Le Maire, la Régente, l’Ukase

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 08.09.09 - 10.05h

 

C’est un si beau nom, « Pravda », ça veut juste dire « vérité ». Celle qui vient d’en haut. Comme la flamme, sur le Chemin de Damas.

C’est doute dans cet esprit apostolique que le maire de Genève, Rémy Pagani, et la conseillère administrative Sandrine Salerno ont adressé, le 4 septembre dernier, une toute belle lettre, digne des plus torrides échanges de Valmont et Merteuil, à l’ensemble des fonctionnaires de la Ville. Pour leur dire, très amicalement, qu’ils doivent voter non aux baisses d’impôts soumises à votation cantonale le 27 septembre. Lettre que j’ai eue sous les yeux cette nuit, et qui m’a fait voir cent mille étoiles.

Une lettre de l’employeur à l’employé. Celui qui vous paye. Celui qui juge et évalue votre travail. Celui qui peut vous virer. Celui qui doit veiller à la protection de votre personnalité. Une lettre, pour dire, dans la fonction la plus césarienne du mode impératif, « Votez non ! » (en exergue), puis « Votez et faites voter non ! », dans une conclusion au demeurant dépourvue de toute formule de politesse.

Voilà au moins qui est clair. Et qui rappelle l’époque des régimes paternalistes, ou corporatistes, fort prisés dans le monde méditerranéen, péninsulaire ou lusitanien, autour des années trente. L’employeur te couve, il te choie, il te dorlote. En échange, juste un minime détail : tu votes juste.

Ah, les braves gens ! Bonheur du cocon. Ne pas avoir à se casser la tête pour savoir comment répondre, de façon citoyenne, à un scrutin. Non. Juste appliquer les consignes du Maire et de la Régente.

Elle est pas belle, la vie ?

 

Pascal Décaillet

 

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 9 commentaires

Commentaires

  • "Voilà au moins qui est clair. Et qui rappelle l’époque des régimes paternalistes, ou corporatistes, fort prisés dans le monde méditerranéen, péninsulaire ou lusitanien, autour des années trente"
    Salerno, Pagani...
    Voilà au moins qui est clair, comme vous dites. Vous admettez qu'on n'admet pas impunèment des centaines de milliers, voire des millions d'allochtones dans un petit pays où les droits démocratiques sont très forts sans que cela ait des répercutions très fortes sur le fonctionnement même de notre société. Le comportement évidemment fasciste de la Salerno et de Pagani, leur côté "politicien vendu" ne peut que décourager les citoyens de leur canton à se comporter de façon honnête et civilisée.

  • Ce genre de pratique est tout simplement scandaleux.

  • J'ai cru que ce genre d'ingérence dans notre façon de voter était interdite! Pourtant dans le Canton de Vaud,il est vrai que la Fédération vaudoise des entrepreneurs souscrit à ce mode d'influence sur ses membres en toute impunité. A chaque fois, je me dis que ce procédé est totalement scandaleux. Cette loi à laquelle je me réfère est-elle encore en vigueur? J'habite au Tessin et je ne sais pas s'il s'agit d'une loi cantonale ou fédérale. Quelqu'un peut-il éclairer ma lanterne? Merci d'avance! A part ça, M. Décaillet, elle est belle la vie!

  • Cher Saint Pascal... Cela n'arrive pas souvent, mais sur ce coup-ci, je dois vouer que je suis d'accord avec vous... Vous voyez, tout arrive, pour qui sait attendre!

  • Je ne comprend pas: le vote ne se fait pas à bulletin secret sur Genève?
    Comment ils vont savoir, le Maire et la Régente, c'est qui qu'a voté juste et c'est qui qu'a voté faux pour punir les méchants?
    Tu parle d'une pression sur les employés.....

  • Certes le procédé a de quoi choquer, mais au moins il permettra aux rebelles du dimanche de voter non, juste pour emmerder mossieur le maire, un peu comme les ados fument des clopes en cachette pour emmerder leurs parents qui les ont mis en garde contre les méfaits du tabac.
    Cela étant, entre un patron qui vous dit quoi voter mais qui n'a aucun moyen de vérifier vos choix dans les urnes et un patron qui vous licencie pour enrichir les actionnaires, lequel préférez-vous?

  • Votez oui à la baisse d'impots c'est un autosuicide pour le fonctionnaria.

    La droite souhaite diminuer le nombre de fonctionnaires et précariser la fonction publique en imposant une baisse d'impot.

    Les methodes de la ville peuvent être contestables, mais elles sont vitales pour la viabilité des services publics.

    Excellente note M.Decaillet...Bien à vous ;O)

  • Les associations culturelles (par ex. des chorales) qui reçoivent des subventions de la Ville, aussi modestes fussent-elles, ont reçu un courrier de leurs autorités de tutelle. Celles-ci les prévenaient qu'elles pourraient pâtir d'un oui et qu'elles étaient invitées à donner la consigne du non à leurs membres.

  • Mais où est donc passé le chevalier des Caillets?

    Espérons qu'il n'a pas été guillotiné par la dame Martine Aubry. Depuis quelque temps, plus un signe de vie, alors qu'il y a tellement de choses intéressantes à commenter, surtout maintenant avec cette candidature sauvage du "Lobby Dick".

    Si vous êtes souffrant, cher chevalier, remettez vous vite. Les lecteurs de la gazette de M. Théophraste Renaudot ont besoin de vous.

Les commentaires sont fermés.