Le nectar, le vent, le ministre

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 08.05.11 - 15.34h

 

Didier Burkhalter a dit « autant ».

 

Il a osé dire « autant ».

 

Il aurait pu ne rien dire. Ou ne pas effleurer le sujet. Ou parler de tout autre chose, la météo, la sécheresse, l’intense fraîcheur de vivre. Mais il a dit « autant ».

 

A Chamoson, commune dont même les extra-terrestres savent qu’elle produit le meilleur vin du monde, Didier Burkhalter, s’exprimant devant le 119ème Festival des Fanfares radicales démocratiques du Centre, dans un élan de témérité aussi mortifère que dionysiaque, vient de déclarer : « Et les nectars d’ici – je dois bien l’avouer – sont de haute tenue et me plaisent autant que les produits des coteaux neuchâtelois ! ».

 

Il a dit « autant ».

 

Il a osé dire « autant ».

 

Il aurait pu se taire. Disparaître. Mourir. Non. Il a préféré nous proposer la plus ahurissante corrélation depuis que le premier humain a osé la première comparaison. Et le vent, si clément, n’a même pas emporté l’insoutenable légèreté de sa parole.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires

Commentaires

  • Allons, allons, il a dit "autant", il n'a pas prétendu que les neuchâtelois étaient meilleurs.

    Didier le Transparent a osé. Et alors ? Pour une fois...

  • C'est un connaisseur et cela se voit.

  • Et pour le reste, le conseiller fédéral a loué avec cœur et poésie le beauté du Valais, de la Suisse et de notre pays de vignes. Il parlé de valeurs humaines fortes et importantes.
    Mais de cela vous ne dites mot et pour un mot qui vous déplait vous l'envoyez mourir. Mourir!
    Et ce faisant votre billet sombre dans des abîmes d'excès et plonge donc dans l'insignifiance.
    Autant pour ce billet d'aigreur.

  • Ahhh ... le chauvinisme n'est pas que français, donc !

  • Choisir Burkhalter pour lancer la campagne en Valais, il fallait oser. La veille encore, il souhaitait la victoire de Xamax contre Sion en finale de coupe...

  • Le meilleur vin du monde est produit à Saint Saphorin dans le Lavaux, voire à Yvorne. Il n'y aque quelques ignares à Beaune, à Meursault ou au château d'Yquem pour dire le contraiew

Les commentaires sont fermés.