Guy Mettan face à la caressante tiédeur du vent

Imprimer

 

Sur le vif - Vendredi 05.04.19 - 15.06h

 

Je connais Guy Mettan depuis plus de quatre décennies, des séminaires d'Histoire et des centaines d'heures passées en commun dans les bibliothèques nous relient. C'est un homme intelligent et cultivé : son niveau, en Histoire contemporaine, est nettement supérieur à la moyenne.

Mieux : ses livres à lui sont souvent passionnants, et toujours incroyablement documentés, comme celui consacré à mille ans de russophobie, ou le tout dernier, "Le Continent perdu", Éditions des Syrtes, qui paraîtra dans quelques jours, et que j'ai eu l'occasion de lire en avant-première.

Guy Mettan, qui était au Temps stratégique alors que j'étais au Journal de Genève, aurait pu faire une carrière de chercheur, s'il n'avait été saisi par l'appétit du journalisme. C'est l'un des politiques actuels, à Genève, avec une véritable dimension intellectuelle. On doit la constater, qu'on partage ou non les options politiques personnelles du député. Je suis loin de les partager toutes, notamment sa passion transfrontalière. Mais qu'importe !

Je me suis souvent demandé ce que Guy Mettan faisait au PDC. Peut-être un atavisme familial, le même que le mien (très conservateur, en l'espèce), mais enfin nous sommes de grands garçons, et les obédiences des ancêtres sont là pour être transgressées, non ? Peut-être, aussi, naguère, une fenêtre d'opportunité pour exister dans le champ politique, à Genève. D'autres, également de familles valaisannes, tout aussi conservatrices que les nôtres, ont choisi d'autres partis, alliés à Genève, mais historiquement opposés dans le Vieux Pays, tout en conservant en leur for la noirceur de la flamme qui les anime vraiment. Leur duplicité ne me dupe pas une seule seconde.

Guy Mettan a donné au PDC genevois, notamment à sa députation, une élévation sensible du niveau de culture, d'approche des problèmes, nourrie de références. Ca va tout de même un peu plus loin que la seule présence dans le parti pour s'inscrire dans une dynastie, ou pour la recherche extatique d'un Centre introuvable. Plus loin, aussi, que céder béatement à la première mode, tantôt climatique, tantôt féministe, tantôt jeuniste, juste pour demeurer dans la caressante tiédeur du vent.

Je suis loin d'être d'accord avec toutes les options politiques de Guy Mettan, mais je partage sa vision de l'Histoire, faite d'observation et de lectures, de recueil des témoignages, de parole donnée à tous (et pas seulement au camp du Bien), de séparation drastique entre le champ politique et celui de la morale. Bref, Thucydide, plutôt que le chant des sirènes.

A cet homme de valeur, compagnon de génération et de lectures, j'adresse tous mes voeux pour la suite de son parcours, et l'assure de ma fidélité amicale, intellectuelle et spirituelle.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Mille mercis pour ce commentaire qui me semble presque trop élogieux ! Mais il va m’inspirer pour la suite

  • Merci à M. Guy Mettan pour tout ce qu il a apporté comme honnêteté intellectuelle et du bon sens médiatique, culturel et politique.

    Bien à M. Guy Mettan et à vous tous!
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.