ne s'attaquait pas à l'UDC, c'était à l'armée qu'elle s'en prenait et au grand criminel Roland Nef en particulier.
    Dire qu'on paie une redevance pour ça...
    Cela dit, je reste persuadé que :

    1. Ce petit groupe (Thierry Meury, Laurent Flütsch et al...) n'a qu'une influence très limitée parmi le peuple de Suisse romande, qu'il ne faudrait tout de même pas confondre avec les oligophrènes urbains de Lausanne ou de Genève.

    2. La Suisse romande n'a que très peu d'importance en Suisse, et c'est tant mieux...

  • Le problème que mon pose, à titre personnel, le bourgeois bien-pensant Flütsch, c'est que non seulement son humour de centre-gauche n'est pas drôle (la moraline est par définition une épice peu goûteuse), mais surtout que je suis obligé de le subventionner, lui le fonctionnaire de la dérision correcte, par le biais de la redevance. Evidemment, dans un monde idéal, une radio de service publique aurait à coeur de laisser s'exprimer toutes les sensibilités; alors que nous avons là, avec les laborieux commis de la Soupe, gamelle d'état, une brigade qui nous sert un bien triste menu unique : "z'êtes pas contents, c'est pas grave et en plus, la facture c'est pour toi, con-tribu-able".

  • Vous avez bien raison, il ne faut pas rire de "leur chef spirituel", il faut en pleurer...

    "Le Vatican justifie l'excommunication d'une mère brésilienne et de médecins, pour l'avortement d'une fillette de 9 ans. L'enfant avait été violée par son beau-père qui, lui, n'est pas excommunié."

    issu de l'article:
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/ameriques/20090309.OBS7897/excommunication__le_viol_est_moins_grave_que_lavortemen.html

    Qui blesse qui?

  • Excommunication!

    Pascale,

    Vous m'enlevez les mots du clavier!
    J'ai commis un petit texte en deux épisodes sur le sujet. Le site de la TdG a eu l'amabilité de le publier sous "tutti frutti"!

  • Tout à fait d'accord, la redevance c'est fait pour payer des animateurs/journalistes de droite qui ne se moquent pas du pape et nourrir des médias qui gardent en leur sein un journaliste qui faite de si belles phrases, qui à l'air T-E-L-L-E-M-E-N-T C-U-L-T-I-V-E.
    Je propose qu'on supprime la redevance et tout ça soit payer par la pub.
    Et vive la pensée unique (des affaires) et l'autocensure!

  • Bonjour,

    J'ai écouté le passage incriminé, et j'ai constaté que le journaliste de la soupe parlait d'un sujet que j'ai été étonnée de lire dans le Matin il y a quelque jours, à savoir que d'après un texte récent du Vatican, les femmes et les hommes n'auront pas les mêmes supplices en enfer.
    Et en tant que catholique de ce pays, je trouve que ce genre de choses dépassées et ridicules ne font que du tort à l'Eglise. M. Décaillet, les approuvez-vous ? Croyez-vous sincèrement à l'enfer et à ses supplices différents selon le sexe? Croyez-vous que ce genre de déclaration est utile à l'Eglise? Si oui, alors ne parlez pas au nom des "catholiques de Suisse", parce que bien des catholiques de Suisse en ont plus qu'assez de la ligne conservatrice de ce pape. Il ne faut pas confondre catholique et papiste. Surtout après le rassemblement le Lucerne, ça aurait été plus intéressant que vous donniez votre avis sur le vrai problème, plutôt que d'attaquer ceux qui s'en moquent. Merci.

  • Etant partisan d'une liberté totale d'expression, quel que soit le sujet et les circonstances, cela ne me gêne pas que le fonctionnaire de la redevance Flütsch se moque du catholicisme. Seulement, je grommèlerais moins si celui-ci était d'abord drôle (ratio qualité/taxe insuffisant), mais aussi si cet humour bien-pensant, cet humour bourgeoisement établi, permettait aussi que l'on puisse, de temps en temps, de se gausser également des idôles modernement correctes auxquelles ces rebelles mensualisés sacrifient. Bon, il est vrai que ces libertaires croient beaucoup à la liberté, mais sont finalement peu pratiquants quand il s'agit de la liberté de ceux qui ne pensent pas, bien, comme eux.

  • Monsieur Décaillet, il semble que votre colère vous aveugle.

    Rappelons que les TPG et les transports de Lausanne ont annoncé leur refus d'afficher sur leurs véhicules le simple message "Dieu n'existe probablement pas", comme cela a été fait en Grande-Bretagne, alors qu'ils y placardent régulièrement des publicités bibliques.

    Il faut donc un souffle certain pour prétendre que les libres-penseurs représentent "la doxa dominante", le "pouvoir et les majoritaires" et l'incarnation du politiquement correct. Heureusement, au contraire, qu'il y a des émissions satiriques pour offrir un espace de liberté.

    Géo et Paul Bär, si vous détestez tant cette émission, ce n'est pas compliqué, ne l'écoutez pas.

  • "Feu libre, au nom de la liberté d’expression, sur une communauté tout entière, ses valeurs, ses références".

    En affirmant et réaffirmant, en rupture avec l'ouverture oecuménique de Vatican II, que l'église catholique romaine est la seule église véritable du Christ et donc l'unique voie du Salut, M. Ratzinger a lui aussi blessé des communautés toutes entières, leurs valeurs, leurs références.
    En réhabilitant un évêque négationniste, M. Ratzinger a blessé une communauté toute entière, ses valeurs, ses références, son histoire, son drame.
    Ces blessures là sont plus profondes que des égratignures plus ou moins satiriques.

    M. Décaillet, votre obédience catholique est parfaitement respectable. Mais elle est affaire de conscience personnelle. En vous servant de la TdG pour défendre publiquement (et farouchement) votre chef spirituel, celui-là même qui dénie à l'église réformée le statut d'église véritable, vous blessez aussi la majorité confessionnelle de ce canton.
    Bien à vous

  • Pascale: Oui, oui... qui s'est élevé contre la pantalonade que représente cette excommunication? pas grand monde. Même pas moi - j'aurais été trop virulent.

    Que les dégoulinants lécheurs de tiares justifient cette excommunication, eux qui se sont déjà excommuniés de la vie. Que les amateurs de fascisme papal, de théocratie occidentale, refluent devant la marée des mères violées. Qu'ils bavent leur crédo devant ces corps ensanglantés. Qu'ils dressent le gland moisi de leur soumission face au cris des enfants abusés.

    Respecter la croyance? Bien sûr, c'est le jeu. Mais la démolir, c'est un devoir d'humanité. Une exigence de liberté, la liberté fondamentale de l'humain qui ne veut se soumettre à aucune autorité autoproclamée. Que certains humains veuillent s'aliéner délibérément, c'est leur droit. Alors qu'ils défilent, intégristes de toutes folies: musulmans, chrétiens, juif, scientologues et autres assoiffés de pouvoir, tous issus de sectes barbares. Qu'ils défilent afin que nous les identifions enfin comme les ennemis de la vie, de la liberté, de la démocratie, de l'intelligence.

    Que Dieu, s'il existe, les jette à la mer lestés de leur profond mépris de l'humain et de la liberté.

    Amen...

  • moi j'aime bien ta faconbde voir les choses , et c'est tou ! :D biz

  • @Homme libre, merci de m'avor rappelé l'oubli, dans mon plaidoyer pour la liberté de croire, celle de ne pas croire!

    Une fois encore, l'essentiel est le respect et celui des non croyants est effectivement essentiel.

    L'humain libre est effectivement celui qui peut se déterminer par son libre arbitre. Ce constat me ramène à bannir toute croyance qui lance l'anathème sur ceux qui veulent user de ce libre arbitre ou encore les religions qui interdisent toute forme de critique du dogme religieux et des écritures sur lesquels elles fondent leur existence.

    Ces religions, à l'image des régimes politiques qui leur sont souvent associés, soit en s'appuyant dessus soit en créant un culte de la personnalité du leader, sont nuisibles à l'espèce humaine comme elles sont nuisibles à l'épanouissement de ce qui est le seul moteur sociétal d'intérêt général, la PAIX.

    Bonne journée et mes excuses pour cet oubli!!

    cordialement,
    Patrick Dimier

  • "La Convention des Droits de l'Homme" doit supplanter toutes les religions:
    Art.1er
    "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité".

    Il faut faire entrer ce texte dans l'enseignement primaire ainsi que l'histoire de la laicité:

    Ferdinand Buisson, cofondateur de la Ligue des droits de l'homme a reçu le prix Nobel de la Paix.
    Entre autre la démocratie suisse l'avait marqué et il s'en était inspiré.

  • @Tous
    En fin de compte, cela ne sert à rien de s'adresser à ce Monsieur Décaillet. Il lance sa prose en pâture au vulgum puis se retire dans ses appartements.

    Alors continuons entre nous puisque l'hôte sorti, l'hospitalité nous est tout de même offerte.

    @hommelibre
    Complètement d'accord avec vous, mais, comme écrit ailleurs, à mon avis le Vatican a entrepris son propre sabotage. Personne n'aurait pu frapper aussi fort pour disperser les moutons du Vatican que le Vatican lui-même.

  • Cher M. Décaillet, une bonne partie des commentaires cherchent à brouiller les pistes en allumant un contre-feu avec votre présupposée vulnérabilité sur le catholicisme. Sachez que nous ne sommes pas dupes et que votre texte est caustique et ne rate pas sa cible. Les journalistes de La Soupe méprisent la liberté comme ils méprisent tous ce qui ne va pas dans le sens de leur "Gleichheitswahn" (soif d'égalité). En matière d'égalité nous n'avons pas de leçons à recevoir de leur part. Lorsqu'en plein jour je traverse la ville, je ressens de l'insécurité pour des raisons objectives. Mais j'entends Flütsch nous répéter: "mais donner leur une chance de s'intégrer, soyez donc tolérants, à bas le fascisme ! " Paraît-il, j'ai l'esprit chagrin... Si Flütsch en avait le pouvoir, il nous expulserait de Suisse ou nous enverrait dans un asile psychiatrique. Tiens en parlant d'égalité: pourquoi Flütsch ne milite-t-il pas pour que les blancs se sentent chez eux dans leur propre pays ? Ai-je parlé d'une quelconque race aryenne en disant cela ? Si ce n'est pas un droit fondamental qu'est-ce ? Je suis d'ailleurs pour que les Guadeloupéens obtiennent également le respect de ce droit. N'est-ce pas un principe égalitaire que je viens d'énoncer ? M. Flütsch, par rappport à il y a peine une décennie, nous sommes infiniment trop mélangés et trop nombreux ! C'est ce qu'on nomme le choc des civilisations. En fait, il s'agit de plusieurs chocs à différens niveaux. Pour conclure: qu'est-ce que Flütsch a dû être outré quand Ziegler lui a dit que Blocher était sincère ---

  • Question subsidiaire: M. Décaillet, quand est-ce que vous prendrez votre plume pour dénoncer l'outrecuidance du journal Le Temps dont les chroniques développées par ses journalistes souffrent de la même médiocrité que celui que vous dénoncez à La Soupe. Pour eux, il n'y qu'une option, l'ouverture et le multiculturalisme. Ils s'étonnent que des classements établis en Suisse Allemande mettent les cantons romands en queue de classement de l'intégration des étrangers. Pas les même critères sans doute. Dans leur feuille de choux le débat contradictoire est fortement sporadique voire invisible. Les chroniqueurs comme Chérix, Comtesse, Beniston sont-ils salariés par ce journal ? Ont-ils d'autres moyens de subsitance ? Leur situation me rappelle celle des starlettes du PAF qui vivent de leur apparitions médiatiques. Aucune substance, aucun regard critique aucune mise en perspective de la part des journalistes, les fameux Miéville, Kunz et autres J.J Roth. Quel contraste avec l'ère Hoesli. Si j'ai bien compris ce dernier végète actuellement comme cadre chez Edipresse avec sans doute un autre salaire...M. Décaillet quand est-ce que vous appliquerez la même critique à Edipresse ?

Les commentaires sont fermés.