On ne siffle pas le chef des Armées

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 14.07.19

 

Je suis, comme on sait, totalement opposé à la politique menée par Emmanuel Macron. Opposé à son libéralisme économique. Opposé à la relation qu'il entretient avec les puissances financières cosmopolites, qui l'ont tant aidé à se hisser au pouvoir. Opposé à son européisme gravissime, en réalité une relation non avouée de vassalité par rapport à l'Allemagne.

Opposé, oui. Mais désolé, lors du défilé du 14 Juillet, on ne siffle pas le Président de la République. Quel qu'il soit. Il est le chef des Armées, c'est ainsi, c'est dans la Constitution. En vertu d'une très vieille tradition française, bien antérieure à la Révolution, qui veut que le commandement militaire suprême incombe, non au connétable, mais au souverain. C'est ainsi. C'est la tradition française.

On peut attaquer tant qu'on veut le chef de l’État dans le débat d'idées. Mais on ne siffle pas le détenteur suprême de l'épée, lorsque défilent devant lui les remarquables troupes de la Nation. Celles qui portent la mémoire de Valmy, Fleurus et Rivoli. Celles dont le sacrifice a tant de fois sauvé le pays.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • "Mais désolé, lors du défilé du 14 Juillet, on ne siffle pas le Président de la République."


    Même si les siffleurs ne sont pas français ?

  • Les gens ne sifflent pas le Chef des armées mais Emmanuel Macron, qui est indigne de sa fonction :
    https://i.ytimg.com/vi/GzYh86wAa2E/maxresdefault.jpg
    https://3.bp.blogspot.com/-xNGY7dZleX8/Wy0knpg-RRI/AAAAAAABBHw/LEyvmotbj1wEQ73SUgD3xNMJn2T3d94ewCLcBGAs/w1200-h630-p-k-no-nu/A1.jpg

  • Il y a juste une différence, essentielle, dont vous faites abstraction. Mais ça change tout: en aucune façon Macron n'est un "souverain". C'est juste un fondé de pouvoir des oligarchies mondialistes qui a été hissé dans ces fonctions par un coup d'état médiatico judiciaire. Le peuple de France, un instant sidéré par cet escamotage, l'a compris. Macron a donc perdu toute légitimité. Il n'est pas réellement président. Le mouvement des gilets jaunes exprime cette révolte contre un pouvoir illégitime. La situation actuelle est une situation révolutionnaire. Les règles habituelles n'ont plus cours puisque les bases du pouvoir sont illégitimes. Si Macron était réellement un président légitime, il ne serait pas sifflé.

Les commentaires sont fermés.