Elections à Neuchâtel : le temps des cerises

Imprimer

Sur le vif - Dimanche 26.04.09 - 18.30h

Fulvio Pelli, le président du parti libéral-radical suisse, est, depuis cet après-midi, un homme heureux. Avec trois membres de ce parti, sur cinq élus au Conseil d’Etat neuchâtelois, revoilà, ne serait-ce que l’espace d’un printemps, le mirage des belles années, celles où le grand vieux parti régnait en maître sur le pays. Après les années difficiles, après la mauvaise performance aux élections fédérales d’octobre 2007, le temps des cerises serait-il de retour ? Franchement, malgré l’éclat des apparences, il serait bien prématuré de l’affirmer.

Les faits, d’abord. Aujourd'hui à Neuchâtel, la droite a reconquis la majorité au gouvernement. Il devra vive en cohabitation avec un parlement de gauche. Sont élus deux socialistes : Jean Studer (33.279 voix), ancien candidat au Conseil fédéral et véritable homme fort du canton, et Gisèle Ory (32.819), conseillère aux Etats. Puis, trois libéraux-radicaux : Frédéric Hainard (29.546), Claude Nicati (28.701), et Philippe Gnaegi (28.440). Un vrai gouvernement radical-socialiste, « radsoc », digne des très riches heures de la Troisième République française ! Une authentique composition de la belle époque, celle où l’UDC mangeait les pâquerettes et où les Verts, faute d’annoncer l’Apocalypse, n’avaient pas encore vécu leur Genèse.

Les Verts : parlons-en ! Il doit l’être, Ueli Leuenberger, le très climatique président national du parti, conquistador en herbe du premier siège, un jour, au Conseil fédéral. Oui, il doit être, cet homme aussi aimable qu’avide d’expansion, vert de rage. Contre Fernand Cuche, conseiller d’Etat sortant de son parti, ex-icône de « la politique autrement », la politique plus douce, la politique par homéopathie, la politique à temps partiel. « La pluie est toujours bonne, vient de déclarer, non sans humour, cet homme affable et sympathique, parce qu’elle participe à la vie ». Belle prise de congé, d’un être attachant, mais qui ne parviendra pas à masquer l’ampleur d’un échec. Celui des Verts, pourtant bien placés au parlement. Mais surtout celui de l’homme. Qui déclare, désormais, vouloir retourner, au sens propre, sur ses terres.

Au gouvernement, donc, des libéraux-radicaux, des socialistes. Punkt, Schluss. Les deux grandes forces, au fond, qui ont fait ce canton, lui ont donné ses plus grands hommes, un grand nombre de conseiller fédéraux. Comme si Neuchâtel s’en retournait à quelques fondamentaux historiques et philosophiques. A l’axe antagoniste, dialectique, qui a construit sa pensée et sa pratique politiques. Reste à voir comment ce Conseil d’Etat de droite vivra avec un parlement de gauche. A l’heure de la crise économique où des décisions fort douloureuses, hélas, ne manqueront pas d’être prises.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Merci pour vos mots respectueux sur Fernand Cuche. Il ne suffit pas d'être quelqu'un de bien pour faire un homme politique, surtout à ce niveau-là. Je me tue à le faire comprendre à notre Père siffleur...

  • Un grand merci à Géo pour m'avoir cité. Surtout qu'il s'agit d'un débat auquel je n'ai jamais participé. Un débat au sujet d'un homme, Fernand Cuche, dont je n'ai jamais parlé, ayant déjà suffisamment à faire avec le Prince Vert. Le fameux potentat lausannois qui pense pouvoir rester en place jusqu'en 2013!
    Mon Dieu!... Préservez-nous du mal!
    Si lui ne peut retourner sur ses propres terres, je fais mon possible pour qu'au moins nous puissions le faire proprement taire!

Les commentaires sont fermés.