CEVA : quand Perrette se réveille…

Imprimer

 

Ils en ont mis, des sous, les milieux de la construction, pour que passe le CEVA. Comme ils en ont mis, avec le patronat genevois, pour la loi sur l’énergie. Dans leurs prunelles, miroitaient les millions. Affaires par-ci, adjudications par-là, relance de l’économie, soumissions gagnantes, veaux, vaches, cochons, couvées : Perrette rêvait, le pot-au-lait dansait sur sa tête, il se dodelinait, se trémoussait, se riait de l’équilibre, narguait le ciel.

 

Le ciel ? Il fait mal, oui, le ciel, quand il retombe sur nos têtes. Comme le relève mon confrère Marc Moulin, dans la Tribune de Genève, c’est un groupe français, Vinci, qui remporte le morceau pour la tranchée couverte de Frank-Thomas, l’un des travaux du CEVA. Soit près de 256 millions sur 830. Victoire obtenue du reste en toute légalité, en tout bien tout honneur, dans le pur droit canon de la libre circulation, tant prônée pas nos entrepreneurs. Bref, le groupe Vinci n’a rien à se reprocher : il a joué la concurrence, il a gagné.

 

Ce qui est plus troublant, ce sont les réactions de nos entrepreneurs. Soudain, très protectionnistes. Soudain, se souvenant qu’il existe une frontière. Soudain, très soucieux des conditions salariales obligatoires à Genève. Soudain, rappelant que notre canton est un îlot de cherté, ce dont en effet nul ne doute. Soudain, sensibles au chômage des ouvriers locaux. Soudain, craignant les sous-traitances.

 

La belle Perrette se serait-elle réveillée ? Ses paupières commenceraient-elles à s’entrouvrir ? On nierait l’existence de la frontière, tant que les affaires seraient gagnantes. Dès que viendrait poindre un sort plus néfaste (pourtant dûment scellé par la loi du marché), on retrouverait dans les protectionnismes nationaux d’éminentes vertus, par mégarde oubliées.

 

Etonnant, non ?

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires

Commentaires

  • Cette adjudication constitue autant de grain à moudre pour le MCG, autant dire un cadeau électoral qui lui est offert sur un plateau ...

  • Mais bien sûr. Depuis des mois et mois une majorité de personnes réalistes parlent des problèmes de la "libre circulation". Nos pseudos entrepreneurs genevois en subissent le revers. Genève EST DEVENU le 101ème département français. Attendez quelques ..... mois, et les impôts seront aussi élevés qu'en France. Pauvre canton qu'es tu devenu ?? Je sais, un paillasson.

  • Pauvre ChrisPike...je compatis à ton amertume

  • "Etonnant, non ?"
    Pas tant que cela...

  • Bien fait pour leurs gueules. Sauf qu'ils vont chercher à se rattraper à tout prix sur d'autres projets d'autant plus pharaoniques. Quand il n'y aura plus de place sur terre, ils construiront sur l'eau ou sous terre.

  • Très juste Monsieur Décaillet.

    En ce qui concerne le projet CEVA beaucoup BEAUCOUP (permettez moi d'insister là-dessus) de gens s'y sont opposés, non seulement sur la question de fond, mais aussi sur la forme.
    Et la forme c'est quoi? Ben c'est l'entreprise qui est la plus concurrentielle qui empoche le gros lot (oui ou le chantier si vous préférez), et, dans ce cas-ci (et sûrement dans pleins d'autres qui vont suivre), au détriment des plus petites entreprises locales.

    The Observer qui est décidément fasciné par l'existence humaine.

  • Oui! Da! Vinci a gagné! Le code libéral a gagné!
    Pour la tranchée, c'est uniquement le marché libéral qui a tranché!... Et les entreprises genevoises ont été "terrassiers"!

Les commentaires sont fermés.