Notes de frais : l'arrogance du Conseil d'Etat

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.03.19

 

Orgueil, superbe et arrogance : les trois visages affichés, ce mercredi 20 mars, par le gouvernement de la République et Canton de Genève. Un sommet, dans l’ordre du comportement princier, qui fera date. On pensait que les attitudes hautaines avaient été l’apanage du Président du Conseil d’Etat dans la législature précédente, on s’est peut-être trompé : l’équipe actuelle ne fait pas mieux. Ce 20 mars donc, notre collège gouvernemental, qui fait l’objet des attentions de la Commission de contrôle de gestion du Parlement pour faire la lumière sur ses notes de frais, a cru habile de contre-attaquer en venant faire la leçon juridique à la République entière. Oubliant - ou plutôt omettant – un détail : dans toute cette affaire, c’est lui, le Conseil d’Etat, et nul autre, qui est audité. Lui qui est ausculté. Lui qui doit produire les pièces nécessaires à la vérité. Il n’est pas là comme juge, ni comme ministre, mais comme partie sous enquête.

 

Dans ce dossier, il y a trois forces en présence. Le Conseil d’Etat, autorité exécutive du Canton ; le Parlement, premier pouvoir, autorité législative, via sa Commission de contrôle de gestion ; la Cour des Comptes, organe voulu par le peuple souverain, pour mettre son nez là où ça fait mal, dans la gestion des affaires publiques. Inutile de dire que peu de magistrats, ou de hauts fonctionnaires, se montrent particulièrement réjouis lorsque François Paychère, Président de la Cour des Comptes, ou ses collègues viennent renifler dans leurs affaires.

 

Là où les choses se compliquent (mais rassurez-vous, ça demeure parfaitement compréhensible !), c’est que dans l’affaire des notes de frais des conseillers d’Etat, la Commission de contrôle de gestion du Parlement a mandaté la Cour des Comptes, la jugeant plus professionnelle que de simples députés pour une investigation dans des colonnes de chiffres, ce dont tout le monde conviendra. Et c’est cela que le Conseil d’Etat ne peut pas supporter, ce qui nous a valu le 20 mars ses grandes leçons juridiques, tout juste bonnes à montrer à quel point il était sur la défensive. Aurait-il des choses à cacher ?

 

A cette arrogance du Prince, il convient de résister. D’abord, saluer l’opiniâtreté de la Commission du Parlement, présidée par le PLR Yvan Zweifel : on espère que la volonté de lumière y est unanime, tous partis confondus, et que nul député ne se déroberait à son devoir de contrôle pour protéger un ministre de son camp. Un tel comportement serait indigne du pouvoir parlementaire. Saluer, aussi, le professionnalisme de la Cour des Comptes, qui depuis des années rend service à la transparence républicaine. Enfin, rappeler au Conseil d’Etat que le mépris ne saurait tenir lieu de méthode gouvernementale, pas plus que prendre les gens pour des naïfs. Nous avons connu, entre 2013 et 2018, de pénibles moments d’arrogance exécutive. Nous espérions un changement. Puissions-nous ne pas nous être trompés.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires

Commentaires

  • Le conseil d'état doit avoir beaucoup de combines à cacher sinon il ne s'opposerait pas à cet audit. Je parie que les voyages de l'ex-chancelière c'est de la roupille de sansonnet par rapport aux frasques de nos chers (!) élus ! Que les vérités éclatent !

  • L'exécutif genevois ne respecte pas l'égalité de traitement pour ce qui est de la rémunération des curateurs. Voir le règlement de rémunération des curateurs qui entérine l'adage "A TRAVAIL ÉGAL, SALAIRE INÉGAL". Ce règlement ne favorise-t-il pas les "copains" notamment avocats, ceux qui sont régulièrement choisis dans un cercle très restreint par le Tribunal dit de la "protection".

    https://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_E1_05P15.html

Les commentaires sont fermés.