Naissance d'un talent

Imprimer

 

Sur le vif - Jeudi 29.09.11 - 11.53h

 


Un talent politique est né. Il s'appelle Alexandre Jöhl, 22 ans, candidat des Jeunes PLR à Genève. Il est un peu fou avec son idée de dépénaliser toutes les drogues, va perdre des voix dans son propre parti. Mais il a le courage, seul contre tous, de défendre son opinion. C'est le contraire d'un tiède. Un homme vertical, qui se bat. On reparlera de lui en politique.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Je vous ai vu et entendu l'interviewer en même temps que Marie Chappuis.

    C'est un gaillard bien posé et courageux. Sa détermination fait plaisir à voir et il a des opinions courageuses.

    Sachant que l'obstination se bute et que la détermination initie, puissent les gens ne pas se méprendre sur la portée de son message!

  • Voilà qui pourrait quelque peu 'humaniser la mondialisation' du trafic de drogues...

  • Peut-on se permettre de vous faire remarquer amicalement ceci ? Vous avez tellement le goût de découvrir des talents que périodiquement vous vous entichez de celui-ci ou de celui-là, plus rarement de celle-là mais ça arrive aussi. Méfiez-vous de vos propres impulsions. Vous aviez beaucoup porté aux nues l'excellent Nidegger, qui m'a plu aussi par son humour froid, sa manière un peu crue et sarcastique de descendre en flammes ses contradicteurs, mettant le doigt en pince sans rire sur leurs inepties. C'est vrai que c'était là une forme de talent. Puis on s'est aperçu que Nidegger manquait de leadership. Qu'il n'avait pas le sens de la combinazione politique. Certes il nous étonnera encore et il ne faudrait pas le sous-estimer. Mais il apparaît maintenant malgré tout que c'est un de ceux qui ont été élus dans l'irrésistible vague UDC, pas uniquement par sa force intrinsèque. Ce n'est pas une locomotive.

    Une Céline Amaudruz, qui est beaucoup moins cultivée et intello que lui, avec sa féminité attractive (elle ne cherche pas à la mettre en avant, ce n'est pas sa faute si elle est sexy) mais aussi avec son énergie, sa candeur, sa conviction et, on l'a découvert, son côté bourreau de travail, est finalement beaucoup plus rassembleuse et chef d'orchestre que le bel esprit Nidegger. Elle fait un meilleur chef de parti. Je ne sais pas si vous avez aussi tressé des couronnes à Céline Amaudruz quand elle a fait son apparition. Peut-être. Je ne lis pas tous vos articles. Mais je ne m'en souviens pas.

    J'ai noté que votre préférence va généralement à des hommes ayant des lettres. C'est légitime et vous avez raison de déplorer le manque de références intellectuelles du personnel politique. Mais dans notre démocratie terre à terre ce ne sont pas toujours ces qualités qui priment. Hélas, direz-vous. Et on vous comprend.

    Un Stauffer, avec sa vulgarité, n'a pas spécialement vos faveurs me semble-t-il. Pourtant, si vous l'observez, Stauffer a des qualités de tribun populaires et un sens politique exceptionnels. Ca ne vole pas haut intellectuellement mais il a un sacré talent, dans son genre. Lui, est une bête politique.

    Enfin, je vous recommande un individu haut en couleurs qui n'est probablement pas du tout votre tasse de thé: Pascal Spuler, l'agent électoral numéro un du MCG, selon moi. En voilà un qui ne risque pas de vous entretenir de Léon XIII ni du Sillon ni de Jules Ferry, etc., ce que vous appréciez tant. En revanche, cet ancien commerçant en accessoires de cuir pour usages divers et variés, aux Pâquis, reconverti en détective privé (enquêtes, filatures, agréé par le conseil d'état) puis en agent artistique (pour danseuses de cabaret), est selon moi une des explications principales de la percée incroyable du MCG. Avec un type comme ça on draîne toute la population d'un coup : du moins tous les Pâquis y compris ceux qui y passent occasionnellement et ça fait du monde. (Non non, je ne sous-entends pas ce que vous pensez, pas seulement. Aux Pâquis il y a de tout. Il y a des clientèles diverses. Il y a des commerces de luxe aussi, ou Spuler a aussi ses entrées et ses parentés. Et les Pâquis, attention, c'est aussi un quartier chic. On y trouve même des ambassadeurs et des présidents de la SSR.) Il a fait ce qu'il pouvait pour effacer ses tatouages (quoiqu'on les voit encore un peu dépasser du col), mais il a gardé la gouaille et la manière de son quartier.

    Avez-vous un jour découvert le talent politique de Pascal Spuler? Je n'en suis pas sur. Mais vous auriez du. Il vaut le coup d'oeil.

    Parmi les juvéniles talents que vous découvrez de temps à autres, combien tiendront la distance ? Nantermod? Peut-être, mais ce Nantermod, aussi poupon qu'il fasse et un peu cucu, c'est tout de même un fils de notable valaisan. Ca change un peu le regard. Votre Jöhl, je ne sais pas, je n'ai pas vu sa prestation qui vous a tant impressionné. Mais je ne suis pas sur qu'il aura les épaules assez large pour résister à la vie politique.

    Comme vous aimez les citations, j'en ai une jolie pour vous. Elle est d'Edouard Herriot: "La démocratie est une bonne fille, mais si on veut qu'elle soit fidèle il faut lui faire l'amour tous les jours."

  • De toutes façons, quand il secouera le joug et osera s'écsrter légèrement des idées de celui qui le porte aux nues, il aura soudain tout plein de défauts. J'ai quelques exemples en tête et ça me fait toujours sourire, parce que c'était déjà ainsi du temps de la Radio romande.

Les commentaires sont fermés.