Logo, gogos

Imprimer

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Jeudi 11.03.10

 

A ma droite, le logo à Jobin. Grisâtre, pluvieux, festif comme un comité directeur socialiste, accueillant comme un portique de la rue des Granges. La vitalité d’un temple suédois, lorsque sonne le glas. Un échec d’une rare ampleur, et, comme tout ce qui est rare est cher, c’est un logo à deux cent mille francs.

A ma gauche, le logo à Charly Schwarz. Coloré, catalan, multiple, ouvert, réchauffant. Il donne envie de vivre, l’autre de se pendre. Il donne envie de vin, l’autre d’eau plate et de tisane. Il donne envie d’aimer, l’autre de raser les murs. Coût : zéro franc, ou disons mille si on compte une sérieuse journée de travail.

Vous me direz que je suis de mauvaise foi. C’est exact. Mais c’est ainsi, j’aime la couleur, l’image, la vie. C’est valable pour les modes d’écriture comme les formes du récit, le choix des syllabes, le primat du verbe actif, la justesse des césures, le rythme, le souffle.

Deux cent mille francs pour un logo raté, c’est assez énorme. On se dit que l’argent, dans la ville de Calvin, doit ans doute être moins rare qu’on ne le prétend. Payer très cher pour s’ennuyer, c’est un luxe que même la plus perverse des maisons de tolérance n’avait pas encore inventé. C’est désormais chose faite. L’extase en baillant. A deux doigts du soleil. Juste sous le nuage.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

Lien permanent Catégories : Chroniques Tribune 16 commentaires

Commentaires

  • Oui ! nous devons rayonner et ne pas ressembler à un éteignoir. Je me prends à rêver : et si c’était la même chose à l’école ? Une école qui rayonne…

  • Perso je trouve qu'il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. Tous les deux à peu près aussi immondes...

  • Pardon, mais de quoi parle-t-on? Quelqu'un peut-il m'aiguiller sur les bon rails?

  • l'avantage du logo de Charly, c'est qu'il n'est pas original, donc passe-partout. c'est de l'imitation de l'inévitable Miro qu'on trouve en Espagne sur les sous-main en papier de n'importe quel bistrot de quartier, sur n'importe quelle affiche publicitaire pour la sangria.
    mais....les égoûts et les couleuvres comme disait San Antonio

  • @Nicolas :
    Voilà deux liens qui devraient vous aiguiller, à défaut de vous éclairer totalement

    http://www.geneve-unmondeensoi.ch/ (logo officiel de Genève Tourisme, remarquez la subtilité du "N" devenu partiellement un "Jet d'Eau" - que serait Genève sans ce fameux Jet d'Eau, et qu'était Genève avant le Jet d'Eau ?)

    http://geneve.blog.tdg.ch/archive/2010/03/10/geneve-un-monde-pour-vous.html , proposition de logo libre par M. Schwartz, éminent radical hors norme.

    A Genève, on a toujours des discussions importantes. Mais merci quand même à M. Schwartz d'y mettre de la couleur.

  • Merci Mme Brunner. A première vue l'article de M. Décaillet semblait faire sense. Mais à voir les logo dont il parle, tout tombe à l'eau.

    On peut reprocher au logo officiel d'être terme, mais il évoque quand même bien un symbole fort de Genève. C'est tout à fait approprié pour un logo officiel de Genève Tourisme (je ne dis pas qu'il est parfait...). En revanche, le logo de M. Schwartz évoque Miro (bien vu MAYER) au mieux, ou le recyclage d'un logo olympique quelconque. Mais c'est à peu près tout. Il ne m'évoque en tout cas rien de la ville de Calvin. De plus, il s'agit avant-tout d'une police bien choisie, plutôt que d'un logo à proprement parler. En ce sens, il n'est vraiment pas très intéressant, et fait même très amateur.

    Alors oui, 200'000.- pour un logo c'est cher (quoiqu'il y a certainement eu autre chose de compris dans le deal pour ce prix, j'imagine toute l'identité visuelle déclinée pour Genève Tourisme?). Mais le résultat est justement nettement plus professionnel. M. Décaillet, vous venez avez brio de démontrer l'inverse de ce que vous cherchiez à dire, je crains.

  • Je n'aime pas les deux logos, le premier est triste, sobre, ne donne pas envie de visiter Genève, le deuxième, les couleurs ne sont pas coordonnées, par contre j'aime bien un monde pour vous.

    Entre les deux, je choisirai le deuxième car il est au moins gai.

  • J’aime toujours l’humour vache de Pascal Decaillet. Cela dit, les logos, c'est comme le foot : tout le monde est expert. Ce débat n'est pas gênant, cela montre que cela ne laisse pas indifférent, qu'un large public se sent concerné. Mais c'est aussi un métier. Or, en la matière, les fumistes sont légion et les vrais professionnels fort rares. Difficile d'éviter le piège... Mais qu'on se rassure, il y a un juge de paix : l'usage. Si le logo fonctionne, il fera fureur. S'il rate son objectif, il tombera aux oubliettes, tout seul. Laissons donc Genève Tourisme aller au bout de son expérience. On lui reproche assez de ne pas oser. Après, on verra bien. Et, probablement - du moins je l'espère - on fera mieux la prochaine fois. Quant au coût, il faut être bien ignorant pour s'en offusquer. C'est un domaine complexe, il ne faut pas comparer des pommes et des poires. Sait-on par exemple que, probablement pour un travail analogue, celui de Palexpo (actuellement en usage) a coûté autour du million ? C'est vrai : le domaine est méconnu. Ce n'est pas une raison pour dire et faire n'importe quoi. Le projet de Charly Schwarz est sympa et loin d'être idiot. Il a le mérite de remuer, Charly, c'est pour cela qu'on l'apprécie. Mais cela s'arrête là. Rendez-vous dans quelque temps pour le verdict : il y a des problèmes qui se résolvent tout seul...

  • L'auteur de ce logo tiens à préciser les quelques points suivants. Un certain nombre de critique concernant ce logo sont parfaitement justifiées. Choix de la typo, originalité relative, etc. Mais je n'ai ni touché 200'000 francs pour le faire ni passé deux ans à le dessiner. Deux heures un samedi matin serait plus proche de la vérité. Je ne revendique donc pas la palme de l'originalité puisque le concours lancé par Charly Schwarz a du recueillir quatre ou cinq propositions alternatives. Mais la réaction de Pascal Décaillet reflète bien le souhait de nombreuses personnes de voir notre ville prendre quelques couleurs, exprimer plus de spontanéité, et afficher fièrement son multiculturalisme. Au final, je préfère que l'on compare mon logo à l'Espagne fière de Miro qu'aux mirauds de la com et leur mirobolants et grisâtres concepts.

  • Je viens de découvrir la séquence sur Léman Bleu. Très bien, votre zoôn politikon!

  • "On peut reprocher au logo officiel d'être terme, mais il évoque quand même bien un symbole fort de Genève."

    Des Pâquis, alors... Moi, j'y ai vu une chaussure à talon aiguille vertigineux !

    Quant au second, je ne puis que partager l'avis de Mayer (et de Nicolas) :

    "...c'est de l'imitation de l'inévitable Miro qu'on trouve en Espagne sur les sous-main en papier de n'importe quel bistrot de quartier, sur n'importe quelle affiche publicitaire pour la sangria."

  • Ce logo illustre parfaitement Genève aujourd'hui, une ville de vieux sans aucunes énergies!

    Une ville fermée sur elle même, que les jeunes doivent fuirent au plus vite!

    Il y a quelques années on a confié à une jeune graphiste le projet de l'affiche des Fêtes de Genève, elle a réalisé de magnifiques projets.

    Albertine nous offre également de très belle affiches, colorées et malicieuses!

    OSEZ FUIR GENEVE!

  • Dans la série, la logotomique ou logo comique genevoise à travers le temps, voici ce qu'en pense un individu se prélassant et baignant dans un bocal.

    Si le premier logo (un monde en soi) donne l'impression d'être aussi dynamique et hilarante qu'une 1/2 livre de veau, le deuxième (un monde pour vous) lui, fait penser vaguement à une nouvelle marque de pâte dentifrice pour petits enfants.

    Alors, je me risque à une idée d'image et de slogan !

    Pour l'image :
    De l'eau jaillissante et pétillante, arrosant un couple dans son plus simple appareil ! (Non Anne-Marie, pas un appareil dentaire).

    Pour le slogan : Genève effervescente !

    Et pour le gagnant de ce concours, je suggérerais : Un inhalateur offert par les Moucheries du Bolard. J'assure, moi, la remise du prix !

    À vous maintenant, aux idées suivantes...

    Sur ce, je rentre dans mon bocal… travailler !

    Passez une bonne soirée.

  • L'un est austère comme un enterrement, l'autre enfantin et sans classe! Et pour paraphraser Scipion: Talons plats et Baskets :)))))))

  • Le logo officiel est d'une laideur confondante, en particulier les deux polices de caractères qui jurent. Bien que plus joyeux, l'autre logo est médiocre. Qu'on s'inspire des élégants logos d'il y a cent ans!

  • Mes chers amis,

    Si je me souviens bien, nous avions il y a quelques années de cela, un logo avec le dessin du jet d'eau en tête, qui permet de reconnaître la cité de Calvin dans le monde entier, il n'y a qu'à le remettre sur le papier est c'est tout, sinon faisons un nouveau logo avec le jet d'eau, cela mettra tout le monde d'accord peut-être, et puis mettons les CHF 200,000.- dans les pertes et profits de l'entreprise genevoise qui a payée la facture, qu'en pensez-vous?
    Certes le logo de Schwartz est très beau, mais il ne met pas tout le monde d'accord, l'autre grisonant n'est pas mauvais, mais c'est vrai qu'il n'exprime pas l'esprit de Genève dans le monde.
    Que le meilleur gagne. Ne pensons pas à l'argent, même si je sais que c'est très important de nos jours, pensons à ce qui est mieux pour notre pays.
    Esmé

Les commentaires sont fermés.