Le rêve inavoué du pouvoir absolu

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.05.20

 

Depuis la crise du coronavirus, on n’aura jamais autant vu nos pouvoirs exécutifs suisses, dans l’Histoire de notre pays, depuis 1848. Jamais autant vu nos conseillers fédéraux. Jamais autant vu nos conseillers d’Etat. Jamais octroyé autant de visibilité à un chef d’Office, à Berne, ou un médecin cantonal. Jamais autant entendu tous ces braves gens s’exprimer de façon unilatérale, sans la moindre répartie ni contrepartie en face, si ce n’est des questions sagement factuelles, pour préciser des données techniques, ou la portée de telle ou telle consigne. Nos gouvernements paraissent, délivrent la bonne parole, daignent répondre à des interrogations techniques, sur l’application des décisions, puis disparaissent. Le lendemain, ou deux jours plus tard, ils réapparaissent, sur un scénario exactement identique. C’est réglé, comme du papier à musique, comme les bandes perforées de l’orgue de barbarie. C’est la Suisse, celle des instruments de précision, des automates, au service du pouvoir.

 

Au risque de vous surprendre, je n’incrimine en rien nos gouvernants. Ils exercent le pouvoir en temps de crise, profitent d’une visibilité qu’on veut bien leur donner, ne s’embarrassent pas de Parlements qui justement sont aux fraises, bref ils vivent à fond le rêve inespéré, inassouvi, inavoué, de tout exécutif : le pouvoir sans contradiction, ni partage. Mieux : je reconnais qu’ils le font bien ! Alain Berset est un homme courtois, cultivé, modéré, aux tonalités convenables : c’est d’ailleurs pour cela que les Chambres fédérales l’avaient préféré au tonitruant Pierre-Yves Maillard. Lorsqu’Alain Berset paraît, la Suisse est rassurée. L’aspect oraculaire de sa prise de parole, confirmée par le grand-prêtre de l’Office, M. Koch, ne semble guère contesté par l’opinion, désireuse d’être sécurisée par des Messieurs polis et présentables. L’idée que, peut-être, toute la vérité ne soit pas toujours dite, ne semble effleurer que modérément les consciences de nos concitoyens.

 

Il va tout de même falloir que ce petit jeu cesse. Et cela, quelle que soit la suite sanitaire de la crise. Notre tradition démocratique suisse, magnifique dans ses équilibres, n’est aucunement celle d’un pouvoir exécutif hyperprésent. Tout au contraire : il est d’usage, dans notre pays, que l’apparition des gouvernants soit rare, précieuse. Nous avons, chez nous, d’autres leviers du pouvoir. Par exemple, les Parlements : Chambres fédérales à Berne, et vingt-six Grands-Conseils dans nos Cantons. Mieux, oh oui beaucoup mieux : le peuple ! Ou, si vous préférez, le suffrage universel, le collège électoral de l’ensemble des citoyennes et citoyens. Hélas, aucune de ces deux instances, législative et populaire, ne s’est réveillée pour l’heure. En quel honneur dorment-elles ? Où est-il écrit qu’elles doivent se mettre en veilleuse à la première tempête venue ? Surtout, quel clairon les réveillera ? La Suisse n’est pas composée de sujets. Mais de citoyennes et citoyens libres. Mûrs, adultes, vaccinés. Ce sont eux qui doivent reprendre la parole.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.