Antoni Mayer gagne contre Naxoo

Imprimer

 

Sur le vif - Et sans codage ni cryptage - Mercredi 08.09.10 - 17.32h

 

La presse locale ayant fait ses choux gras de l’éviction d’Antoni Mayer par Naxoo, en septembre 2009, suite à une affaire de travail au noir, on espère qu’elle ne passera pas sous silence la très belle victoire obtenue le 19 août dernier, devant le Tribunal des Prud’hommes, par cet homme d’honneur et de droiture, contre son ancien employeur. Que j’aie un mandat pour Léman Bleu et qu’il en soit le directeur éveillera bien sûr les plus vipérins des venins pour dire que je défends un ami. J’assume.

 

Les Prud’hommes ne se prononcent pas sur l’affaire de travail au noir, pour laquelle Antoni Mayer avait été condamné à 120 jours-amendes avec sursis, pour violation de la loi sur les étrangers. Ils statuent sur les conditions du licenciement avec effet immédiat de l’ancien directeur de Naxoo, à qui le président de cette société, Michel Mattachini, reprochait notamment de ne pas l’avoir averti de sa condamnation.

 

Eh bien Naxoo, en première instance en tout cas, perd. Et Antoni Mayer gagne. De solides indemnités devront lui être versées. Dans un document de 25 pages, les conditions du licenciement sont sérieusement remises en question, et il faut bien dire que le rôle de Pierre Maudet n’y est pas décrit sous son meilleur jour.

 

Une victoire juridique claire et nette. Le début de réparation d’un tort moral. Reste à éclairer le rôle du politique dans cette affaire, la part de kabbale et de règlements de compte. Dans un domaine où l’intrication des pouvoirs publics, notamment la Ville de Genève, est à l’évidence excessive. Mais c’est une autre affaire.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • "Reste à éclairer le rôle du politique dans cette affaire, la part de kabbale et de règlements de compte". Cela me rappelle l'affaire d'un directeur du SEVE, licencié, qui est sorti par deux fois blanchi, en 1er jugement et en appel.
    Saura-t-on un jour qui avait en main la calculette du règlement de compte ?

    Les medias accordent toujours beaucoup de place aux affaires quand elles sortent et participent volontiers à la curée. Quand, en revanche, la justice donne raison aux personnes concernées les "actes de contrition" tiennent sur un confetti ....j'exagère à peine. On ne peut en tous cas que rarement parler "du début de réparation d'un tort moral" comme vous le dites.
    p.losio

  • Cabale, peut-être.

Les commentaires sont fermés.