Savons de Marseille

Imprimer

 

Sur le vif - Lundi 20.02.12 - 11.05h

 

Le meeting de Marseille n'est tout simplement pas à la hauteur d'un président sortant. La récurrence obsessionnelle des attaques contre François Hollande montre que Nicolas Sarkozy a peur. Stratégiquement, il n'est guère habile, de la part d'un sortant, de se focaliser à tel point sur un compétiteur. Cela inverse le rapport challenger/outsider. M. Sarkozy a sans doute convaincu les militants UMP de la cité phocéenne, c'est bien le moins. Je doute qu'il ait convaincu la France.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Quoi qu'on en dise la France est de droite, alors NS doit juste rallier à lui les forces de droite. A gauche, il ne prendra rien, ou presque, sauf ceux qui ont compris que M. Hollande n'a pas le début d'une solution aux principaux problèmes. Le reste, du blabla, pas mieux que chez nous. Comme notre M. Broulis, un peu éreinté à force de faire des cadeaux à des boîtes qui ne tiennent que peu leurs engagements mais ne paient toujours pas d'impôts, et qui, en période électorale, est totalement absent sur ce sujet. Amusant, non? Tout ça me remémore un mot de Desproges qui disait : "Nous n'avons plus de grands hommes mais des petits, qui grenouillent et sautillent de gauche et de droite avec une sérénité dans l'incompétence qui force le respect".

Les commentaires sont fermés.