Thuringe : l'Apocalypse, ils connaissent !

Imprimer

 

Sur le vif - Samedi 26.10.19 - 07.26h

 

Dans le Land de Thuringe, ex-DDR, que j'ai la chance de bien connaître, les élections de demain pourraient bien engendrer, elles aussi, une vague, ou une déferlante.

Et cette vague, si elle advient, ne sera pas celle de bobos urbains qui veulent asperger le peuple de taxes. Parce que l'Apocalypse, en Thuringe, ils ont déjà donné, il y a 74 ans. Et puis, il y a 30 ans, le miracle de la Réunification, ils n'en ont strictement rien vu, à part quelques spéculateurs, qui en ont profité en collaborant avec l'Ouest conquérant. Eux se sont enrichis, mais pas le peuple.

Au pays de Luther et de Jean-Sébastien Bach, ce sommet de culture et de civilisation au centre de l'Europe, des catégories entières de la population, immenses, n'ont plus ni avenir ni espoir. Le libéralisme triomphant, importé d'un coup de l'Ouest, leur a tout pris. Même leur passé. Même leur mémoire.

Pour ces gens-là, en Thuringe, en Saxe, en Prusse, Mme Merkel, pourtant native de la DDR, n'a strictement rien fait. En accordant une massive priorité, à l'automne 2015, à une altérité, extérieure à la Communauté germanique, elle a commis une erreur majeure. Elle a sacrifié la cohésion sociale allemande, si importante depuis Bismarck, sur l'autel de son prestige international, à elle. Bref, elle a fait du Stresemann.

Gustav Stresemann, l'une des figures majeures de la République de Weimar (1919-1933), c'est le brillant ministre qui voulait plaire a la France, plaire à la SDN, plaire au monde, quand les populations allemandes étouffaient sous le poids des Réparations de Guerre, imposées par l'odieux Traité de Versailles (1919). Et quand la France occupait la Rhénanie. Dans l'âme meurtrie des Allemands, la colère fulminait, Stresemann ne voulait pas la voir. Il avait voulu jouer l'image extérieure, contre la Gemeinschaft.

En Thuringe, pays de la Wartburg, coeur vibrant de l'identité historique, littéraire et musicale des Allemagnes, fin octobre 2019, ce ne sont pas les prophètes d'Apocalypse qui ont la cote. Mais ceux qui défendent la priorité indigène à l'emploi, le retour à un Etat social, fierté des Allemagnes depuis Bismarck, le primat de la communauté allemande, la Gemeinschaft, sur le cosmopolitisme.

Les enjeux de l'élection de demain, dans le Land de Thuringe, sont autrement signifiants, pour l'avenir de l'Europe, que la vague de mode, en Suisse, dimanche dernier.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Facile d'être vert quand on est pas dans le rouge comme le sont les allemands de l'est. Mais à force de laisser venir des gris que l'on soit de Genève ou de Dresde on va tous finir par broyer du noir.

Les commentaires sont fermés.