Vomissements liturgiques

Imprimer

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Lundi 09.05.11

 

Avec la régularité d’une liturgie, dimanche après dimanche, Laurent Flutsch vomit sur le Pape. Sur les catholiques. Sur les évangéliques. Sur les musulmans. Sur tout phénomène de foi qui échapperait à la raison. Sa raison. La raison de Laurent Flutsch. La norme. Même pas celle des Lumières, du Compas, de l’Equerre. Non, juste la norme de Flutsch. Le dimanche. A heure fixe.

 

Et il est fier de lui, Flutsch. Persuadé d’être un héros. Vous pensez : dégommer la foi des uns, les attaches spirituelles des autres, relève, en mai 2011, c’est connu, d’un époustouflant courage. Il risque, comme chacun sait, le bûcher. Et il rentre chez lui, le militant déguisé en humoriste, gonflé à bloc, comme un Croisé, d’avoir défendu la Raison triomphante face à l’Obscur. Qu’il puisse blesser, heurter, ne lui importe pas. Ce qui compte, c’est sa position. Celle du missionnaire.

 

Et il reviendra, dimanche après dimanche. Prévisible comme un métronome. Sous couvert d’humour, il officiera dans sa Mission. Autour de lui, sagement, la cléricature applaudira. Toute la bien-pensance, sous l’autel de ses paroles, se prosternera. Ses amis, dans l’Ordre de la Satyre Officielle, en rajouteront. Tous, persuadés d’être des héros. La Clarté contre l’Obscur. Le jour contre la nuit. La raison contre le mythe. La raison de Flutsch. Sa raison. Seule, contre l’immonde.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • La Soupe, c'est comme si Charlie Hebdo était distribué dans toutes nos boîtes à lettres avec l'argent des impots. Mais que fout donc la droite à laisser l'école aux mains de demeurés constructivistes* et les medias RTS aux mains des gauchistes les plus nuls de la planète ?

    * Encore ce matin, un édito de la Première qui parle de volonté de retour à l'école de grand'papa pour ceux qui s'oppose à cette entreprise de déculturation massive qu'est l'école romande actuelle...

  • Bravo mon cher Pascal, vous avez traduit en termes choisis ce que de nombreux anciens auditeurs de la 1ère pense de la médiocrité de ces prétendus humoristes - très locaux et c'est heureux - qui sont bien à la peine . N'est pas digne successeur de Monsieur Desproges ou de Monsieur Devos qui le veut ! Alors, zappez tudieu !

Les commentaires sont fermés.