La dette : non, non et non !

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 21.04.20 - 01.07h

 

J'entends, ici ou là, qu'il faudrait donner à fonds perdus l'argent de l'Etat, puiser dans les réserves de la Banque Nationale, renoncer à la rigueur financière qui commençait, dans certains Cantons et au niveau fédéral, à porter ses fruits.

Mon désaccord est total. Le seul moyen d'aider une entreprise, c'est lui permettre de travailler. Aider un entrepreneur, c'est le laisser entreprendre.

Le climat de Berufsverbot qui étouffe la Suisse depuis des semaines doit se terminer sans tarder. Nous ne voulons pas transformer nos entreprises en unités assistées de l'Etat. Nous voulons les laisser travailler, vivre, se battre, inventer.

Quant à l'endettement, qui semble même faire des émules, aujourd'hui, chez ses ennemis d'hier, je lui réitère ici, comme citoyen et comme petit entrepreneur, mon hostilité totale, viscérale. Pas de fil à la patte ! S'il faut réduire la voilure, on la réduit, on reste prudent, raisonnable, on mise sur la confiance, sur la ténacité mentale, sur la puissance combative, sur le durable.

On rejette les mirages et les facilités, sans appel.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.