Salut les Copains !

Imprimer

 

Tribune de Genève - Jeudi 05.11.09


Issu des unes de 2005, l’actuel Conseil d’Etat compte cinq partis politiques différents. C’est un gouvernement œcuménique, patchwork, tentant, tant bien que mal, de réunir des horizons d’attente aussi différents que ceux de Laurent Moutinot et Mark Müller. Bref, le supplice de l’écartèlement, juste tempéré par la douceur lactée du système suisse.

Cet automne, il se trouve que les cinq sortants qui briguent un nouveau mandat viennent chacun de l’un de ces cinq partis différents. Trois d’entre eux sont flanqués d’une colistière. Au fond d’eux-mêmes, ces chers messieurs ont-ils vraiment envie que leur fiancée de liste face partie du septuor gagnant ? Officiellement, oui. Et en réalité ? Hmmm ?

Pendant quatre ans, ces représentants de cinq partis n’ont cessé de nous répéter à quel point ils s’entendaient bien entre eux. Du Burkhalter pur sucre avant la lettre. Et même dans la campagne qui s’achève, vous avez remarqué comme ils ont pris soin, ces cinq-là, de s’épargner les uns les autres ?

Pacte ? Même pas. Juste l’instinct de survie. On se tient les coudes. On se lèche et se pourlèche les barbichettes. On rêve, pour quatre nouvelles années, d’un nouveau Palais de l’Equilibre. Surtout pas la marge. Surtout pas la fange. Surtout pas de bruit. Juste continuer. Entre gens du monde. Entre soi.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Chroniques Tribune 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.