Martine et l’Archange

Imprimer

 

 

Publié dans la série « Dis, Papa, c’est encore loin, le 16 septembre ? »

 

On la disait gisante, c’était oublier l’Archange. Celui qui, d’un baiser, ravive en vous le souffle, vous arrache au trépas.

Président du parti libéral genevois, Michel Halpérin demeurait silencieux, jusqu’à ce jour, face au trop-plein de papables, tacites ou déclarés, au sein de ses troupes, pour le Conseil fédéral.

De ce silence, l’ancien bâtonnier vient de sortir. Dans un communiqué dépourvu de toute équivoque, en guise de réponse à l’article du Matin, avant-hier, sur Martine Brunschwig Graf, l’Archange Michel dresse un panégyrique de la vice-présidente du groupe libéral-radical aux Chambres fédérales : « la personnalité la plus respectée et la plus aimée du parti libéral genevois ».

Du coup, il relance sa candidature. Et démonte les mécanismes de paravents installés par le génie transalpin de quelques stratèges, aujourd’hui « en vacances ».

Oh, c’est sûr, il est encore loin, le 16 septembre. Restez avec nous. Il y en aura encore, des retournements !

 

Pascal Décaillet

 

Commentaires

  • Madame Brunswig Graf n'a aucune chance d'être élue... deux conseillères féférales d'un même canton est fortement improbable, sans compter son côté "maîtresse d'école " très mal perçu. M. Pelli est le papable le mieux placé.

  • "Plus il est compétent, plus il est critique."
    "Plus on a de la personnalité, plus on est contesté." Voilà ce que les fans de MBG crient la bouche en coeur. Mais on croit rêver ... Il ne leur viendrait pas à l'idée qu'on puisse reconnaître l'incompétence crasse chez une personnalité indésirable qui se profile pour des motifs orgueilleux. Il faut le répéter: le mal qu'elle a fait au DIP, le mérpis avec lequel elle a traité le corps enseignant (pédagogiquement et financièrement)tout en octroyant de beaux postes technocrates inutiles à quelques privilégés, sa méchanceté fielleuse envers des collègues de parti, les scissions internes provoquées par sa bêtise. Manier la rhétorique ne signifie pas qu'on comprenne la politique, les décisions à prendre... MBG est unanimement connue pour son incompétence et sa manière d'asseoir son pouvoir ne regarde qu'elle et non les affaires publiques. Faire ch ... ne suffit pas, encore faut-il savoir donner envie. Franchement, la république se passe de ses services! Il y a tout de même d'autres gens de valeur méritant d'être Conseiller fédéral!

Les commentaires sont fermés.