Vous avez dit "paresse", M. Parmelin ?

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 19.04.20 - 09.32h

 

Guy Parmelin, revenu annuel 454.581.- francs (état au 01.01.20), rente à vie, ose prononcer le mot "paresse" à l'endroit de ses compatriotes, touchés de plein fouet par la crise, qui ont le mauvais goût de solliciter une aide !

M. Parmelin doit, très vite, prononcer des excuses.

Voilà des gens, dans notre pays d'honnêtes travailleurs, ponctuels dans les délais, soucieux de qualité et de finitions, qui vivaient de leur boulot, ne s'en plaignaient jamais, au contraire adoraient ça. Des gens qui construisaient la prospérité de notre pays.

D'un jour à l'autre, Berne leur a interdit d'exercer leur activité professionnelle. C'est le cas le plus violent de Berufsverbot depuis qu'existent les grandes libertés d'activité, conquises par la bourgeoisie contre la noblesse de robe, au moment de la Révolution française.

L'un des pays les plus bosseurs du monde. La dignité, par le travail. La confiance mutuelle, par la qualité. Tout cela, d'un coup, aux orties.

Et voilà Maître Parmelin qui vient leur faire la leçon. Les Suisses, le jour venu, sauront s'en souvenir. De même qu'ils auront, après la crise, à remettre à leur place des exécutifs qui ont, à la faveur de cette tourmente, beaucoup trop pris leurs aises. Dans notre pays, les élus sont là pour servir. Pas pour faire la morale aux citoyennes et citoyens.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 10 commentaires

Commentaires

  • Au dernier classement des CF, il a terminé ... à la dernière place ... à moins que je me sois trompée !

    Ceci relevé, Excellent d'oser l'écrire mais cela vous ressemble !

    C'était déjà le cas dans Forum ...

  • Hélas pourquoi ne citer que notre "super" conseiller fédéral ... Parmelin ?
    Au vu de ce qui se produit actuellement au niveau médical à l'échelon mondial, nous nous rendons compte que malheureusement ce personnage n'est pas le seul à se comporter comme une girouette. Il est accompagné par un nombre extrêmement important de ses semblables. Oser se permettre de faire des commentaires de la sorte sur ses concitoyens est tout simplement une honte. Devrait donner sa démission.

  • Il aurait fait un bon maître d'école d'avant Rousseau.

  • Et à la question qui lui a été posée à savoir s'il avait été testé pour le Covid..sa réponse incroyable .."ceci est personnel je ne répondrais pas" franchement énorme......Non Monsieur PArmelin..le peuple auquel vous devez votre place et votre salaire est en droit de vous poser cette question et est en droit de savoir....

  • D'aucuns savent depuis longtemps que ce Monsieur n'a pas sa place au Conseil fédéral. C'est justement parce qu'il n'est pas bien méchant et un peu niais qu'il y siège. Parce que les socialistes ne voulaient pas d'un «UDC».

    Merci la gauche !

  • Parmelin a commis une boulette en disant cela. On le lui reprochera longtemps, comme on a reproché à Marcel Pilet-Golaz d'avoir dit que l'ouvrier pouvait se contenter d'un cervelas. Mais dans notre système politique, cela ne l'empêchera pas d'être réélu.

  • Je rappelle à tous que ces mêmes personnes qui nous guident aujourd'hui dans la tempête sont les mêmes aveugles qui nous ont mis dans "la merde" pour parler cru.
    Ils sont issus de ce monde politique qui peu ou prou dans son entièreté nous enfile la pensée unique de la croissance économique depuis l'après-guerre. En son nom, nous avons eu le droit à l'Européanisation puis à la Mondialisation, en bref la globalisation, l'ultralibéralisme.
    Les gros poissons se gavent pendant que la classe moyenne se fait bouffer et que les plus faibles crèvent la gueule ouverte.
    Car dans ce monde merveilleux du libre échange, la productivité et les rendements augmentent sans cesse, il y a énormément d'argent, mal réparti certainement. Malgré cette abondance, les états n'ont plus de rentrée, grand paradoxe.
    Alors on coupe dans les budgets, on met la pression sur la classe moyenne, les très riches fuyant l'impôt, on privatise, on délocalise, on pollue, on empoisonne, on tue sans que cela ne choque plus personne. Quand je dis "on" je devrais dire nos ministres, nos élus sous la Coupole, complices d'un système bien rôdé.
    Résultat en temps de crise: plus de masques, plus de désinfectant, pénurie de médicaments. Plus de réserve, ça coûtait trop cher. Oh zut! On n'avait pas prévu!
    Et l'on doit faire des plans sanitaires "en l'absence" de ceci ou cela.
    Sans l'incroyable dévouement des petits, des infirmiers que l'on maltraite depuis 20 ans, des salauds de médecins profiteurs, des caissières que l'on remplace par des robots, des postiers pas assez rentables, des éboueurs, des paysans et j'en passe (pardonnez-moi ceux que j'ai oubliés), tous ces rouages essentiels d'une communauté qui ont limité la casse par leur sacrifice, ces beaux Messieurs feraient moins les fiers aujourd'hui.
    Permettez-moi donc d'être très peu ébahi par nos édiles. Je ne suis presque plus étonné par les propos immondes de ce ministre.
    L'élection, par elle même, par le choix, par l'élévation qu'elle procure à l'élu grâce à ses électeurs qui délèguent leur propre pouvoir, peut corrompre toute personne aussi bien intentionnée soit-elle au départ. Il nous faut des représentants. Il nous manque donc des instruments démocratiques essentiels pour "démissionner" nos ministres. Il faut leur rappeler continuellement d'où ils sont issus qu'ils peuvent à tout instant y retomber car ils sont et restent nos représentants. L'absence de ce pouvoir populaire essentiel dans nos constitutions devient criante tant au niveau cantonal qu'au niveau fédéral.

  • Parmelin devrait rendre son tablier !

    Il était déjà complètement à côté de la plaque avec ses accords de libre-échange à foison...

  • Ce soir, Parmelin fait son mea culpa en public à la TV.

  • Il n'a pas baissè son pantalon. Il n'a même pas exprimé de regrets pour sa formule malheureuse.

    Il a juste dit: "je n'ai personne voulu blesser" et "je n'ai personne voulu traiter de paresseux". Et voilà! l'incident est clos. Peut-être que M. Décaillet ne sera pas satisfait avec ça, mais moi ça m'a fait plutôt plaisir d'entendre ça. Plus vaudois et plus campagnard tu meurs! Ouf! on est encore en Suisse.

    Parmelin ce n'est pas un UDC ; en fait c'est un radical longeole, ou plutôt saucisse aux choux, bien vaudois comme on les aime. Allez Guy,! santé, conservation !

Les commentaires sont fermés.