Contrôler les flux !

Imprimer

 

 

Commentaire publié dans GHI - 04.03.20

 

Personne, à moins d’être fou, n’a jamais demandé que la Suisse ferme ses frontières. Mais de plus en plus de gens souhaitent une régulation de l’immigration vers la Suisse. Réguler, ça n’est pas arrêter : c’est contrôler les flux, en fonction de critères décidés par soi-même, non par les autres.

 

Chaque pays, indépendant et souverain, a non seulement le droit, mais aussi le devoir de contrôler son immigration. Chaque pays décide de ce qu’il peut accepter, en quantité, en fonction de ses capacités territoriales, démographiques, économiques. Il n’y a là nulle espèce de xénophobie, c’est juste une protection de ses propres résidents, de la cohésion sociale interne à chaque peuple, qui nécessite sagesse, équilibre, aménagement du territoire, sens de la mesure.

 

Nous voterons le 17 mai sur une « initiative de limitation », sans doute la plus importante depuis celle du 9 février 2014, sur l’immigration de masse. Chacun d’entre nous jugera en conscience. Mais une chose est certaine : ni les menaces du patronat, ni celles de centrales syndicales plus attachées à l’internationalisme qu’à la défense des travailleurs suisses, ni la Sainte Alliance des grands partis politiques, ne remplaceront l’intime conviction de chaque citoyenne, chaque citoyen de notre pays. Chacun d’entre nous vote comme il veut. Il n’a aucune leçon à recevoir de personne. Il est seul, face à l’urne. Il représente une part certes infinitésimale de l’ensemble. Mais souveraine. Et indivisible.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires

Commentaires

  • Puissiez vous etre entendu. Pour le moment les medias unanimes nous font entendre un autre son de cloche. Ces vendus.

  • Qui aurait l'idée de construire un sous-marin sans cloisons étanches ?
    La mondialisation est un sous-marin sans cloisons étanches.

  • Entièrement d’accord avec vous

    De toute manière a part quelques un qui écoute encore économie suisse ?

    Nous devons impérativement reprendre le contrôle

Les commentaires sont fermés.