Au milieu des décombres, KKS

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 23.10.11 - 14.47h

 

On le prévoyait, cela commence à se confirmer dans la lente révélation photographique de la carte électorale suisse issue des urnes aujourd'hui : c'est un dimanche noir pour le PLR. Nous y reviendrons largement, une fois passé le maelström des émissions spéciales. Avec, tout de même, une ou deux percées de soleil, au milieu des décombres : ainsi, l'extraordinaire première place de Karin Keller-Sutter à Saint-Gall, dans la course aux Etats.

 

Extraordinaire, oui, quand on pense à la campagne de dénigrement menée depuis des semaines par la Weltwoche. Parce que la Dame de fer est en concurrence avec le président national de l'UDC, Toni Brunner.

 

Voilà une femme à laquelle le Parlement a jugé bon de préférer l'insipide Johann Schneider-Ammann. Elle brille à Saint-Gall. Elle brillera à Berne. N'est-ce pas à elle de reprendre en mains le destin de son parti ?

 

Mais y a-t-il encore un parti ?

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Oui, il y a encore un parti, il y a encore des valeurs, il y a encore des élus. ET il y aura un nouveau président - terme épicène.
    Quitte à désespérer Billancourt et GàC...
    A propos, où sont les Verts ? Où est Blocher ? Et Rime ?

  • Localement via certaines personalité le PLR s'en sort. Mais globalement, l'image du PLR reste très mauvais. Le président du PLR représente trop l'image d'un dogme pas du tout populaire.

    A mon avis le PLR devrait changer de président avec une personalité qui tranche avec F. Pelli. Je ne connais pas trop Isabelle Moret, voilà une personne qui peut donner l'image d'un nouveau PLR. Il y a probablement d'autre candidats qui irait, bien, mais ce qui est certain, le choix sera très important.

  • Bien entendu vous passez comme chat sur braises et ignorez la superbe élection de Madame Pascale Bruderer, socialiste argovienne, au Conseil des Etats, elle qui fut une si brillante présidente du Conseil national en 2010.
    Elue au premier tour avec 93'276 voix elle dépasse largement la majorité absolue fixée à 89'905 voix.
    Une jeune femme qui a de l’avenir et qui remplacera probablement dans une douzaine d’années la bernoise Simonetta Sommaruga au Conseil fédéral.

  • Revenons sur le propos insipide et je signale que sur mon blog "L'étendard"
    http://jolivet-f.blogspot.com/
    je signalais le 13 aout l'autre maillon faible du Conseil fédéral en ces termes :

    .Le maillon faible du Conseil fédéral
    Un des maillons faibles du Conseil fédéral est sans conteste le Neuchâtelois Burkhalter aussi lisse qu'une anguille ne gouvernant que par décret n’osant pas affronter ouvertement le peuple suisse.

    Cet officier "spécialisé" aux cheveux gominés puant le Brylcreem à longueur de matinée lors de chaque sortie officielle se croit à l’école enfantine en tenant par la main son épouse de souche autrichienne. A quand la distribution de viennoiseries et de Mozart Kugeln (tête de Mozart faite d’un mélange de chocolat et de pâte d'amandes).

    Quel pauvre mec sans envergure notre trompettiste de Sumiswald village de l'Emmenthal dont il est originaire et où se trouve l’unique fabrique d’instruments de musique en cuivre de Suisse.

Les commentaires sont fermés.