L'argent du peuple

Imprimer

 

Sur le vif - Jeudi 09.04.20 - 08.46h

 

La dette : c'est le mot à retenir de l'interview du Président du Conseil d'Etat, dans la TG : "Nous allons nous endetter". Dimanche soir à GAC, le Président des Verts allait dans ce sens. La dette, la dette, toujours la dette.

Citoyen, petit entrepreneur, contribuable, je combats férocement cette mentalité. Trop facile, la dette ! Elle n'est jamais une solution : ni dans un ménage, ni dans une entreprise, ni pour l'Etat. Elle n'est qu'un baume à court terme, mais accentue la douleur future.

Si l'Etat a moins d'argent, il doit réduire son train de vie. Drastiquement. Privilégier les postes utiles à la population, biffer les autres. Au DIP, par exemple, trop de postes d'intendance demeurent.

Surtout, il n'est pas question d'augmenter d'un seul centime les impôts, dans un Canton où la pression fiscale pour les classes moyennes est la pire de Suisse.

Une gestion saine passe, pour l'Etat comme pour n'importe quelle entreprise, par une réduction des dépenses. S'accommoder de la dette, comme si cet expédient allait de soi, relève d'une coupable légèreté dans la gestion de l'argent confié à l'Etat par les Genevois. Cet argent, c'est celui du peuple.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.