Les Lumières du Prince-candidat

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 29.10.19 - 12.50h

 

Il devient un peu lassant d'entendre le PLR genevois expliquer sa contre-performance du 20 octobre par le slogan : "Notre électorat ne s'est pas mobilisé".

Singulière manière de se défausser. Monsieur X se présente à une élection, les citoyens n'élisent pas Monsieur X, ils plébiscitent d'autres personnes à la place de Monsieur X. Et pour toute explication, Monsieur X regrette que "son électorat" ne se soit pas mobilisé !

Ce sophisme appelle deux remarques. D'abord, l'usage du possessif : "notre électorat". Comme si tel candidat disposait, de façon invariable, d'un patrimoine de voix, qui lui reviendraient d'office. S'il n'est pas élu, ça n'est pas qu'on l'ait désavoué, détestable hypothèse, mais que les serfs - ou métayers - constituant le socle électoral naturel du Prince-candidat ont eu la paresse de lui rendre l'hommage de l'urne.

Deuxième remarque, le don de divination pour identifier les abstentionnistes. Un esprit simple, comme le nôtre, pourrait a priori s'imaginer que ces derniers sont dans tous les partis, parce qu'il y a des gens qui votent, et d'autres non. Mais la Lumière du Prince-candidat, infiniment plus éclairante, est assez pénétrante pour définir que ses adversaires ont fait le plein, et que les abstentionnistes sont les ingrats, les paresseux, les dormeurs du dimanche matin de son propre camp.

Monsieur le Prince-candidat est logé à excellente enseigne, pour disposer d'une lucidité d'une telle tenue.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel