La vieille dame, la loi, l’appartement vide

Imprimer

Noella02.jpg

 

Sur le vif - Dimanche 26.12.10 - 17.51h

 

Virée par son propriétaire, Noëlla Rouget a moins de trois semaines pour quitter l’appartement qu’elle occupe depuis 52 ans. Le 15 janvier 2011, il faudra que les locaux soient vidés, et Noëlla Rouget dehors.

 

Noëlla Rouget est une dame très âgée, et pas tout à fait comme les autres. La police, elle connaît. La Gestapo, le 23 juin 1943, l’arrête à Angers, pour actes de résistance, avant de l’envoyer, via Compiègne, à Ravensbrück. Elle y restera plus de 14 mois, n’en sortira que le 4 avril 1945, pesant 32 kilos et souffrant de tumeurs tuberculeuses. Grand Officier de l’Ordre National du Mérite, cette dame d’exception multiplie les rencontres avec les jeunes, pour que l’oubli ne l’emporte pas. J’ai moi-même eu le très grand honneur de la recevoir, le 18 février 2010, sur le plateau de « Genève à chaud », en compagnie de Danielle Mitterrand.

 

Alors voilà. Sans doute le propriétaire a-t-il ses raisons. Sans doute la loi est-elle avec lui. Je vous laisse simplement avec l’image d'une Noëlla Rouget tournant le dos, d’ici mi-janvier, à plus d’un demi-siècle de sa vie. Je vous laisse en conclure ce que vous voudrez. Moi, je n’en ai simplement pas la force.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 33 commentaires

Commentaires

  • Quand bien même la loi serait du côté du propriétaire, ce dernier s'apprête à commettre un acte inhumain en virant cette dame. On doit, parfois, savoir écouter plus son coeur (à condition d'en avoir un...) que la raison.

  • Mais dans quel monde vivons-nous! C'est tout simplement sacandaleux!

  • Mme Noëlla Rouget est la malheureuse victime de la Loi sur la protection des locataires et des actes de l'ASLOCA.

    Mme Noëlla Rouget est la malheureuse victime des locataires-profiteurs qui s'accaparent les appartements prévus pour des familles.

    Mme Noëlla Rouget est la malheureuse victime des locataires procéduriers.

    Comme toutes les autres autres lois violent le droit à la propriété, le propriétaire est pratiquement contraint de donner congé à tous les locataires lorsqu'il entre en possession d'un immeuble, en particulier afin de rajuster les loyers.

    C'est la logique du système qui contraint les propriétaires à vendre les immeubles dont les locations ne suivent pas l'inflation des salaires et des matériaux de construction.

    Plus le temps passe et plus la probabilité augmente qu'un appartement soit vendu.
    Comme la loi empêche le locataire d'acheter l'appartement dans lequel il vit, on aboutira de plus en plus à la malheureuse situation décrite ci-dessus et de plus tragiques encore.

    La loi permet à un étranger à l'immeuble d'en acheter des appartements, alors qu'elle l'interdit aux locataires: Quelle logique tortueuse.

    N'en connaissant pas plus, il est impossible de faire des suggestions.

  • Oui, eh oh, pas si vite. Cette dame sait-elle où loger, peut-on l'aider, qui va organiser l'aide, etc...
    Il y a des limites à tout, et là vous allez trop vite, Pascal Décaillet ???

  • Déplorable, misérable. En plein hiver, juste après Noël, des baffes se perdent.

    J'ai honte pour ce propriétaire, j'ai honte de tout ce qui se passe ici depuis quelques temps.

    Jeunes, vieux, malades, tous ceux que la société devrait protéger sont devenu des cibles...

    Pathétique

  • comment est-ce possible?le destin semble se montrer peu clément à l'égard ce tous ceux ayant sauvé des vies humaines,et combien sont chagrinés en lisant cet article montrant le peu de clémence face aux personnes âgées,s'il fallait encore une fois prouver le bien fondé ressenti par beaucoup,voici une preuve supplémentaire à ajouter à la longue liste d'un autre genre de déportation,plus subtile,il est vrai mais combien humiliant!de quoi être effondré face à cette ignominie ,n'ayons pas peur des mots!
    bien à vous et bonne soirée!

  • "Comme la loi empêche le locataire d'acheter l'appartement dans lequel il vit..."

    Car la plupart des locataires ont les moyens d'aligner des centaines de milliers de francs, voire plus d'un million, pour acheter leur logement.

    Les plus fidèles alliés des locataires, ce sont les propriétaires et régies.

  • Et oui, voila ce que c'est que de vivre dans un pays de "locataires" et d'être victimes de propriétaires étrangers... car il ne faut pas se leurrer, les propriétaires du parc immobilier Genevois, sont pour ainsi dire, tous étrangers, étrangers cachés derrières des sociétés !

  • "Mme Noëlla Rouget est la malheureuse victime de la Loi sur la protection des locataires et des actes de l'ASLOCA.
    Mme Noëlla Rouget est la malheureuse victime des locataires-profiteurs qui s'accaparent les appartements prévus pour des familles.
    Mme Noëlla Rouget est la malheureuse victime des locataires procéduriers."
    C'est faux! Cette généralisation est abusive, c'est le moins que l'on puisse dire. Mon fils et moi avons été expulsés de nos petits appartements il y a une douzaine d'années par un propriétaire, grand régisseur aussi, qui voulait simplement, selon son propre aveu "tester" une nouvelle loi sur la protection des locataires. Il n'avait nulle besoin d'argent, ne s'en est pris qu'à deux locataires qui avaient eu la naïveté de ne pas pas faire opposition à une modeste augmentation de loyers et n'étaient de ce fait pas protégés pour les trois années suivantes de tout congé. Il n'avait pas non plus besoin des appartements pour sa famille ou des relations personnelles, n'a pas donné congé aux autres locataires dans la même situation, n'avait aucun grief à faire valoir contre nous, mais s'est simplement arrangé pour qu'à l'usure, après des années de procédure dont j'ai gardé toutes les pièces, nous avons reçu, à la veille de Noël, notre congé définitif, entériné par toutes les autorités judiciaires compétentes. Nous sommes partis avant que l'avis d'expulsion soit signé par une juge, ne désirant pas nous retrouver à camper sur la Plaine de Plainpalais en plein hiver. En effet, bien que cette expulsion ait été obtenue par une des plus grandes régies de la place, nous n'avons non plus jamais reçu une offre de relogement.
    Nous en avons gardé le sentiment d'une injustice morale commise avec l'aval des tribunaux pour la simple satisfaction du sentiment de puissance d'un propriétaire-régisseur dont le pouvoir et les relations l''avaient emporté sur toute considération de ce qui et juste au sens où nous sommes invités à prendre ce terme lorsque cela arrange les puissants de ce monde.

  • Merci beaucoup Pascal pour cet article sur ma mère, qui a fêté ses 91 ans ce 25 décembre; anniversaire un peu triste. Certains commentaires me font chaud au cœur,cela fait un bien énorme...merci.

  • C'est aussi une victime collatérale du conseil d'état qui ne liberalise pas les constructions. Je me suis aussi laissé dire durant ces fetes qu'un certain conseiller d'état avait eu particulièrement des difficultés pour se reloger. Il est bon que les politiques souffent un peu de leur contribution modeste voir nulle. Il est plaisant d'apprendre que certaines séances entre conseiller font l'objet de discussions très vives.......

  • Je me pose une question. Comment, les ménages suisses, réussissent-ils l'exploit, de pouvoir se retrouver parmi les plus endettés au monde...en étant si peu propriétaires ? (Agefi 8 juin, 2010) Les ménages Suisses plus endettés que les Anglais et les Américains...Il faut tout de même le faire !

    A quoi cela sert-il, d'avoir les salaires les plus hauts au monde...si on doit être à la merci de vils propriétaires, à vie ?

  • Comment Alain connaît-il tous ces détails sur le cas de cette dame ?

    Il n'en est en effet en rien fait mention dans le billet de M. Décaillet.

    Alain serait-il le propriétaire du logement de Mme Rouget ?

  • J'emprunte pour mon commentaire la plume de Vallès : « Le monde est foutu il serait temps qu'on en changeât ».

  • @ Baran
    Il ne s'agit que du Code Civil.

    On ne peut qu'espérer que le nouveau propriétaire soit un humaniste.

    Par exemple, qu'il signe un nouveau contrat avec un loyer actuel, puis fasse un cadeau à la personne privée de Mme Noëlla Rouget de l'équivalent du montant de la location, à titre viager.
    Ça ne peut être lié au bail à loyer: C'est interdit par le code civil.

  • Qui est le propriétaire? Qu'il assume ses actes.

  • Nommer le nom du propriétaire d'un seul clic sur le web public me démange les doigts;mais, évidemment je risquerais un procès en diffamation.
    La diffamation est terme juridique désignant le fait de tenir des propos portant atteinte à l'honneur d'une personne physique ou morale.??????

    Un terme juridique accorde que l'on puisse déloger une personne, malgré son âge très avancé, sans atteinte pour son honneur, sa santé ou son moral.????

    Concernant ma mère:
    Un déménagement forcé sera pour elle un traumatisme, un déracinement, une perte de repaires et de souvenirs, une accumulation de stress qui, au vu de son grand âge (91 ans) pourraient bien lui être fatals.

    François Rouget

  • Cela laisse tout de même songeur, quand on pense que cette dame paie un loyer depuis...52 ans ! Bref, de l'argent jeté par les fenêtres, comme le font la plupart des Genevois. En admettant que cette femme ait eu un loyer de 1.000.-- en moyenne cela fait 624.000.-- francs... pour être virée comme une malpropre !

  • Je connais bien Noëlla Rouget, vous avez raison, M. Décaillet c'est une grande dame, qui fait face à cette expulsion inique avec une magnifique dignité. Il est scandaleux qu'elle doive quitter ainsi brutalement cet appartement, dans lequel elle a pu se reconstruire après l'épreuve de la déportation et qui constitue son univers depuis plus de cinquante ans. Il serait temps, comme c'est le cas en France, de prévoir une loi empêchant l'expulsion de leur logement des personnes âgées.

    Par contre le commentaire signé Alain me laisse pantois, prétendre qu'elle est victime des "locataires-profiteurs" est, pour le moins, un curieux non-sens.

    D'autres commentaires (qui ont finalement disparu de ce blog) incriminent de prétendus propriétaires "étrangers". Voila qui évoque de mauvais souvenirs. C'est précisément pour lutter contre ce genre de politique du bouc émissaire (dont Vichy fit son fonds de commerce) que Noëlla Rouget était entrée en Résistance et qu'elle a, sa vie durant, défendu la dignité humaine. Alors de grâce, qu'on lui épargne de tels pseudos soutiens.

  • Non, non, non et non !
    Nous venons d'atteindre, dans le cas présent, le paroxysme en matière "d'illettrisme moral¨.
    La cupidité de notre système finit par n'avoir d'égal que le barbarisme sanguinaire des dictatures fascistes.
    Comment osons-nous expulser une de celles qui par le sacrifice de sa personne a permis à nos démocraties de l'emporter sur le démon hitlérien ?
    Que notre mémoire est courte, que notre reconnaissance est vide de toute humanité, car nous sommes tous en quelque sorte responsables de laisser faire !
    Ceux que nous avons élus sont ici coupables de s'être voilés la face, de s'être baignés dans la fange de leur ambition. Leur "castration" morale, l'oubli de leur humanité a permis ça : l'expulsion d'une Dame au seuil de sa vie et quelle vie et quelle Dame.
    Avez-vous la moindre idée de ce que signifie "survivre" à une déportation ?
    Avez-vous la moindre idée de ce que pouvait signifier un "non" sous le règne de la terreur ?
    Combien parmi nous oseraient aujourd'hui lever la tête et dire "je refuse" à un bourreau ?
    La Suisse s'est fondée sur des valeurs de résistance à l'oppresseur, la suisse s'est forgée une réputation de terre humaniste. Ne sommes-nous pas le berceau de la Croix Rouge ? Genève n'est-elle pas le sanctuaire des droits humains ? Tout est mort !!!!!
    Oserons-nous demain raconter cette histoire à nos enfants ?
    Oserons-nous demain croiser notre regard dans le miroir de nos consciences et se dire simplement "pas de chance pour la Dame" ?
    Cette expulsion est donc illégale !
    Certes le Code Civil donne raison au propriétaire ! Mais lorsque la loi est fausse, lorsque la loi bafoue les droits fondamentaux, les doits moraux, il est du devoir du citoyen de ne plus reconnaître la loi comme emblème de la république et de considéré alors la justice des hommes, la justice de la raison comme la seule et unique loi ! C'est du reste ce que fit un jour Noëlla Rouget quand elle a dit non à Vichy !!!!!
    Alors de quel côté sommes-nous ?
    J'en appelle à vos raisons, s'il en reste encore, j'en appelle aux politiques, aux citoyens, à tout ceux qui refusent de voir cette grande Dame quitter sa "vie", à dire non, à s'unir et à lutter par tous les moyens légaux ou illégaux pour qu'elle puisse tranquillement rester là où sont ses souvenirs et lui témoigner notre infini respect pour son combat !

  • Et bien mes amis, il n'y a pas si longtemps que cela, une tante aux USA, fut délogée de son logement à 96 ans par son propriétaire, je lui ai mis les articles de lois en face, il a ensuite vite changé d'avis....il faut utiliser les services de l'ASLOCA et tenir bon de recours en recours avec des arguments importants et pertinents. Je souhaite bonne chance à cette gente dame et tenez nous au courant de la suite SVP, sinon faites une pétition et vous trouverez bien des gens pour la signée.
    Esmé

  • s'agissant de la personnalité de Madame Rouget, monsieur Alain (L'écrivain-philosophe?) a-t-il abusé de l'eau de Vichy pendant le réveillon de Noël ?

  • Quelle tristesse ! Merci de vos lignes. J'ai fait circuler l'information sur Facebook, curieusement ce sont mes amis aux Etats-Unis qui réagissent, les Européens sont devenus, semble-t-il, passifs et fatalistes.... ou alors seulement indifférents. Je vais appeler Noëlla. La vie n'est que séparation d'accord, mais a-t-elle encore besoin de tant de déchirement ? N'y a-t-il vraiment aucun recours possible contre la cupidité ?

  • briand
    Il y a plus d'informations dans l'article du journal d'aujourd'hui.
    Une partie des problèmes de Mme Noëlla Rouget sont dûs à l'ASLOCA et à des locataires-profiteurs.

    Une partie des problèmes en proviennent.
    C'est en cela que Mme Noëlla Rouget est victime d'un système qui a dû s'adapter aux lois et développé des contremesures.
    C'est trop long à développer et ce n'est pas le lieu.

    J'ajoute, si ce n'était pas clair, que ce qu'a fait Mme Noëlla Rouget est admirable.


    @ Mère-Grand
    Si j'ai bien compris, il ne s'agissait pas du tout du même cas.
    Je en vois d'ailleurs pas pourquoi il a résilié le contrat de ceux qui payainet le plus.

  • Les locataires de l'immeuble de Mme Rouget peuvent manifester leur solidarité et ils en ont les moyens. Alors il faut réagir !!

    Noëlla porte un si joli prénom celui de l'espoir, l'espoir d'un peu d'humanité pour une personne âgée qui arrive à l'aube de sa vie, l'espoir d'un peu d'amour et de chaleur en ces temps où seul le profit et l'égoïsme priment.

    Un appartement est le seul lieu qui nous permet d'avoir des repères, d'entretenir des souvenirs, de recevoir ses enfants et ses petits enfants, d'avoir le sentiment d'être encore en compagnie des êtres aimés disparus qui y ont vécus ou qui nous y ont visités.
    Mme Rouget a fêté ses 91 ans le 25 décembre, triste Noël et triste anniversaire pour elle.
    J'espère que le propriétaire a pu raconter de jolis contes de Noël à ses enfants ou petits enfants.
    Qu'il a pu, au lendemain de Noël se regarder dans un miroir et y voir le visage d'un homme (ou d'une femme) satisfait de lui même. Bonne année à vous Monsieur ou Madame et que 2011 vous apporte un appartement vide de plus à faire fructifier car comme on le sait l'argent fait vraiment le bonheur et surtout c'est ce que l'on emporte avec nous au jour de notre mort.

  • Bon, il semble quand même, aux dernières nouvelles, que cette dame ait retrouvé un logement, certes plus petit, mais un logement décent tout-de-même. Sans doute la famille propriétaire de cet appartement a aussi des difficultés pour se loger, a besoin de cet appartement pour elle-même et ne fait cela de gaité de coeur. C'est aussi un problème à notre époque que des personnes âgées continuent d'occuper des logements devenus bien trop grands pour elles et refusent obstinément de déménager pour laisser la place à des familles qui ont réellement besoin de plus de place...

  • Bonjour,

    Ce qui m'attriste le plus dans la situation de Madame Noëlla ROUGET, c'est déjà le fait de devoir quitter un appartement, en hiver de surcroît, des souvenirs, à un grand âge, après avoir résidé pendant tant d'années dans son logement. Par ailleurs, c'est aussi une autre forme de déracinement, alors même qu'elle a dû affronter les affres de la deuxième guerre mondiale, avoir été une grande dame de la résistance, avoir subi la GESTAPO, etc, auquel Madame ROUGET va devoir faire face.

    A-ton offert à Madame Noëlla ROUGET la possibilité de retrouver un logement au plus vite ?

    Monsieur le Propriétaire, à l'heure des bonnes résolutions pour 2011, ne pensez-vous pas que vous feriez une bonne action, un geste humain, en laissant la possibilité à Madame ROUGET de rester dans les lieux afin qu'elle ne subisse pas un nouveau traumatisme, celui du départ et d'une acclimatation difficile ailleurs ?

    Chère Madame Noëlla ROUGET, j'espère que mon appel relayé par d'autres, sera entendu pour que vous puissiez demeurer dans votre petit nid du 11 rue Alfred BERTRAND à Genève.

    Bien à vous cordialement,

    Béatrice FUCHS

  • Je suis rarement d'accord avec Pascal Décaillet. Mais là je partage pour une fois son indignation.

    Il est inadmissible de procéder à des expulsions pour simplement satisfaire le désir de lucre de certains propriétaires.

    Toutefois, cette indignation devrait aussi toucher les 500 et plus locataires qui chaque année, à Genève, selon les statistiques du pouvoir judiciaire, font l'objet d'une expulsion de leur logement. Souvent c'est un congé pour vendre l'appartement à un tiers ou pour relouer plus cher à un tiers.

    Pour le cas de l'immeuble de Mme Noëlla Rouget, un petit tour par le site local.ch, celui du registre foncier, du registre du commerce et de la FAO montre qu'il s'agit d'un bel immeuble sur le pourtour du Parc Bertrand qu'une société a racheté il y a plus d'une dizaine d'année afin de le revendre à la coupe, c'est-à-dire appartement par appartement. Les chiffres des opérations immobilières publiées dans la FAO permettent de relever que la société a réalisé par ces opération un bénéfice plusieurs millions de francs. Cela sur le dos des locataires !

    Mais peut-être cette fois-ci ce n'est pas pour la vente qui est visée, mais pour se un loyer abordable à un loyer de 10'000.- frs et plus à l'un des directeurs d'une des multinationales qui s'installent à Genève !

    Que le ou les actionnaires de cette société ait le courage de ses actes et se fasse connaître !

    Voilà la triste réalité à laquelle sont soumis les locataires genevois !!

    Heureusement qu'il y a l'ASLOCA pour que ce genre de cas ne se généralise pas. Mais à chaque fois qu'elle propose une modification des lois dans l'intérêt, les milieux immobiliers la défont dans l'intérêt de quelques spéculateurs nantis.

    Alors que 2011 puisse voir le jour d'une protection des locataires contre les agissements des spéculateurs.

    Carlo Sommaruga

  • expérience véue par une dame âgée de 85 ans dérangée par ses voisins constamment harcelée,rendez-vous avecl'Asloca fut pris,avocates,lettres remises à la gérance,mais hélas rien ne fut entrepris alors de guerre lasse,elle m'a dit dès 2011 je ne paie plus ma location,en effet à ce niveau l'Asloca ne se sent pas concernée et sans doute comme en médecine dès 65 ans vous ne valez plus un rond,et encore mais au vu de la réponse qui me fut donnée,vous les vieux en suisse vous coutez trop cher,que peux-t'on encore espérer de gens qui se moquent de toutes les valeurs humaines!
    bien à vous et bonne soirée!

  • Mauvaise idée:
    Le non-paiement de loyer est pratiquement la seule raison qui permet de résilier un bail comme un contrat normal.
    Si elle pense faire comme ça, il fut qu'elle prévoie un autre logement pour l'été prochain et quelques centaines de francs pour payer les frais.

  • @ Alain
    "Je en vois d'ailleurs pas pourquoi il a résilié le contrat de ceux qui payainet le plus."
    Il a résilié les contrats de ceux qui ont accepté l'augmentation. S''ils avaient fait opposition devant le Tribunal des baux et loyers et que celui-ci se prononce, ils auraient automatiquement été protégés pendant trois ans, au motif qu'un congé aurait alors été une mesure de rétorsion.
    Nous n'avons d'ailleurs pas rencontré une seule personne parmi nos amis qui n'aie pas mis en doute notre exposé de la situation avant que nous leur soumettions les documents preuves à l'appui.

  • Suite aux questions et remarques des blogueurs concernant l'article de la TG et de Monsieur Pascal Decaillet, j'apporte dans ce texte quelques éclaircissements.



    Je regrette certains commentaires ouvertement xénophobes. Oui, ma mère est française, mais elle a épousé un suisse-genevois et mon frère et moi sommes nés à Genève, nous avons donc tous la nationalité suisse de plein droit. Mon père était un grand humaniste qui s'est battu toute sa vie contre les injustices en œuvrant tant à Genève qu'à l'étranger. Mon père étant malade depuis 2004 et décédé en 2005, nous n'avions pas eu à cœur, pendant ces années, à lutter pour l'appartement.
    En 1958 , lorsque mes parents ont emménagé dans cet appartement, Champel n'était pas un quartier prestigieux. Il l'est devenu plus tard "grâce" aux promoteurs, aux régies et surtout aux cadres aisés de toutes nationalités qui acceptent de payer des loyers exorbitants ou ont largement les moyens financiers d'acheter leur appartement. Le loyer actuel de ma mère (1'500.-) est un loyer très bas par rapport aux 8'000 francs par mois qu'atteignent certains appartements de l'avenue Alfred-Bertrand. L'appartement de ma mère est vétuste, hors normes, fenêtres pas isolées, sans balcon, non rafraîchi,.etc. Par contre celui qui se trouve au même étage doit être maintenant dans les normes vu les grands travaux qui y ont été faits, mais pour qui ? Depuis 3 ans cet appartement est vide, il a pourtant été mis en vente lui aussi, un autre scandale.
    Le propriétaire de l'appartement de ma mère est à la retraite et vit seul car récemment divorcé (selon lui justement à cause de cet appartement). Au moment de l'achat, il possédait une villa à Cologny avec sa femme, vendue depuis. Il est toujours propriétaire d'un appartement où vit actuellement un de ses enfants. En principe si l'on veut loger dans l'appartement que l'on désire acheter, une petite visite s'impose et on s'assure qu'il n'est pas habité .D'ailleurs pour l'anecdote, les plans (datant de 1935) ne correspondaient pas à la réalité et le propriétaire fût surpris de constater qu'une pièce manquait quand il a finalement daigné visiter l'appartement.
    Nous n'avons pas cherché une solution de repli par cet article dans la TG, mais à alerter la population contre ces pratiques qui se généralisent dans un contexte immobilier bloqué qui ne profite qu'aux riches et aux investisseurs. Et la date de publication n'a pas été préméditée.



    Pour plus d'infos voir : n° 2220 Vendredi 3 décembre 2004 Feuille d’Avis Officielle de la République et canton de Genève


    François Rouget

  • Lettre à un propriétaire (Monsieur R. I. pour ne pas le nommer) :
    Monsieur,
    Je me permets de vous adresser ces quelques lignes pour vous exprimer ma consternation et mon iindignation après avoir lu dans la Tribuene de Genève du 28 décembre dernier les articles intitulés : "Expulsée de son appartement à 91 ans".
    J'éprouve beaucoup de peine à comprendre cette démarche qui me paraît inhumaine. Vous avez racheté l'appartement du 11 avenue Bertrand que Madame Noëlla Rouget louait et habitait depuis 52 ans avec sa famille.
    La loi suisse, malheureusement et contrairement aux lois des pays voisins, vous donne le droit de l'expulser en affirmant votre "désir de l'habiter".
    Madame Noëlla Rouget est très âgée et fatiguée. Comme vous le savez, elle a vécu des périodes de sa vie horriblement douloureuses, qui lui ont valu les plus hautes distinctions de l'Etat français, son pays natal. Elle est genevoise depuis plus de 60 ans et méritait de finir sa vie tranquillement dans cet appartement ; certes celui-ci était trop grand pour elle seule, mais le loyer était à la portée de ses modestes moyens.
    En raison de son âge et de sa fragilité, un déménagement constitue un déracinement et une rupture douloureux pour elle, qui lui seront difficiles à supporter, pour vivre dans le seul appartement qu'on lui ait trouvé à mille francs plus cher.
    Je crois pour ma part qu'il y a une valeur suprême qui domine et devrait conditionner toutes les lois humaines, tous les arguments et désirs si légitimes qu'ils soient : l'Amour du prochain.
    Je me permets, Monsieur, de vous le rappeler humblement et respectueusement, en vous adressant mes salutations affectées.
    Signé : ICHTUS (du grec : poisson, emblême des premiers chrétiens persécutés)

Les commentaires sont fermés.