Haut et fort

Imprimer

 

Sur le vif - Mercredi 06.05.20 - 14.39h

 

Bon, à ce stade, amies citoyennes, amis citoyens, il convient de rappeler un ou deux fondamentaux de notre Etat de droit :

1) Ton dossier médical n'appartient qu'à toi. Et à ton médecin, qui a l'interdiction absolue d'en faire état sans ton consentement. Cela s'appelle le secret médical. Si ça te chante de raconter à toute la République ton état de santé, libre à toi. Mais nul ne peut t'y contraindre.

2) Le salaire que tu perçois, ou le revenu que tu déclares, ne concernent que trois entités : toi-même, celui qui te paye, le fisc. Ce dernier a l'interdiction absolue de rendre publiques ces données. Si ça te chante de raconter à toute la République ta situation financière, libre à toi. Mais nul ne peut t'y contraindre.

3) Ta vie privée, famille, amis, maîtresses, amants, orientation sexuelle, ne regarde que toi. Et ta famille, amis, maîtresses, ou amants. Si ça te chante de raconter à toute la République tes galipettes, libre à toi. Mais nul ne peut t'y contraindre.

4) Tu es libre de ton mode de paiement, cartes ou cash. Si le type, en face de toi, t'impose le paiement par carte, tu lui brandis le cash en disant : "C'est ça, ou rien". On verra bien s'il prendra le risque de refuser.

5) Si tu vas au bistrot, c'est pour boire ton verre, peinard. Si tu vas au restau, c'est pour croquer ton plat du jour. Tu n'y vas pas pour remplir des formulaires destinés aux services de traçage de M. Koch, à Berne. D'ailleurs, ce M. Koch commence gentiment à nous les briser.

6) Ta vie, c'est la tienne. Tu veux bien bosser, et même dur. Tu veux bien aider, participer à la vie sociale. Mais tu n'es pas là pour te faire emmerder. Au besoin, tu dois le dire, haut et fort.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires

Commentaires

  • Qui donc a réussi à vous faire croire que nous étions dans un Etat de droit?

  • Ccher Monsieur,

    Au risque de vous contredire le traçage est nécessaire, et cela afin d'être contacté si quelqu'un qui a été dans l'établissement est diagnostiqué positif au coronavirus.

    Bonne journée

  • Effectivement...rien ne sera plus comme avant....
    La même chose en pire.....

  • « 4) Tu es libre de ton mode de paiement, cartes ou cash.»

    Le moyen de paiement officiel dans ce pays est la MONNAIE NATIONALE, le franc suisse, en billets. TOUTES les coupures doivent pouvoir être échangées pour n’importe quelle transaction.

    Evidemment, par respect pour la kiosquière, on évitera d’acheter un carambar avec un billet de mille…

    Pour éviter tout malentendu à ce sujet, au lieu d’afficher… « les coupures de 200 et 1000 ne sont pas acceptées», le message suivant, par ex. serait plus indiqué: «les bonbons, les capotes et les chiclettes ne sont vendus qu’aux grandes personnes qui ont de la petite monnaie…»


    « 5) Si tu vas au bistrot, […] Tu n'y vas pas pour remplir des formulaires destinés aux services de traçage de M. Koch […] D’ailleurs, ce M. Koch commence gentiment à nous les briser.»

    On est carrément dans l’inversion des rôles et des valeurs…

    Oui, Il faut le dire haut et fort: nous, citoyens, ne sommes pas LES SUJETS du Conseil fédéral ni ceux des haut-fonctionnaires des Offices. Nous les payons GRASSEMENT pour SERVIR… et les premiers qui ont levé la main en disant je le jure, doivent respecter leur serment et ne pas nous... « faire » dans les bottes !

    Il faut quand-même retenir, que par leur maladresse et leur imprévoyance, ils ont foutu notre économie au tapis… et là, ils viennent nous imposer des mesures dégradantes, serviles…

    C’est plus triste que révoltant en fin de compte… Désolé, le respect pour ces gens, n’est plus… et sans cérémonie !

  • Le monde d après......mais le même bien sûr....en pire !

  • Ta vie t'appartient, mais pas tout à fait.
    Les services de l'état te demandent de justifier si tu passes ta vie privée avec ta femme ou ta compagne (ou autre) et où va l'argent que tu gagnes et que tu utilises. Et ça les intéresse beaucoup de savoir comment tu le gagnes et si tu peux prouver comment tu l'as utilisé.
    Tu es obligé d'avoir une assurance maladie et si tu n'as pas l'argent tu es hors la loi et les poursuites s'occuperont de toi.
    En Suisse tu n'es pas la pour y vivre et faire partie du décor et de la vie sociale. Tu es la pour travailler.
    Mais tu as raison, il faut le dire haut et fort. On n'est pas là pour se faire emmerder.

  • Monsieur Decaillet ,
    Un très très grand respect pour vos analyses , votre pragmatisme et votre professionnalisme.
    Vous êtes sans aucun doute un très très grand journaliste et je vous apporte tout mon soutient et mon très grand respect.

Les commentaires sont fermés.