François Longchamp et ses Bulletins de la Grande Armée

Imprimer

 

Il n’est pas question ici de mettre en doute la bonne volonté de François Longchamp dans sa lutte contre le chômage à Genève. Ni non plus, encore qu’il convienne d’en discuter, la pertinence de ses choix politiques. Mais il y a un problème avec les chiffres. La manière de les présenter. L’impossibilité de reconnaître, en le disant clairement, avant toute chose, que Genève est lanterne rouge nationale.

Alors, on prend le réel, et on lui tord un peu le cou : on inonde les communiqués – et chaque prise de parole officielle, dûment instillée à tout locuteur agréé, notamment les chefs de service – du fait que « le chômage progresse moins à Genève qu’en moyenne suisse ». C’est sans doute vrai. Mais reste que le chiffre absolu, celui qu’on retiendra au final, ce sont les 7,4% (selon Anne Emery-Torracinta ; 6,6% selon François Longchamp, nous ne trancherons pas dans ce différend) de lanterne rouge nationale.

Alors, déni ou simple enjolivement ? Perfectionnisme de trop bon élève qu’insupporte, comme un miasme, l’idée même de mauvais résultat ? Difficile de ne pas voir, dans ce rapport aux chiffres, le savant travail de corsetage du discours par le président du Conseil d’Etat genevois et sa très efficace Garde noire. Bonaparte, c’est vrai, avait lui aussi, dès la campagne d’Italie, les célèbres « Bulletins de la Grande Armée », où nul rappel de propagande n’était laissé au hasard. Mais lui, au moins, jour après jour, remportait des victoires.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires

Commentaires

  • Monsieur Décaillet,
    Votre vision de la communication de M. Longchamp est très pertinente. Vous oubliez toutefois un élément. Il y a quatre ans, il était très à la mode de dire que Genève était le cancre national en matière de chômage, et que cela était dû aux occupations temporaires et aux chômeurs eux-mêmes, les genevois étant d'indécrottables fainéants, habitués au chômage. Et M. Longchamp promettait d'y mettre bon ordre et, si je me souviens bien, de réduire de moitié la différence de taux entre Genève et la Suisse.

    Quatre et une loi plus tard, nous en sommes au même stade. Et ça, M. Longchamp ne le supporte simplement pas...

    La vérité, c'est que l'économie genevoise est formidablement productive et ouverte sur l'extérieur, et que son marché du travail est par conséquent très dur pour les moins productifs. Le véritable sujet politique s'agissant du chômage se cache dans le lien productivité-destructions d'emplois. Mais de cela, personne ne parle...

    Meilleurs salutations.

  • Qui est François Longchamp ??? Un homme politique j'en doute. Je le vois plus comme mannequin ..... (hihihi) Continuons, Genève est bien gouverné !!!!!!!!!!!!!!

  • Un petit exemple du taux d'efficacité de l'OCE:
    Un jeune chômeur,ayant un niveau légérement trop bas en anglais (et ratant des postes à cause de cela car il lui est demandé le niveau First) demande à suivre des cours d'anglais pour être compétitif.
    Il lui est répondu que l'OCE n'entre pas en matière, car il n'est pas financé de cours d'anglais si le chômeur n'a pas au moins le niveau First. (!!!????!!!)

    Mais paradoxalement, l'OCE paie des cours d'informatique pour une serveuse de 58 ans - paie des cours certifiés Microsoft Server (coût: 30'000)à un ex-employé de restaurant au bénéfice du certificat de l'Ecole Hôtelière etc...


    À ce jour, le jeune chômeur est en fin de droits, la serveuse toujours serveuse et l'employé de restaurant....glandeur vivant de ses rentes et location de sa patente.

    Superbe gestion des dossiers, non?

  • Je vous trouve bien sévère avec M. Longchamp ! En se faisant élire, il avait un projet qu'il entendait mener à bien en dépit des difficultés qu'il savait être quasi insurmontables: rendre le chômage moins attractif et réaliser de substentielles économies ! Pour se faire, il a demandé à ses fonctionnaires d'êtres moins actifs que d'habitude et de ne pas faire preuve de dévouement. Ce premier point a été réalisé sans diffficulté et nombreux sont aujourd'hui les chômeurs qui n'osent se rendre chez les incompétents. Deuxième point : les économies. Là, bingo ! Baisse de la charge et augmentation des chômeurs en fin de droit. Certains sont venus augmenter la charge de l'Hôspice Général et les autres, bien plus jeunes, sont redevenus entièrement à la charge de leur famille sans possibilité de déduction aux impôts ! Bravo M. Longchamp, vous êtes bien le chef de vos fonctionnaires !

  • ....ma fille a été reçue par une fonctionnaire BCBG type libérale pleine de bonnes idées, mais surtout confortée par l'idée qu'elle ne sera jamais au chômage. Quelques minutes d'entretien pour se faire monter les bretelles et s'entendre dire qu'elle doit tout tenter et s'incrire dans toutes les professions, même les moins accessibles. Pourquoi pas comme directrice de l'OCE ! Revenez me voir dans trois mois et nous referons le point ! Oui, elle a refait le poing, seule, pour se garder de le laisser dans sa poche et de plus aller voir ces fonctionnaires plus soucieux de s'inscrire illicitement au chômage sans que leur direction ne s'en aperçoive à temps. A vomir !

  • @lappal, en effet; à vomir!
    En plus évidemment, d'autres (hors) services viennent ajouter leurs incompétences au dossier.
    Attendez que votre fille se trouve devant la réponse du SCAM pour ses droits aux subsides!
    Si elle n'atteint pas un minimum de revenus, elle est considérée comme une "fraudeuse potentielle" et doit prouver sa bonne foi - pour se voir répondre à la fin que l'article 19 ne veut rien dire! (Hé oui, si elle ne bénéficie pas d'aides sociales, le subside total n'est pas accordé - car Genève, à ma connaissance, est le seul canton à ne pas appliquer l'article 19 LaMal)

  • Bon. Et si maintenant on parlait des Conseils d'établissement du Cycle d'orientation?

    http://www.gubler-rey.ch/media/d8b1eec5b2249e51ffffbc64ffa86321.pdf

Les commentaires sont fermés.