Tu m’exfiltres ? – Moi non plus

Imprimer

 

Sur le vif - Lundi 21.06.10 - 16.24h

 

Il y a ceux qui tentent d’exfiltrer, ceux qui filtrent les informations, ceux qui flirtent avec la ligne jaune, et puis il y a l’extase recommencée des fuites : la politique fédérale c’est « Je t’aime, moi non plus », par une nuit glacée de novembre, dans la sucrerie d’Aarberg. Des tuyaux partout, des lumières comme des comètes, les machines qui travaillent en continu. Il y a la verticalité des betteraves qui s’évaporent vers l’Apocalypse. Et toi, dans cette dernière nuit du monde, tu vas et tu viens. Et moi, je me retiens.

 

Je me retiens de quoi ? De te décrire par le menu l’intervention hallucinante que vient de faire Doris Leuthard sur le projet d’exfiltrer les otages libyens. Entre ceux qui savaient et ceux qui ignoraient, ceux qui étaient au parfum et ceux qui se bouchaient le nez, ceux qui commandaient des sous-rapports intermédiaires sur la légitimité d’une action pute-hâtive, et ceux qui omettaient de les lire, c’est toute l’impuissance impersonnelle d’un septuor de rêve qui éclate au grand jour. Pendant ce temps, l’éternité devait sembler un peu longue, sous la nuit étoilée du désert libyen.

 

Mais elle est longue, l’éternité. Surtout quand elle nous laisse sur notre fin.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Comme d'habitude excellent commentaire! Je m'étonne que vous ne disiez rien sur les infiltrés! Est ce volontaire? C'est vrai, la situation est déjà tellement engluée dans ce couli de bettraves.....

    Nos sept sages me rappelent les Shadoks et les Gibis, surtout les gibis: "Le secret de leur intelligence réside dans leur chapeau, qui leur permet de réfléchir tous ensemble à un problème. Lorsqu'un Gibi perd son chapeau, il perd son intelligence et devient fou. Ce qui permet aux auteurs de dire qu'ils « travaillent du chapeau », au sens propre."

  • A Genève, il y a des spécialistes (terme épicène) de la fuite...ils/elles opèrent souvent en temps réel.....j'ai des noms....peut-être faudrait-il par un été pluvieux rédiger et publier un opuscule à plusieurs mains journalistiques sur le sujet ....des journalistes qui accepteraient de partager leurs informations et de collaborer.
    Pour qu'il y ait fuite, il faut un émetteur, un récepteur....et surtout un haut-parleur....sacrée chaîne qui passe par l'administration,le politique,les medias.
    Ah !!!!!!!!!!! les relations entre les politiques et les medias établissent un tissu dont la couleur n'est pas très nette !
    pierre losio

  • Pour exfiltrer les otages tout en créant une diversion, il aurait fallu que Calmy-Rey puisse filtrer les non-dits de Merz, avant d'infiltrer la garde rapprochée de Kadhafi, dans le but de s'infiltrer sous sa tente de Kadhafi, et administrer un philtre euphorisant à celui-ci.
    Au lieu de cela, nous avons eu droit à une politique fumeuse, et sans filtre bien entendu.

  • Monsieur,

    "...la verticalité des betteraves qui s’évaporent vers l’Apocalypse."

    Avec une vision onirique d'une telle puissance, vous êtes celui qui tient à "sauver le petit Cheval de bois" du XXIème siècle!
    Un ami russe qui lit par dessus mon épaule me murmure: "Da! Da!"!

Les commentaires sont fermés.