Les coqs, l’infini

Imprimer

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Lundi 21.06.10

 

Samedi, sur la Dranse, en Haute-Savoie, une femme de 27 ans est morte noyée dans un accident de rafting, lors d’une sortie d’entreprise. Nous ne nous prononcerons pas sur ce cas précis, laissons faire l’enquête. Et nous pensons, bien sûr, à la famille de cette jeune femme.

 

Mais il faut dire ici, une bonne fois, l’insondable débilité de ce principe des sorties d’entreprise. Sous l’imbécile prétexte de dynamique de groupe, ou d’esprit de corps, on amène sur des canots de rafting, dans des grottes spéléo, sur des parapentes, des gens qui n’y ont jamais mis les pieds, ne font peut-être jamais de sport le reste de l’année. Les accidents n’y sont pas rares.

 

Encore une fois, nous ne jugeons pas ici le drame de ce week-end. Mais ils se prennent pour qui, les cadres qui organisent ces joyeusetés grégaires ? Pour des sergents de Marines ? Et tout ça, pour quoi ? Les employés ont signé pour travailler dans l’entreprise, le mieux possible, pas pour se faire tuer au nom d’une idéologie de Chantiers de jeunesse.

 

Sans compter ceux qui n’osent pas dire non, de peur de passer pour des trouillards. La puissance d’un torrent, comme la verticalité d’un sentier de montagne, ça s’apprivoise, doucement. Ca ne se conquiert pas, comme des cons, le temps d’un week-end dont sortiraient vainqueurs les plus matamores. Comme des coqs lustrés par le seul infini de leur bêtise.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Chroniques Tribune 7 commentaires

Commentaires

  • C'est exactement ce que je pense depuis que ces pratiques existent... mais on n'a jamais entendu ni lu un seul journaliste se poser des questions à leur sujet.

  • Oui, le Libéralisme à tout va, la course au profit à tout pris, c'est cela aussi!
    Et que les plus faibles, lorsqu'ils n'en meurent pas, restent sur le bord du chemin!

  • " Mais il faut dire ici, une bonne fois, l’insondable débilité de ce principe des sorties d’entreprise. "

    Exactement !

    Il faut préciser toutefois que ce genre de sorties est très en vogue dans les entreprises multinationales américaines, mais aussi en Suisse alémanique où les initiateurs, souvent des officiers de milice, confondent parfois ces "événements récréatifs" avec les exercices militaires de l'armée suisse et prennent des risques inconsidérés.

    Il est souvent très malvenu, parfois même impossible d'y renoncer, au risque d'être rejeté par les participants, voire par l'entreprise elle-même, au prétexte d'un refus d'intégration ou d'identification au groupe, de manquement à l'esprit de corps, etc.

  • Billet très juste et réaction très nécessaire. Ces manifestations sont réellement totalitaires et irresponsables. J'ai souvent dans ma jeunesse péché par excès d'enthousiasme à entraîner des gens dans des épreuves que pour ma part je trouvais passionnantes : des personnes plus âgées et plus sages m'ont fait remarquer que la demande devait toujours venir des personnes elles-mêmes...
    Ces pratiques qui frisent (ou sont en plein dedans...) le mobbing doivent être prohibées le plus vite possible.

  • Aujourd'hui si vous n'êtes pas "corporate", vous n'êtes rien.

  • Au-delà du drame, cette affaire m'apprend qu'il y aurait une quatrième Dranse...

  • La victime était mon amie depuis 9 ans, elle aimait rigoler, s'amuser et vivre simplement. C'était une personne formidable et elle restera à jamais dans nos coeurs. Malheureusement rien ne la fera revenir et la finalité de cette histoire c'est juste la tristesse.

Les commentaires sont fermés.