L'Entente menacée de surdité

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 03.04.19

 

Lorsque la politique est laissée aux partis, le citoyen se trouve spectateur des petits jeux d’alliances ou de mésalliances entre les uns et les autres. Apparentements, ruptures, réconciliations font le bonheur des chroniqueurs, et on parle de tout sauf de l’essentiel : santé, primes maladie, logement, mobilité, emploi, retraites, bref les thèmes, ceux qui concernent vraiment la vie des gens. Dans cette page, depuis des années, j’ai choisi de privilégier les thèmes, sans trop m’attarder sur la petite cuisine des politiciens entre eux, certes beaucoup plus aisée à raconter, mais finalement tellement vaine, car éloignée des soucis des gens. D’autant que mon credo, vous le connaissez : la politique des partis, avec des candidats à des élections, tout ce petit jeu de la démocratie « représentative », va laisser la place, d’ici un siècle ou deux, à une forme de démocratie totale, à inventer au fil des générations, dont la pierre angulaire sera le citoyen ou la citoyenne, et non plus l’homme ou la femme politique. Mais c’est de la musique d’avenir.

 

En attendant ce jour, considérons tout de même le péril dans lequel se trouve l’Entente, cette alliance genevoise octogénaire (années trente) entre les libéraux, les radicaux et la démocratie chrétienne. Elle est en danger, parce que le PDC, note le Matin dimanche du 31 mars, menace de partir aux élections fédérales du 20 octobre sans s’apparenter avec le PLR. Et ce ne serait que la première étape d’une émancipation menant le PDC vers une nouvelle coalition, bien au centre, par exemple avec le PCD (Parti Citoyen Démocratique, nom genevois du PBD) et les Verts libéraux. Bref, le PDC, parti de la famille, pourrait divorcer du PLR, et se remarier – ou tout au moins fricoter - avec d’autres.

 

Le PDC genevois a évidemment le droit de faire ce qu’il veut. Mais un examen de la situation révèle tout de même bien des contradictions dans ses appétits stratégiques. Prendre sa liberté, mais pas vraiment pour l’élection au Conseil des Etats***, qui affiche un duo PLR-PDC (Hugues Hiltpold, Béatrice Hirsch). Se payer une aventure avec de nouveaux alliés, vêtus de probité candide et de lin climatique, jeunes et urbains, branchés, étincelants de mode et de thèmes en vogue. Mais, sur le fond, l’économie par exemple, les relations avec le patronat, demeurer tout de même dans le giron nourricier de l’Entente. Le beurre, l’argent du beurre, la crémière, et de surcroît le grand frisson climatique. Que du bonheur, non ?

 

A la vérité, le comportement du PDC genevois, tout à la jouissance de son vertige centriste, rappelle celui des Saxons, lors de la Bataille de Leipzig, cette fameuse « Bataille des Nations », du 16 au 19 octobre 1813, qui constitue, plus encore que Waterloo, la plus grande défaite de Napoléon. Le 18 octobre, sur le coup de 17h, les Saxons se sont retournés contre l’Empereur. Ce fut décisif, dans le sort du combat. Pendant des années, ils avaient partagé sa gloire, et les avantages de l’alliance. Et puis, d’un coup, ils ont regardé ailleurs. Chaque fois que je passe à Leipzig, je pense à eux. Avec un enthousiasme relativement mesuré. Excellente semaine !

 

Pascal Décaillet

 

*** Sur ce point, le président du PLR, Bertrand Reich, a clarifié les choses, sans la moindre ambiguïté, lundi soir sur le plateau de GAC.

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires

Commentaires

  • Le PLR est un parti qui représente l'économie, il est loin des préoccupation des citoyens. Il y a des hommes politiques PLR qui ont une vision plus large, mais ce courant au niveau national est minoritaire.

    Le PDC a raison de s'émanciper, il doit marquer la différence. Un parti de droite à l'écoute des gens.

    Des alliances au coup par coup, avec un PLR qui a une sensibilité qui dépasse l'économie a un sens. Sinon, l'image du PDC est brouillée.

    Le PLR et l'UDC sont des partis qui ne se préoccupe que de l'économie, pas de la population. L'UDC croit qu'être anti-européen aide le quotidien des gens. Au niveau suisse, il multiplie des actes hostiles contre les plus faibles (assurance maladie, avs,...).

    Une clarification est bienvenue : D'un côté, une droite froide serviteur de l'économie, de l'autre, une droite qui néglige ni l'économie, ni la population.

  • "D’autant que mon credo, vous le connaissez : la politique des partis, avec des candidats à des élections, tout ce petit jeu de la démocratie « représentative », va laisser la place, d’ici un siècle ou deux, à une forme de démocratie totale, à inventer au fil des générations, dont la pierre angulaire sera le citoyen ou la citoyenne, et non plus l’homme ou la femme politique. Mais c’est de la musique d’avenir."

    Je vous souhaite bonne chance tout en espérant que vous n'êtes pas en train de rêver tout éveillé !

Les commentaires sont fermés.