Impair et passe

Imprimer

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Lundi 04.10.10

 

Madame la Chancelière, vous êtes  bien brave de porter le chapeau dans l’affaire des funérailles de l’évêque. Monsieur Mark Muller, bien brave aussi d’affronter la presse pour d’autres, mercredi dernier. La vérité n’est pas celle qu’on nous dit : elle ne relève ni du couac, ni de l’oubli.

 

Le lendemain de la fameuse absence, se tenait le repas de l’Association des Communes Genevoises. A cette occasion, plusieurs maires ont demandé des explications à une conseillère d’Etat. Il leur fut répondu que Genève était une République laïque, avec régime de séparation. Donc, volonté délibérée, assumée. Et non un couac.

 

Pourquoi, en trois jours, le Conseil d’Etat est-il passé de la posture laïque revendiquée à la thèse de l’oubli ? Réponse : parce lundi, il y eut, dans ces mêmes colonnes, dénonciation. Mais aussi parce que beaucoup de téléphones, de dimanche à mercredi, ont sonné. A quoi s’ajoute, en fin de semaine, la découverte du règlement du protocole.

 

Ce qui est gênant, c’est le manque de courage du gouvernement. La raideur laïque eût été une explication, elle n’aurait pas manqué d’allure, avec ses relents de Garde noire et de fierté hussarde. Mais la thèse de l’oubli technique manque singulièrement de dignité. Il eût été plus simple de dire : « L’évêque, on s’en fout, et ce samedi-là, il faisait si beau ».

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Chroniques Tribune 3 commentaires

Commentaires

  • Merci infiniment M. Decaillet. j'ai aussi découpé, pour mémoire à plus long terme quand il s'agira de se prononcer pour le renouvellement ou pas d'éventuels mandats électoraux, votre chronique tdg du 27 septembre 2010 qui illustre parfaitement les sentiments qu'un(e) citoyen (ne) genevois (e) - à mention catholique en tout cas au moins dans les formulaires d'imposition - peut éprouver suite au double camouflet qui leur a été incompréhensiblement infligé.

  • Dieu n'ayant aucune existence scientifique et historique quel est le problème?

  • C'est très certainement au nom de la même posture laïque, que le regretté Moutinot, à imposé à Genève des carrés juifs et musulmans dans les cimetières, et ce, en toute illégalité. Comme il ouvre sa nouvelle étude, on peut penser que moultes décisions ou non décisions, comme avec les roms, n'étaient qu'une mise en scène pour étoffer la clientèle de son futur cabinet. Ce faisant, il n'a pas respecté l'obligation faite à tout travailleur ordinaire de fidélité envers son employeur. On peut attendre longtemps qu'il rembourse le prix de ses trahisons tellement ses clones dans la politique sont nombreux et dans le même cas.

Les commentaires sont fermés.