Isabel Rochat : communication zéro

Imprimer

 

 

Sur le vif - Mardi 25.05.10 - 17.33h

 

Très étrange, la gestion de la communication, à Genève, dans le Département d’Isabel Rochat.

 

Ce matin, 08.56h, un communiqué de ce Département, cosigné par Madame Rochat, annonce un projet de loi visant à construire cent place de détention supplémentaires à la prison de Champ-Dollon, réputée pour sa surpopulation. Le climat politique, autour de cette affaire, est très tendu. La parole ministérielle, sur ce projet de loi, l’était aussi.

 

Las, Madame Rochat n’est disponible ni ce soir, ni demain matin pour commenter ce projet de loi. Ce soir, ni Georges Lapraz, qui dirige l’Office pénitentiaire, ni Constantin Franziskakis, le directeur de la prison, ne le sont non plus. Ni Mark Müller, conseiller d’Etat chargé des constructions et cosignataire du communiqué !

 

Plus surréaliste encore : le jour même où est annoncé ce projet de loi, on apprend dans un autre communiqué, à 16.59h, que des incidents se produisent depuis hier dans l’enceinte de la prison. 64 détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules, la prison comptant le nombre record de 611 personnes incarcérées.

 

Pour commenter cette nouvelle, qui n’est pas moindre, ni Monsieur Lapraz, ni Monsieur Franziskakis ne sont disponibles ce soir !

 

Tout ce beau monde doit assister, en ce moment même, de 17h à 19h, à la séance de la commission parlementaire chargée d’étudier, précisément, l’extension de la prison. Sollicités, chacun de ces Messieurs renvoie la balle à l’autre.

 

Bref, un beau cafouillage. Loin de nous l’idée de sous-estimer l’importance d’une commission parlementaire. Mais l’opinion publique, son droit à l’information, alors même que l'État multiplie lui-même les communiqués (en donnant précisément les références téléphoniques de toutes les personnes pré-citées), ça existe aussi.

 

Conclusion : Madame Isabel Rochat n’a strictement aucune idée en matière d’organisation de la communication.

 

C’est dommage.

 

Pascal Décaillet

 

PS - A moins (mais cette hypothèse serait de nature diabolique) que la nouvelle no 1 (communiqué 08.56h sur extension prison) ne soit destinée à faire écran de fumée sur la nouvelle no 2 (incidents depuis hier à Champ-Dollon). Auquel cas Madame Rochat serait, au contraire de tout ce que j'avance misérablement plus haut, un génie de la communication digne des noces de Machiavel et de Madonna.

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires

Commentaires

  • Je confirme : à 17h se réunissent conjointement la co/travaux et la commission des visiteurs pour voter peut-être le crédit des containers. (suite accident vélocipède je ne peux y être) Si c'est le cas on pourrait espérer un rapport oral ou écrit à rajouter à l'odj de la session de cette semaine + une clause d'urgence et tout pourrait être voté vendredi au plus tard.
    Comme la commission siège jusqu'à 19h il va de soi (comme les bas dirait Max Jacob) qu'ils/elles ne peuvent arriver à temps à la grande surface politique et commerciale que vous animez........ et ça vous contrarie, ça vous rend furax ? allons allons....vous les aurez demain matin dès 7h en zone industrielle.
    pierre losio

  • 25 millions pour seulement 100 places ! Quel gaspillage, que de ressources indigènes gâchées.
    Et pourtant on continue à nous répéter, sur tous les tons, que la "diversité" est une chance, également au plan économique.

  • Franchement Monsieur Décaillet, est-ce que cela vous étonne...?

    Wax911

  • A force de se sucrer, il vont également devoir se faire construire une unité pour diabétique supplémentaire dans les quartiers chicos !
    Ils parlaient de modules préfabriqués, 250'000.-- par module !!!
    Des modules en bétons de 20 m2 à 250'000.--, ça fait 12'500 le m2 pour de la construction préfabriquée, dans un showroms, une entreprise US propose des modules entièrement équipés et prévus pour des prisons américaine, 60'000.--$
    Equipés de capteurs de sécurité, avec sanitaires en inox, selon les cahiers des charges les plus exigent, chauffages, air conditionné etc. ! Autre chose, pour des étudiants une société genevoise équipe des containers de transport de marchandise de 20 pieds, quelques barreaux en plus, ça va pas chercher dans les 230'000.-- !

  • Mauvaise communication? Je ne sais pas. Il me semble que les deux communiqués - même sans les lire, par leur existence même - nous renseignent suffisamment. Les autorités ont enfin décidé d'accroître la capacité carcérale du canton, et je pense que c'est là le seul événement significatif de toute cette affaire. On opère un virage à 180° par rapport à toute la philosophie et à toute la politique criminelle des décennies 1960-2000 qui tablaient sur l'inutilité des prisons, et misaient tout sur la capacité de la société à réformer les individus et à les rendre meilleurs. Construire ou agrandir une prison, c'est oser faire l'aveu d'impuissance devant lequel notre société a reculé durant des années.

  • C'est peut être Rousseau en personne qui disait : on peut juger une nation à la manière dont elle traite ses prisonniers, corrigez-moi si je me goure !
    Nous sommes à Genève, ville dans laquelle se promènent librement bon nombre de criminels internationaux responsables des plus grands trafiques d'armes et du reste, ces personnages hantent notre capitale mondiale de la finance grise-noir-rouge-brune en toutes impunité, tous ces monstres se pavanent sous nos yeux avec la protection de nos policiers et la bénédiction de nos politiciens-banquiers !
    Je ne parle pas de tous ces dictateurs de pays dont viennent la grande partie des détenus de Champ d'Ollon, qui eux également connaissent les moindres recoins de notre cité.
    Les généraux algériens et leurs camarades du FLN qui passent plus de temps à Genève que dans le marasme exsangue de leurs dépotoirs nationaux.
    Et les tyrans de toutes les dictatures à qui ont déroule les tapis rouge de la partie VIP de l'aéroport de Cointrin !
    Et oui, nous accueillons le fric de ces personnages sanguinaires et maintenant. ce sont leurs victimes qui viennent chez nous se réfugier !

  • On n'a jamais entendu devant aucune juridiction de notre république le président du tribunal dire " Vous êtes condamné à manger froid, à partager votre cellule avec plusieurs détenus dont certains seront fumeurs, à dormir au sol sur un matelas". La sanction c'est la privation de liberté et rien d'autre. En écrivant cela je sais fort bien que le personnel et la direction de Champ Dollon n'y sont pour rien.
    p.l.

Les commentaires sont fermés.