Juste la rage

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 26.04.20 - 10.33h

 

Souveraineté. Protectionnisme. Indépendance nationale. Contrôle des flux migratoires. Solidarité à l'interne. Cohésion sociale. Priorité absolue aux citoyennes et citoyens. Suffrage universel. Démocratie directe. Protection de l'environnement, des paysages. Qualité de vie. Respect mutuel. Économie au service de l'humain, et en aucun cas le contraire. Refus absolu de la finance de casino. Défense de l'agriculture, du terroir. Souveraineté alimentaire, énergétique, sanitaire. Et puis, souveraineté tout court, donc politique de sécurité active, éveillée.

Ces valeurs, je les défends depuis toujours. Aujourd'hui, elles semblent bénéficier d'une certaine audience. Mais il y a vingt ans, au tournant des deux millénaires, fin des années 90, début des années 2000, je les défendais déjà, âprement. Nous n'étions pas beaucoup, en Suisse romande. L'écrasante majorité avait versé dans le culte du Veau d'or, la sanctification de l'argent facile, le profit cosmopolite et mondialisé, l'abolition des frontières, l'universalisme ultra-libéral.

Mes quelques compagnons de route de ces années difficiles, où il a fallu se battre avec acharnement pour faire valoir ses idées, et payer parfois fort cher (oh oui !) ce combat, je sais exactement qui ils sont. Une poignée ! Avec eux, dans l'ordre d'une invisible communauté d'appartenance et de combat, je communie.

Les convertis de la 25ème heure, je les identifie aussi, un par un. Sur eux, nul commentaire. Juste la rage.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires

Commentaires

  • La Démocratie, c'est aussi la liberté d'informer et d'être informé.
    Il semble que cette pandémie a mis bien à mal cet autre facette de la Démocratie:

    http://www.re-check.ch/wordpress/fr/journalisme-pandemique-embedded/?fbclid=IwAR3OzFjL8FNWpvVgFtB1vG2CgA4CK1Qjchf1Tcnrdzch7jlINeIhjwefAyY

    Nous ne sommes pas en état de guerre. Laissons cette terminologie aux minables qui veulent se prendre pour des Churchill! Nous vivons un moment où une maladie est plus virulente que d'ordinaire, mais elle ne met pas en péril notre démocratie.
    Il y avait des mesures de précaution à prendre qui étaient dans le Plan suisse de pandémie influenza qui n'a jamais été mis en oeuvre alors que depuis 1995 la Confédération a planché dessus et qu'il a été mis à jour en 2018. Nos armes étaient alors, les gants, les masques, les gels hydroalcooliques, les tests et la mise en quarantaine des malades. Avez-vous entendu dire que ça s'est passé ainsi? Personnellement, non.
    Il ne faut pas oublier que les cantons étaient également tenus d'être prêt pour un plan pandémie. Est-ce que le conseiller d'état chargé de la santé a fait le nécessaire pour la mise en place du plan? Ben non, à part des mesures d'urgence, il n'a rien fait et pour cause! Nous n'étions pas prêts.
    Et quand les malades sont arrivés et qu'il a fallu soigner, malgré les conseils qu'il a reçu en dehors des mandarins des HUG et du médecin cantonal, la seule chose au sujet de laquelle il a pu montrer une certaine compétence était d’ânonner ce que nous savions déjà: se laver les mains, ne pas toucher le visage, tousse et éternuer dans le creux du coude, etc, autant dire, rien que nous ne savions déjà après les premières simagrées de nos CF et des responsables de l'OFSP lors de ces conférences de presse dirigées. Pire, les médecins ont été privés de leur droit de prescrire certains traitements en cas d'infection au SARS-COV2, il faut lire les derniers billets de l'excellent blog de Jean-Dominique Michel qui, à aucun moment ne met en tort le personnel médical mais où on a l'impression que le nombre de décès dus au covid-19 aurait pu être limité car très vite des pistes de traitement sont apparus, malheureusement, pas avec des molécules récents qui sont encore couvertes par des brevets, ce qui autorise un prix de vente excessif.

    http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/04/25/covid-les-rigolos-et-les-pas-droles-306088.html

    Les familles des victimes, en tant que citoyens-souverains seront en droit de demander des comptes aux responsables de ce canton, de ce pays.

    La rage, c'est aussi contre les médias aux ordres que je l'ai car ils n'ont pas fait leur job.

  • Puissiez-vous avoir 100% raison ! Mais il me semble que l'on n'a jamais été aussi près de la mise sur pied du Nouvel Ordre Mondial - qui est à l'opposé total de vos idées (que je partage) - à propos duquel Sarkhozy a dit (vidéo "célèbre") que "Personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer..."

  • Ne vous inquiétez pas. Cela ne durera pas. Dès qu'on se rendra compte qu'il est impossible, si l'on applique le moindre des principes qui vous tiennent à coeur, de financer nos loisirs, nos retraites et le luxe insensé dans lequel vit sous nos latitudes le simple quidam, (sans même parler du financement de nos dettes...), tout rentrera "dans l'ordre", et il faudra bien relancer la machine de l'économie de prédation.

  • Bonjour,

    Le penseur canadien Mathieu Bock-Côté avec sa faconde pétillante revient sur certains des termes par lesquels vous commencez votre billet de la colère :
    https://www.youtube.com/watch?v=p5lSpwqieyA
    Bien cordialement

  • Je parcours sur le net, la presse française régionale qui est unanime pour dire que la Suisse et les suisses, ne respectent pas convenablement le confinement! Alors en tant que "suisso"/français je répond -Mais mêlez vous de vos affaires! Des frontaliers qui font tous les jours près de 120 kilomètres pour venir bosser en Suisse sont indignés de voir des gens dans les rues!!! Là je rêve! ref "Le courrier des Expats", et "France Info" Franche-Comté! Ma mère, parisienne de naissance, passait son temps au Registre Foncier, à se disputer avec des frontaliers qui passaient leur temps à se moquer de la Suisse et des suisses!

  • J'essaye d'imaginer à quoi ressembleraient nos hôpitaux, avec cette fameuse migration de masse tant voulue et demandée par la gauche???

Les commentaires sont fermés.