La Suisse n’avait pas à présenter d’excuses

Imprimer

Jeudi 20.08.09 - 20.15h

Des excuses, des excuses, des excuses. Il n’y a plus que cela : des excuses.

Aujourd’hui, Monsieur, en Suisse, on ne fait plus de politique : on saigne ses genoux sur le chemin rugueux de Fatima, celui de la rédemption par la repentance, brûlante, sous la canicule.

Que la police genevoise ait interpellé de façon trop musclée, quant à la forme, le fils Kadhafi, c’est probable. Qu’il y ait eu disproportion, soit. Mais enfin, il y a surtout eu maltraitance de domestique, c’est cela qui est inadmissible, cela que la loi suisse – la seule qui vaille en nos frontières – condamne. En Suisse, il n’y a ni gueux, ni fils de prince : il y a l’égalité de tout humain, quel qu’il soit, devant la loi. À cet égard, les autorités genevoises n’ont pas eu tort, sur le fond, d’interpeller Hannibal Kadhafi, comme elles l’auraient fait pour n’importe quel autre justiciable.

Au final de cette lamentable affaire, voici donc le chef de l’Etat suisse en situation de Canossa devant ce très grand défenseur des droits de l’homme qui, depuis juste quarante ans, avec la sagacité qu’on sait, préside aux destinées de la Libye. La Suisse, vieille démocratie, d’au moins 161 ans, modèle à bien des égards, pieds nus et en chemise devant le maître de Tripoli. L’image, pour l’opinion publique de notre pays, pour le principe d’égalité devant la loi, est tout simplement insupportable.

Non, Monsieur Merz, la Suisse n’avait pas à présenter d’excuses.


Pascal Décaillet





Lien permanent Catégories : Sur le vif 37 commentaires

Commentaires

  • Outre M. Kadhafi, M. Merz s'est récemment prosterné devant un autre monument de la démocratie: Mahmoud Ahmadinejad.

    On le regrettera amèrement le jour (imminent) de la chute du régime clérical. Ainsi, berceau du Chiraz et patrie du poète Omar Khayyam, l'Iran est-il un authentique pays vinicole. Comme ce serait beau de jumeler Vinea avec une future foire iranienne du vin! Malheureusement, le jour venu, on n'oubliera pas notre lâcheté.

  • " Que la police genevoise ait interpellé de façon trop musclée, quant à la forme, le fils Kadhafi, c’est probable. Qu’il y ait eu disproportion, soit. "

    Qu'en savez-vous ???

    Pour le reste, je suis parfaitement en phase avec votre article. Eh oui, cela vous surprend peut-être ...

    J'ajouterai cependant quelques remarques :

    1° Je me réjouis naturellement beaucoup d'apprendre la libération prochaine de nos deux compatriotes et c'est cela le plus important !

    2° Par le bais des excuses officielles de la Suisse sortant de la bouche du Président de la Confédération, c'est tout notre Etat de droit qui est discrédité, vilipendé ...

    3° Quel signal envoie-t-on aux policiers de ce pays qui pensaient, à juste titre, que la loi était la même pour tous ? Cet acte de contrition va-t-il les motiver ?

    4° Etait-il vraiment nécessaire pour H-R Merz de justifier ces excuses en évoquant d'emblée la reprises des échanges commerciaux : " ... ouvrir la voie au marché libyen" ? Quel impact cela aura-t-il sur le peuple suisse ? Même si nous ne sommes pas dupes, je trouve pour ma part cette évocation totalement déplacée dans le contexte ...

    5° Le Premier ministre libyen M. Mahmoudi ayant déclaré : que les excuses constituaient un "premier pas" pour régler le contentieux entre les deux pays, il y a fort à craindre pour que le chantage se poursuive ...

    C'est affligeant !

  • Sur le fond, j'aime bien votre commentaire courageux.

    C'est assez rare pour que je sorte du bois pour vous l'écrire.

  • On devrait aller planter notre tente en Lybie !!! En accord avec mes préopinants, je partage entièrement votre analyse, Pascal Décaillet.

  • Il est recommandé, en général, d'essayer de comprendre pourquoi tel ou tel propos est tenu et c'est souvent le rôle de qui cherche à ne pas juger ou réagir à l'émotion. Néanmoins, on ne peut demeurer indifférent aux excuses du Président de la Confédération helvétique au "Maître de Tripoli". Qu'elles choquent ou qu'elles trouvent à se justifier, en méditer le sens et la portée ne sera pas de trop. Il était en tout cas bon et nécessaire que vous écriviez ce commentaire ce soir.

  • Qu'en pense la police genevoise? Quant aux deux otages suisses, j'imagine qu'ils n'auront droit, eux, à aucun dédommagement...

  • Non, la Suisse n'avait pas à présenter des excuses. C'était l'occasion unique que la Suisse avait de rappeler à la Libye que ses travailleurs tunisiens et marocains n'étaient pas des esclaves mais des êtres humains. Nous connaissons depuis des années des problèmes d'exploitation avec les travailleurs émigrés en Libye. Ce sont la Tunisie et le Maroc qui auraient dû revoir leur politique d'exportation de sa main-d'oeuvre exploitée vers ce pays. Tout au long des années, il y a eu toujours de fortes tensions entre ce pays riche et la façon quasi moyen-âgeuse de traiter son personnel migrant traité de manière basse et vile. La Suisse s'est attribuée une tâche qui n'était pas la sienne, à savoir revoir les conditions de travail inhumaines dans ce pays riche qui a plus d'une reprise s'est permis des libertés inadmissibles en regard de la violation des droits de l'homme. Lors des tensions entre la Tunisie et la Libye on se souvient des tunisiens extorqués à la frontière de leurs biens, insultés. Que ces pays prennent leur responsabilité et protège leurs ressortissants ! Dommage, ces excuses sont une preuve supplémentaire de lâcheté et de soumission inadmissible. O pointé !

  • La Suisse a agi sans connaître le fond des relations entre la Libye et ses voisins et tunisien et marocains. Les ressortissants tunisiens ont toujours été utilisés comme chair à canon, enjeux de négociations. En 1986, le régime libyen devaient renvoyer 35 000 travailleurs tunisiens de Libye en violation des accords bilatéraux, et en leur confisquant tous leurs biens, leurs argents et leurs passeports. Les travailleurs des pays voisins ont de tout temps été traités comme des esclaves et devenaient des enjeux politiques au coeur des tensions. Renvoyés, spoliés de leurs biens. La première leçon que la Suisse aurait dû faire à Hannibal était de rappeler que ses deux employés et Marocain et Tunisien étaient d'abord des êtres humains que l'on ne pouvait ni battre, ni humilier. ça ne date pas d'aujourd'hui cette façon de traiter le personnel comme du bétail que l'on bat à souhait. La Suisse, n'a pas su replacer la problématique dans un contexte historique de relations inégales entre un pays riche et ses voisins pauvres. Dommage !

  • Merci de le dire haut et fort !

    Maintenant, on peut se demander : si un annemassien boxe un genevois et se fait embarquer par la police dans des conditions discutables... est-ce que M. Merz ira aussi s'excuser à Paris ?
    Ou s'arrête-t-on lorsque la raison d'Etat aux genoux usés devient un modèle à suivre ?

    En tous les cas, je ne mettrai jamais les pieds en Lybie et je m'efforcerai de déconseiller ce voyage à chacun.

  • Les travailleurs et clandestins marocains ont parfois été torturés en Libye. Ce n'était pas un fait nouveau. La Suisse s'est cru investie d'une mission pour deux cas individuels alors que les exactions sur les travailleurs migrants des pays voisins sont pléthores.

    Pour mémoire :

    Sept cent soixante-trois ressortissants marocains sont retenus dans des centres d’accueil en Libye dans des conditions inhumaines. L’Association marocaine des familles victimes de l’immigration clandestine (AFVIC) ne cesse de dénoncer cette situation. Khalid Jamah, l’un des responsables de l’AFVIC, évoque des cas de torture et de spoliation de biens de migrants clandestins. Il accuse, également, des éléments des forces de l’ordre libyennes de ces actes. Il révèle aussi des cas de viol dans des centres de détention de jeunes émigrées en situation irrégulière.

    Le cas des deux employés torturés à Genève ne sont que la pointe de l'iceberg. Les pays concernés auraient dû réagir plus tôt et de manière plus ferme. Ce n'est pas à la Suisse de régler des différends, des maltraitances qui sont monnaie courante dans ce pays.

  • Lamentable en effet ! ON baisse son pantalon pour faire plaisir à un gouvernement de guignol ! Nos Otages son toujours la-bas ! En Suisse on est trop gentil, nous n'avons pas comprit que l'on ne traite pas avec ce genre de gouvernement ! On applique la méthode Israélienne : les Musulmans ne comnprennent quue la Force ! Tant pis si celà vexe certains ! Faudra-t-il un attendat ou un détournement d'avion pour qu'enfin en Suisse l'on comprenne les choses !
    Je suis triste pour mon pays et je ne suis pas d'accord avec cette fanfaronade !

  • J'approuve vos commentaires. Frapper ses domestiques.... prendre en otage des concitoyens... notre Président n'a rien dit, silence..fermer les yeux sur l'élémentaire des droits humains, Tant de gens laissent leur vie pour défendre et faire respecter ces droits. Je suis triste ce soir et je me demande comment nos autorités vont désormais gérer les problèmes de violence du quotidien helvétique....

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour M. Décaillet,

    dans notre manière de penser, il est clair que nous n'avions pas à faire d'excuses. Dans notre approche réaliste, évidemment je vous rejoins.

    Mais je regrette que vous n'ayez pas émis un bémol à voter affirmation, sans doute le fruit de l'émotion.

    De fait, la forme et le contexte prennent le pas sur le fond.

    Quoi qu'il en soit, les familles saluent le geste fort de M. Merz.

    Aussi, je me souviens des débuts de l'affaire, où nous avions encore des cartes en main et non des moindres, M. Soli Pardo appelait au boycot des stations Tamoil, que nous avions proposé de nationaliser provisoirement la raffinerie de Colombey, de geler les comptes libyens...

    Personne n'a voulu suivre en minimisant l'affaire. Au fond deux Suisses retenus en Libye n'intéressait personne.

    De même pour vos confrères qui ne parlaient pas de l'affaire jusqu'à ce que certaines et certaines viennent rappeler sous le fenêtre de l'ONU que nous avions deux otages retenus en Libye. Pardon, deux Suisses en vilégiature dans la Libye moderne selon le reportage scandaleux de la TSR portant sur notre ambassadeur, Son Excellence M. von Muralt. Seul véritable héro de la situation. Le seul qui devrait recevoir une médaille pour avoir sorti nos otages des geoles et permis à nos deux ressortissants de bénéficier de quelques précieuses libertés.

    S'indigner aujourd'hui de l'action de M. Merz revient à faire fie de l'ensemble du déroulement et la gestion de l'affaire où nous pouvons le dire sans la moindre honte : nous avons été simplement pitoyables.

    De cette gestion calamiteuse là... oui j'ai honte... et pas un peu.

    Il faudra aussi analyser l'ensemble des dysfonctionnements d'un ensemble de services qui n'ont pas été efficients. Des manquements qui sont les nôtres. De notre total isolement diplomatique dans cette affaire.

    Mais nous devrons faire tout cela, lorsque nos deux ressortissants seront de retour et pas avant.

    La Libye a joué sur du velours, et les autorités libyennes le savent. Sans nos deux otages, toujorus retenus, il est fort à parier que notre réaction aurait été quelque peu "différente".

    Temporiser... c'est le moment de temporiser... et d'admettre bien haut et fort, que depuis le début de la crise, nous avons été mauvais. Et sur ces questions, notre Président actuel n'y est pour rien. C'est juste lui qui hérite de la patate chaude que M. Couchepin et Mme Calmy Rey aurait dû régler de longue date.

    Nous voulions qu'il agisse, il l'a fait. Maintenant le temps nous dira si il a eu raison de le faire.

    Bien à vous M. Décaillet,

    Stéphane

  • Tout aussi fâchée que tout le monde par ce résultat, je pense simplement que pour M. Merz, comme pour beaucoup de monde ici, le sort des otages était secondaire, ce qui compte avant tout ce sont les sacro-saintes relations commerciales. La preuve, les otages ne sont pas encore de retour, on ne sait pas encore quand ils le seront, et on a tout de même fait des excuses pour avoir appliqué la loi.
    Donc à l'avenir la fameuse "raison d'état" doit prévaloir lorsque la police aura à intervenir dans des cas de ce genre, et elle devra mettre des gants.
    Ma seule consolation, une consolation d'imbécile comme on dit vulgairement, c'est ce que ma mére m'a toujours dit : dans des situations bloquées, face à des entêtés bornés, c'est toujours le plus intelligent qui cède.
    Par ailleurs, on se plaint que la Suisse n'a pas d'amis, que personne n'est intervenu en notre faveur. C'est une réponse à notre prétention de nous croire toujours meilleurs que les autres, de ne pas vouloir nous allier aux autres. Selon certains politiciens que je ne nommerai pas, nous devons rester seuls, nous sommes assez forts pour nous passer des autres. On en voit les conséquences depuis quelque temps.

  • Vous parlez de "démocratie" en Suisse ?

    Qui commande vraiment ici ? Faites-moi un peu rire s'il vous plaît !

    Monsieur Merz est allé en Lybie sur ordre des "seigneurs" Vasella et autres Brabeck, c'est évident.

    Oussama

  • Notre attitude bien Helvétique veut que nous soyons conciliant avec tout le monde! le problème c'est qu'avec le monde musulman, il ne sert à rien de tendre la main, appliquons les méthodes israéliennes : Frapper fort !

    Mais probablement que les biens penssant de ce pays et autres frigides n'en ont pas le courage. Faudra-t-il une série d'attentats dans notre pays pour qu'enfin le CF se réveille ?

  • Regrettables ces excuses, mais pénibles seront aussi les prochaines semaines quand la presse romande nous chantera, unanime comme toujours, la complainte de l'isolement de la Suisse, pas par patriotisme évidemment, mais pour nous resservir une énième surcouche de propagande en vue de la dissolution de notre pays dans la superstructure bruxelloise.

  • oui je pense aussi que la Suisse n'avait pas à présenter des excuses, La Suisse n'a rien fait de mal que je sache pas plus de Genève Canton Suisse, alors pourquoi baisser son pantalon une fois de plus devant ces pseudo-dirigeants , ou allons-nous ?

    Allons-nous, lors d'un éventuel incident mineur devoir perdre aussi notre identité suisse!!!!!!!!

  • Il serait intéressant d'entendre la réaction du syndicat qui défend les travailleurs des diverses personnalités et représentants officiels étrangères. Avec les excuses de Merz, il semble que, maintenant, les employeurs pourront, sans vergogne, faire "joujou" avec leurs employés sans aucune retenue. C'est le retour de l'esclavage ! Victor Scholcher doit se retourner dans sa tombe ! Quand à Merz, il a ridiculisé le peuple suisse.

  • Reste à savoir ce que chacun de nous, pris individuellement, peut faire
    Je n'ai jamais fait le plein à une station service Tamoil. Si chacun de nous en fait de même, ce n'est certainement pas un sacrifice, il y a suffisament d'autres stations services...
    Cela peut faire extrêmement mal. Et c'est tout à fait à la portée du bon peuple qui se plaint sur ce site.
    Alors maintenant, nous voulons voir combien de temps encore il y a des stations service Tamoil dans ce pays. Et si les pleureurs et pleureuses ci-dessus ont un strict minimum de suite dans les idées....

  • La déculottée de Merz aurait sans doute incité l'immense Friedrich Dürrenmatt à écrire un remake de "La Visite de la Vieille Dame" !
    - Dans le rôle de Clara Zahanassian (la Vieille Dame) : le président Kadhafi
    - Dans le rôle du village de Güllen ("fumier" en suisse allemand) : le gouvernement suisse.

    Dans un premier temps et comme dans la pièce :
    - non, nous ne mangeons pas de ce pain-là (celui d'une repentance injustifiée)
    Puis à l'arrivée :
    - nous vous présentons nos plus plates excuses, c'est vous qui aviez raison !

    L'enjeu est très bien décrit et analéysé par Dürrenmatt :
    - pour remplir les caisses de l'Etat (ou de Güllen), on ira jusqu'à se convaincre soi-même ou à le laisser croire, par des arguments tronqués et absurdes, que les revendications de la Vieille Dame (Kadhafi), sont somme toute justifiées.

    Dürrenmatt forever !

  • Mr. Decaillet: Est que l'enquête sur la maltraitance avait était complète? si rapide? ou conclue seulement sur des détails préliminaires?
    Rappelez vous, un Gardien de Champ Dollon avait était accusé par un detenu bresilien de l'avoir jété contre le mur la tête en avant et de ce fait il était devenu paraplégique. Beaucoup d'encre avait était employée par la presse. Après une longue enquête le gardien avait était lavé de tout supçon, donc il y avait mensonge de la part du plaignant, c'était lui même parait-il qui s'avai jeté contre la mur, ( entre paranthèse ont aimerai connaître la fin de l'histoire, est qu'il a eu malgré tout des indemnités? Rappelez vous de la jeune bresilienne de Zurich, elle avait était taillardeée au ventre et de ce fait elle avait fait des fausses couches de deux jumeaux dans les toilettes. Les autorités zurichoise n'ont pas marché au quart de tour malgré le tapage médiatique, et à la fin des course c'était elle même qui s'avait taillardée et des fausses couches: niet.

  • Arafat mort, les dirigeants du monde ont réussi à nous mettre en avant un nouveau terroriste "converti" (G8 à l'Aquila).
    Où veut-on en venir avec ces mascarades de Sarko, Oubama et tout autres dirigeants occidentaux qui se sont gentiment tus dans cette affaire?
    Si tout n'est plus qu'une question d'argent (Arafat est mort plus que millionnaire....!) et la famille Khadafi roule sur les $ que nous continuons à lui donner pour du soi-disant commerce!
    Il serait temps que les peuples se rendent compte à quel point ils sont des esclaves manipulés et plus du tout dirigés par leurs propres gouvernants!
    Faisons le parallèle avec Israël....Ils ne se sont jamais décullotés, mais Dieu qu'ils sont critiqués!(même par notre CF) La mondialisation à fait perdre tous repères et cela volontairement et uniquement pour l'intérêt de certains au(x) sommet(s) G 7 8 20

  • Merci de votre clarté, Mr Décaillet !

    Je pense que vous auriez pu encore ajouter que, pour la deuxième fois en quelques mois, la Confédération, et donc Mr Mertz, est anormalement intervenue dans des affaires privées.
    Le triste sire Hannibal Kadhafi séjournait à titre privé à Genève, n'est-ce pas? Il a donc été traité par nos autorités en tant que simple individu sur le sol genevois, et n'avait à bénéficier d'aucun égard "officiel", quel que soit son géniteur. En aucun cas l'Etat n'avait à intervenir dans cette affaire.

    Il en était de même dans la dernière affaire où le Président Mertz s'est abaissé lamentablement sans raison : la livraison des noms des clients UBS aux USA. L'UBS est une société privée, qui doit assumer seule ses errances. Il n'y a aucune justification de la Confédération à intervenir dans ce cas non plus.

    Il semblerait qu'une page a été définitivement tournée par nos dirigeants actuels : dorénavant, la raison financière prime la raison morale. C'est bien l'argumentaire économique qu'a avancé Mr Mertz pour justifier ses plates excuses ? C'est grave, très grave pour l'image de notre pays qui ne peut plus être crédible en défenseur des droits de l'homme... D'ici que les organisations internationales humanitaires aillent chercher refuge sous d'autres cieux plus conformes à leurs idéaux que Genève et la Suisse, nous aurons subi l'infamie jusqu'au bout... Quelle gâchis inutile...

  • Jean d'Hôtaux@ "3° Quel signal envoie-t-on aux policiers de ce pays qui pensaient, à juste titre, que la loi était la même pour tous ? Cet acte de contrition va-t-il les motiver ?"
    Vous n'y êtes pas du tout. Trente flics armés jusqu'aux dents et menottes pour le fils Khadafi cela c'est pour les salauds de riches. La racaille elle est dorlotée à Genève. Lors du G8 500 flics robocopés surentraînés et payés jusqu'à 30000 francs par mois ont été incapables d'empêcher une quinzaine de loubards de tout casser dans leur bonne ville internationale. Bonjour la sécurité...

    Avec en prime l'autre idiot qui veut devenir conseiller fédéral qui veut envoyer ses troupes d'élite envahir la Libye on voit que ce n'est pas aujourd'hui que les Suisses vont redevenir crédibles. Espérons que les flics genevois n'oublient pas de tabasser G.W. Bush s'il revient chez nous. Il a tout de même plus de sang sur les mains que Hannibal...

  • M. Merz et tout le CF, vous me faites honte d'être une Suissesse, j'ai la rage.

  • Hans-Rudolf Merz avait gentiment invité à diner Ahmadinejad et avait le sentiment qu'il avait été entendu. Le lendemain le dictateur iranien faisait un discours dégoulinant de haine antisémite et faisait exploser la conférence Durban II. Aller a Tripoli pour s'excuser auprès du peuple lybien sans même être reçu par Khadafi ne servira qu'a rendre plus arrogant cet autre dictateur (qui n'a même pas encore rendu les otages).

    Ce comportement (tout comme celui de Mme Calmy-Rey qui porte le voile sous le portait de Khomeini) montre un grand mépris pour les populations musulmanes. Car c'est bien considérer que ces populations méritent les dictateurs qui les tyrannisent que de présenter des excuses devant des comportements inadmissibles.

    Comment voulez vous que les modérés Libyens ou Iraniens s'expriment quand les Suisses récompensent ceux qui les oppriment !!!

    A propos, cela n’a servi à rien d’avoir Jean Ziegler (grand admirateur et ami de Khadafi et pourfendeur obsessionel d’Israël), de notre coté …

  • La question est et demeure de savoir ce que chacun d'entre nous peut faire dans ce bordel, et chacun de nous peut faire beaucoup.
    Dans le cas particulier, il est parfaitement possible de boycotter les stations service Tamoil. La perte pour ces salauds à Tripoli se monterait à des centaines de millions de francs, ou même plus. Et moralement - dans la mesure où ces gens ont une morale, évidemment - ceal serait une énorme baffe pour Khadafi et son clan.
    Une telle action ne requiert aucun sacrifice ou mise en danger d'aucune sorte.
    En ce qui me concerne, jamais je n'achète de produits israéliens dans un supermarché, même pas des cacahuètes. Et jamais je n'achèterais une appareil électronique dont je sais que certaines parts ont été fabriquées en Israel. Je ne fais jamais le plein chez Tamoil.

    Alors maintenant, on agît ou on se tait. Et qui ne dit rien consent. Et les peuples ont en principe les Gouvernements qu'ils méritent.
    N'est-ce pas...?

  • "...nous n'accepterions et ne reconnaîtrions en aucun cas dans lesdites vallées un juge (...) qui ne serait pas de chez nous et membre de nos communautés."
    - Pacte fédéral de 1291

  • @ Géo :

    " Trente flics armés jusqu'aux dents et menottes pour le fils Khadafi cela c'est pour les salauds de riches. "

    Je n'y étais pas, je n'ai donc pas pu les compter ! Combien étaient-ils et peu importe le nombre pourvu que l'on ait l'ivresse ?... ;-)

    A propos du "G8", je suis bien d'accord avec vous que le dispositif policier mis en place a failli - c'est un euphémisme - mais ceci n'a rien à voir ni avec cette affaire Kadhafi, ni avec le traitement mensuel réel ou supposé, que vous alléguez aux policiers, ni avec les problèmes d'insécurité - bien réels - à Genève ...

    Pour conclure, je ne saurais dire qui de Kadhafi ou de G.W. Bush a le plus de sang sur les mains, n'ayant travaillé ni aux abattoirs de Tripoli, ni à la "Busherie" texane ...

    En l'état, et pour nous autres petits Suisses, il ne nous reste plus qu'à attendre patiemment la date promise (?) pour la libération de nos deux compatriotes ... en priant ...

    Ensuite seulement nous irons allumer des cierges pour remercier le "Grand Guide de la Révolution Libyenne" pour son immmmmmense mansuétude ...

  • Mon cher Pascal,
    La Suisse n'avait pas des excuses à présenter, par contre - à mon humble avis - la Police genevoise oui, mais toute de suite et pas une année après ! Notre cher Hans-Rudolf a dû payer de sa personne pour aller trouver Muhammar, s'agenouiller devant sa majesté colonel et roi des rois d'Afrique, Dr honoris causa de Tunis, pour plaider la cause et s'excuser pour la faute commise par la Police genevoise. Cette baffe, attribuée par le Président de notre Confédération devrait inciter Moutinot à démissionner. Je suis sûr qu'il n'a ni envie ni le courage. Il préfère mettre comme à son habitude la tête dans le sable, à l'image de l'autruche, pour laisser passer la tempête ... de sable. Seulement, cette fois il est tombé sur un ogre !
    Permettez-moi d'ajouter mon grain de sel :

    Et dire que par la politicienne PDC Anne-Marie Von Arx-Vernon le scandale, bien malgré elle, est arrivé. Elle aurait mieux fait de ce casser une jambe ce jour là, au lieu de la mettre dans ce guêpier ... !

    23 cantons et moi le savent, la Police n'a pas fait dans la dentelle. Seul Genève a des lorgnettes et ne veut pas l'avouer. Ce conflit ridicule aurait pu être évité, n'est-pas Monsieur Moutinot; l'obstination des Genevois m'exaspère! Ou est-ce l'arrogance de la Police, une des mieux payée du Monde !!! Cette histoire, combien de dollars a cela a couté à la riche Suisse et combien cela en coûtera encore à l'Etat de Genève, perte d'impôts y comprise ?

    Si l'envie ou la curiosité vous prend, allez voir mon commentaire sur mon blog "etoiledeneige" de la TdG. Bien à vous et sans rancune BM

  • Si on te donnes une baffe sur la joue gauche, Moutinot, pour équilibrer tends lui la droite !

  • Khadafi est un psychopathe.
    L'un de ses fils casse la figure à tout le monde, un autre achète une équipe de football pour devenir joueur, etc.
    Après avoir emprisonné des infirmières bulgares et un médecin palestinien, il fait applaudir l'assasin de Lokerbie, il menace tout et tout le monde, il n'a rien créé dans son pays dont il est le chef suprème depuis 40 ans (0km de voies ferrées, 30% de chomage, 1% de terres arables, économie complètement fondée sur le pétrole, etc ...).

    Etile des Neiges qui accuse Moutinot et J.C. Simonin qui ne mange pas de cacahuètes israéliennes se trompent de cible (Khadafi déteste Israël car c'est le seul pays ou les arabes peuvent voter pour de bon :-)).

    Les ennemis de nos démocraties sont des gens comme Khadafi (et son admirateur Ziegler) et lorsqu'on fait porter le débat sur Moutinot ou sur Israël, on le fait jouir...

  • Pascal Décaillet@ Autant le délire nationaliste suisse des commentaires précédents ne m'étonne pas une seconde, connaissant de longue date l'épaisseur de la bêtise de leurs auteurs, autant je reste assez abasourdi que quelqu'un comme vous tombe dans ce grossier panneau du droit de l'hommisme le plus bêtifiant. Feriez-vous donc partie de ces gens qui n'ont que le mot multiculturel à leur bouche en cul de poule, et qui n'ont jamais eu la moindre idée des autres cultures ? Dans certaines autres cultures, Madame, on arrache le clitoris des gamines de 6 ans avec un vieux tesson de bouteille sale. Et quatre grosses matrones maintiennent à terre la pauvre gosse à terre, qui hurle comme un cochon qu'on zigouille, oui Madame. Et le pays où cela se passe, la Suisse chérie lui alloue des dizaines ou des centaines de millions de francs à titre d'aide au développement, ses diplomates ne sont pas arrêtés et tabassés par les connards de la police genevoise quand ils viennent tirer du pognon dans leur ville qui se targue - paraît-il - d'être une ville capable d'accueillir des organisations internationales. Il s'agit du Burkina Faso.
    Cela prouverait-il que la cote de l'Africain est meilleure que celle de l'Arabe aujourd'hui ? Cela prouve en tous cas que chez les socialos, le réflexe national-socialiste n'est jamais très loin. Les socialistes genevois, qui tiennent la police par le kiki, sont juste des m....

  • Face à ce genre de tarés irresponsables autant se comporter en dirigeants raisonnables et civilisés.
    Dans un conflit diplomatique (aussi !) celui qui gagne n'est pas toujours celui qu’on croit, c’est peut-être, parfois, celui qui n’a pas jugé bon de se rabaisser au niveau de son adversaire...

  • Le plus intelligent n'est pas celui qui commence un conflit, mais celui qui l'achève. Dans ce sens, on serait peut-être parvenu à avaler la couleuvre si M. Merz avait ramené les deux otages suisses dans son avion. Mais ces excuses sans contre partie, c'est très indigeste.
    Avis aux entreprises suisses qui faisaient du commerce en Libye: votre situation n'a guère de probabilité d'amélioration dans le proche avenir.

  • Parole, parole, parole, parole, e che se ne frega il mondo......

Les commentaires sont fermés.