Cela s'appelle des combattants

Imprimer

 

Sur le vif - Mercredi 20.05.20 - 08.40h

 

Non, Raphaël, les partisans du trafic motorisé privé n'ont pas perdu la guerre des transports à Genève. Il reste la colère du peuple. Si la majorité silencieuse parvient un jour à transformer sa rage légitime en décision du démos, par le seul canal qui vaille, la démocratie directe, la situation peut se retourner.

Pour cela, il faut, comme souvent, oublier les canaux désuets de la représentation politique. Et faire exactement (mais en respectant la loi !) ce qu'ont fait les cyclistes lundi : créer une force populaire rapide, éveillée, habitée par une stratégie du mouvement et non par celle des tranchées, capable de prendre des décisions fulgurantes, en utilisant les armes modernes que sont les réseaux. La presse traditionnelle, aussi alerte et vivace que Madame dans l'oraison de Bossuet, vous pouvez oublier. À part les colères noires des Gueux du Mercredi.

Cette force n'a absolument pas à s'ancrer dans le monde politique. Ni à chercher des relais dans les "élus" ou "représentants" : ce sont justement eux qui ont échoué, à Genève ! Eux qui nous ont concocté le compromis vantard de la fameuse votation sur la "paix des transports". Fausse paix ! Menteuse ! Munichoise ! La défaite du trafic motorisé privé y était parfaitement visible, sous le filigrane de la tromperie et de la duplicité.

Le camp de la "mobilité douce" a, avec lui, la triste coagulation d'intérêts de la démocratie représentative. Il a avec lui les élus, les notables, le ministre félon du PDC, le silence rusé du ministre MCG. Il a de son côté le vent de la mode, l'air du temps, Nina Ricci, les bobos urbains, le parfum des illusions, la droite qui cherche à plaire à la gauche. Ca fait du monde.

Mais c'est oublier la colère du peuple. Implacable, rentrée, silencieuse. Ce sont souvent, à Genève, des gens très modestes qui prennent leur voiture en ville. Le vélo, c'est, tout aussi souvent, pour les bourgeois branchés. Ils habitent en ville, travaillent en ville, ne se salissent pas, n'ont rien à livrer. Alors, le frisson de la douceur, tout en se rachetant quelques indulgences par le salut de la planète. Théologie du convenable, pour Pharisiens branchés !

Les élus, surtout pas ! La machine à se coopter, non merci ! La guerre des transports se jouera sur les fiertés intérieures, sur la noirceur des colères, sur le rejet des modes, sur la conjonction d'explosives solitudes.

Celui qui représente désormais, en Ville de Genève, l'institution, le pouvoir, le convenable, la doxa, c'est le bobo. Face à lui, il faut des caractères trempés, guerriers, intransigeants. Des sales tronches. Qui ne craignent ni pour leur image, ni pour leur confort. Cela porte un nom, l'un de ceux que je respecte le plus au monde : cela s'appelle des combattants.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Au vu de la situation économique il est prudent pour le contribuable de ne pas payer avec précipitation ses impôts.

    Par exemple, les acomptes mensuels d'impôts cantonal 2020 ne devraient pas être payés.

    En effet, au vu de la situation économique difficile, cela pourrait être de l'argent qui viendrait cruellement à lui manquer en le plongeant dans les affres d'une misère accentuée par une ponction fiscale qui s'avérerait en fin de compte excessive. L'argent trop perçu, remboursé en 2021 au contribuable, lui étant restitué trop tard pour le soulager en 2020.

    C'est d'ailleurs ce à quoi l'Etat encourage en supprimant toute sanction (intérêts moratoires).

    Si tout c'est bien passé pour le contribuable, il conviendra qu'il paye tous les acomptes en même temps et avant le 31 décembre 2020.

    Il est possible de consulter le site internet du canton :

    https://www.ge.ch/covid-19-aides-amenagements-fiscaux/suppression-interets-moratoires-factures-impots-iccifd-acomptes-provisionnels

  • Le problème est l'existence depuis de nombreuses années de la propagande écolo-catastrophiste. On a réussi à conditionner les gens pour qu'ils se sentent coupables, surtout les automobilistes. Tant que les gens n'auront pas un minimum d'esprit critique envers les médias, rien ne changera. Il n'y a pas si longtemps on a voté sur l'initiative 'Vache à lait', pour qu'on utilise enfin les taxes de l'essence pour l'infrastructure des voitures. 70% des gens ont voté contre, alors même qu'une majorité de gens utilisent la voiture. Cela montre bien le niveau de conditionnement des gens.

  • « Cela porte un nom, l'un de ceux que je respecte le plus au monde : cela s'appelle des combattants.»

    ILS ne partagent pas votre vocabulaire. Ceux que vous désignez «combattants», sont stigmatisés en COMPLOTISTES.

    LEUR arme de destruction massive c'est la novlangue et la manipulation du langage.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel